Notre radio

Notre radio

28 juin 2018

Encore la Tunisie, encore Albert Marquet

Albert Marquet, "Le port de la Goulette près de Tunis"

Une toile sur la Toile
- juin 2018

Décidément, la Tunisie m’inspire beaucoup cette année pour cette série ! Nostalgie ? Retrouvailles avec des lieux connus, et curiosité pour les peintures qu’ils ont inspirées ?

Le port de La Goulette est un « incontournable » pour les Tunisois : port de commerce de la Capitale, c’est de là que partent en particulier les bateaux pour la France, aujourd’hui le Ferry, hier des paquebots sans oublier bien sûr les cargos. Mais c’est aussi un lieu de villégiature, avec des plages – de plus en plus réduites au fil des travaux portuaires -, et une petite ville, plutôt endormie en journée, mais grouillante le soir autour des cafés et restaurants.

Concernant le peintre, Albert Marquet, il a souvent été à l’honneur sur mon blog et je n’en dirai pas plus : cliquer bien sûr sur son nom en libellé.

J.C

26 juin 2018

Populismes, la fracture qui vient


Celles et ceux qui me font la gentillesse de me suivre, au moins de temps en temps, à la fois sur ce blog et sur Facebook l’ont sûrement remarqué : je traite presque toujours l’actualité avec plus de recul ici, réservant au réseau social mes sentiments « à chaud » ; et encore, j’y suis moins réactif et passionnel que beaucoup !

La semaine dernière a été marquée par la question des migrants, avec : l’odyssée de « l’Aquarius » ; les premières décisions du nouveau gouvernement italien contre l’immigration ; et – cela a choqué à juste titre énormément de gens – la mesure féroce des autorités américaines, emprisonnant des immigrés mexicains clandestins ayant des enfants, ces derniers étant séparés de force de leur famille. Sur ce sujet, lire ceci .

Or, les réactions – ou non réactions – à cette actualité enfoncent un coin entre les opinions en Israël et dans la Diaspora, élargissant un fossé déjà trop large entre les deux piliers du peuple juif. Cette situation m’inquiète, et je voulais partager ici des réflexions déjà exposées sur ma page Facebook.

-        Quelques mots d'explication d’abord sur la divergence entre Israël et la Diaspora, qui risque de se développer de plus en plus. En résumé : pour de nombreuses raisons, des gouvernements populistes et élus, en particulier, pour contrer l'immigration, sont au pouvoir en Europe comme aux Etats-Unis ; ils se montrent très favorables à Israël, en tout cas à un moment où le gouvernement israélien le plus à Droite de son histoire est plutôt mal vu par beaucoup de ses alliés occidentaux, en tout cas certainement au niveau de leurs opinions publiques. L'opinion israélienne s'en réjouit, mais en même temps ces mêmes gouvernements étrangers prennent des décisions qui horrifient les opinions dans le monde entier ; et, en particulier, les responsables des communautés juives qui restent attachées à certaines valeurs.

-        Aux USA et face à la décision révoltante des Autorités, les communautés juives américaines se mobilisent. Et la condamnation de l'administration Trump est presque unanime, y compris dans les rangs des Républicains. Lire sur ce lien .

-        Autre pays, autre gouvernement populiste. Autant on peut comprendre la crainte de nos amis italiens d'être submergés par la vague migratoire - le pays a accueilli sans aide européenne près de 600.000 migrants - autant certaines mesures sont abjectes, comme le "recensement" des Roms, boucs-émissaires permanents, et qui rappelle de bien mauvais souvenirs à la communauté juive. Mais le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, responsable de cette politique-là, s'est manifesté par des déclarations très favorables à Israël dans ses premières semaines de fonction ! Voir cet article .

-        Sur toute cette actualité, pas de critique à attendre de notre blogosphère juive française binaire et ossifiée : pour elle, seul compte le soutien à ce gouvernement israélien, quoi qu’il fasse et quels que soient les gouvernements qui le manifestent ; et vous pouvez compter sur leurs sites pour ne pas en parler. En face, et quelles que soient les menaces qui pèsent sur Israël - écrasement à coups de missiles par la République Islamique d'Iran, terrorisme du Hamas et d'autres - vous pouvez compter, pour ignorer ces autres sujets, sur la plupart des médias français, présentant le Moyen-Orient comme une sorte de Disneyland qui serait gâché par les deux seuls « vilains » répertoriés par tous les experts, Trump et Netanyahou.

En résumé, les personnes de ma sensibilité sont bien malheureuses : lisez la presse française, et vous aurez la peinture de Donald Trump en monstre absolu, tout ce qu’il décide étant détestable par définition, y compris des choses qui nous paraissent raisonnables (en particulier, sa politique de fermeté vis-à-vis de l’Iran) ; mais lisez la plupart des médias communautaires, et vous ne verrez jamais la moindre dénonciation de ce qu’il fait, y compris le pire !

