Notre radio

Notre radio

09 mars 2008

La "Fraternité musulmane contre l'antisémitisme" réagit après l'agression odieuse de Bagneux

Introduction :
Décidément, la semaine écoulée a donné l'impression d'une histoire qui n'en finit pas de bégayer. Jeudi soir, c'était le terrible attentat de Jérusalem qui nous a rappelé les années noires du début de la décennie, au moment de la grande vague d'attentats suicides. La veille, on avait appris la séquestration et les sévices subis en banlieue parisienne par un jeune homme, qui n'appartenait même pas à la communauté juive mais qui allait être torturé en tant que juif par une bande de jeunes à la fois antisémites et homophobes ; et, bien sûr, nous avons tous pensé au malheureux Ilan Halimi torturé à mort dans la même ville de Bagneux. Didier Bourg, le fondateur de la "Fraternité musulmane contre l'antisémitisme" qui avait été mon invité début janvier avec Émile Moatti dans une belle émission (cliquer sur son nom en libellé), a publié un communiqué très ferme dénonçant la permanence de sentiments antisémites chez une partie de la population musulmane de notre pays. En voici un large extrait.
J.C

Le premier anniversaire de la Fraternité musulmane contre l'antisémitisme est marqué par un nouvel acte odieux perpétré à Bagneux
Le premier anniversaire de la création de la Fraternité musulmane contre l'antisémitisme est marqué par un nouvel acte odieux, à la fois antisémite et homophobe, perpétré à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, que l'association dénonce avec force.
A l'issue d'une année d'existence, la Fraternité musulmane contre l'antisémitisme constate que les résistances à la lutte contre l'antisémitisme au sein des communautés musulmanes restent très vivaces. Elles se confondent bien sûr avec l'identification de nombreux musulmans et musulmanes au peuple palestinien. Mais elles cachent souvent mal un profond ancrage de l'antisémitisme en milieu musulman.
Notre association reste malgré tout persuadée que c'est au sein même de ces communautés musulmanes que se trouve le « contrepoison » à ces postures antisémites. Les nombreuses rencontres effectuées cette première année avec les acteurs de terrain sont à la fois sources d'indignation et d'espoir. Indignation car les propos ou attitudes antisémites sont une réalité largement répandue. Espoir car de nombreuses personnes sont très sensibles à notre discours, y adhèrent et sont prêtes à s'engager dans le combat contre l'antisémitisme.
Dans les tout prochains mois, la Fraternité musulmane contre l'antisémitisme lancera, via son site internet actuellement en construction, un appel aux musulmanes et aux musulmans à signer une charte d'engagement contre l'antisémitisme, à titre individuel ou au titre de leur association ou mosquée. Elle ouvre actuellement des délégations en régions, en a déjà suscitée une en Belgique et pourrait en créer une au Maroc et dans d'autres pays du monde musulman.