Plus grave encore, dans la mesure où l’opinion israélienne est plutôt largement pro Likoud et pro Trump, et où notre opinion publique communautaire se situe en majorité sur cette ligne-là, une fracture profonde risque de séparer d’un côté les Français juifs et les Israéliens, et de l’autre le reste de la Diaspora, à commencer par la puissante communauté américaine.

J.C

24 juin 2018

Ahmadiyya, un Islam différent : Naseer Ahmed Shahid sera mon invité le 1er juillet


Nous allons avoir un sujet original pour l’émission de dimanche prochain, puisque nous allons parler d’une branche bien particulière de l’Islam, l’association musulmane Ahmadiyya. Mon invité sera M. Naseer Ahmed Shahid. Il est à la fois conférencier et missionnaire pour la France et plusieurs pays francophones de ce mouvement. On dit « Ahmadiyyat » en arabe, mais son nom original est en ourdou, « Ahmadiyya », car le fondateur de votre mouvement, Mirza Ghulam Ahmad, est né au milieu du 19ème siècle au Penjab, province des Indes Britanniques à l’époque. Et il s’est présenté au monde comme un Prophète subordonné au Prophète Muhammad, mais également comme une deuxième venue de Jésus. Ses adeptes ont créé une communauté, ils sont maintenant plusieurs millions à travers le monde, et leur croyance se définit comme un mouvement réformiste musulman. Ils ont tout de suite été considérés comme hérétiques par les autorités de l’Islam orthodoxe – sunnite comme chiite -, cela a suscité et suscite encore des persécutions dans beaucoup de pays, et on en parlera. Mais, et c’est pour cette raison principalement que j’ai voulu en parler, Ahmadiyya est un aussi un mouvement très ouvert, qui prêche la non-violence, et qui s’est beaucoup investi dans l’humanitaire.   

Parmi les questions que je poserai à Naseer Ahmad Shahid :

-          Qui était Mirza Ghulam Ahmad ? D’après ce que j’ai lu, ce n’est que lorsqu’il a eu une cinquantaine d’années qu’il s’est proclamé « Mahdi », « Guide ». Comment votre tradition raconte-t-elle son cheminement spirituel ? Etait-il un adepte du Soufisme, donc un religieux imprégné de mystique musulmane ?
-          L’Inde est un continent immense, où les religions se sont affrontées, mais en même temps il y a eu des influences réciproques. Il y a une croyance largement partagée là-bas qui est celles des « avatars », des réincarnations de divinités. Et votre guide s’est présenté comme la deuxième venue de Jésus. Concernant Jésus, que dit l’Islam à son sujet ? Que dit Ahmadiyya, parce que c’est tout à fait différent ?
-          Quand on visite le site de votre association, « islamahmadiyya.net », il est clair que vous vous définissez comme musulmans : il y a la mention du Coran comme livre sacré et dernier message divin ; il y a le rappel des cinq piliers de l’islam, la prière, le Ramadan, etc. Et pourtant les autorités musulmanes ne vous reconnaissent pas : alors pourquoi ?
-          Comment répondez-vous à ceux qui tiennent des discours de haine au nom de l’Islam ?
-          Un des éléments qui vous distinguent des courants les plus intégristes de l’Islam, c’est la condition féminine : est-ce que pour votre mouvement, le voile, le tchador ou la burqa sont une prescription religieuse ? Les Femmes ont-elles le droit de travailler ? Ont-elles des droits égaux à ceux des Hommes en cas de divorce
-          Aujourd’hui beaucoup de vos adeptes vivent au Pakistan : combien sont-ils et comment sont-ils traités par les Autorités ? D’autres se sont réfugiés en Inde, combien sont-ils ? Combien êtes-vous en Europe, en France en particulier ? Et au total, qui sont les Ahmadis d’aujourd’hui, où vivent-ils ?
-      La caractéristique de votre mouvement, Al-Ahmadiyya, c’est le caritatif que vous avez particulièrement mis en œuvre en Afrique, dans des pays très pauvres comme le Mali : quel type d’aide avez-vous apportée ? Dans quels pays ? Est-ce que vous vous limitez à des pays musulmans ? Avez-vous été menacés par des organisations terroristes comme l’AQMI ou le Boko Haram ? Et comment réagissent les autorités sur place, n’y a-t-il pas des accusations de prosélytisme et donc parfois de la méfiance ?

Une émission originale, qui je l’espère sera pour vous une découverte comme elle l’a été pour moi !

J.C