31 mai 2020

Pas d’émission ce matin : report au 14 juin


La plupart de nos auditeurs fidèles, et beaucoup de mes lecteurs ici, l’ont appris la semaine dernière : Claude Goasguen, haute figure de l’Assemblée Nationale et surtout ami fidèle d’Israël et de la Communauté juive nous a quittés. Encore une victime de cette saleté de virus, qui se comptent par centaines de milliers dans le monde et qui a déjà emporté plusieurs personnalités politiques françaises.

Judaïques FM lui a rendu hommage ce matin, et ce bouleversement du programme va entrainer un décalage de ma programmation. J’y reviendrai, un peu plus tard, sur le blog.

J.C

Dix ministres israéliens d’origine marocaine font délirer les médias algériens


Le nouveau gouvernement israélien mis en place dimanche dernier comprend dix ministres d’origine marocaine. L’analyse que font les médias algériens de cette forte présence judéo-marocaine dans le nouvel Exécutif israélien est emblématique de la complotite dont souffre le régime d’Alger.
 
Décidément l’Algérie, pouvoir et médias à sa solde, ne manque pas la moindre occasion d’étaler au grand jour son obsession maladive à l’égard du Maroc. La dernière vague sur laquelle le voisin oriental a tenté de surfer n’est autre que la forte présence, au sein du nouveau gouvernement israélien, de dix ministres d’origine marocaine, dont deux natifs du Royaume et huit autres descendants de parents marocains.

Cette « étrangeté » comme la qualifie un média algérien, ne serait, ni plus ni moins, qu’un « deal » signé entre le Maroc et Israël, et dont l’objectif ne vise rien d'autre que d’espionner l’Algérie. Selon ce média, « des sources concordantes avaient signalé la présence d’un grand nombre d’agents secrets du Mossad au Maroc, en soulignant qu’une de leurs missions prioritaires et essentielles était la surveillance du voisin récalcitrant algérien de l’Est » pour cause de son soutien actif et indéfectible à la cause palestinienne ».
Allant plus loin encore dans son délire, le média algérien donne une apparence de crédibilité à sa thèse.
Il commence par dire que le Mossad fait partie des « meilleurs services secrets, les mieux renseignés et les plus actifs au monde », et qu’il ne peut se laisser « noyauter » par des « espions » marocains. Donc, le noyautage étant exclu, il faut chercher autre chose. La réponse est vite trouvée : « il y a forcément un deal entre Tel-Aviv et Rabat », conjecturent les sources très bien informées de ce média, qui estiment que « cette présence anormalement élevée de ministres issus d’un seul et même pays ne peut avoir qu’une seule signification ».
Laquelle ? 
« Israël qui a entamé le plan américain d’annexion de nouveaux territoires, de transfert de la capitale de l’Etat hébreu à El-Qods occupé et le rapprochement timide, mais certain, avec des pays arabes, notamment des Etats du Golfe et, évidemment, le Maroc, a dû intégrer ce qui semble être un accord secret avec la monarchie marocaine pour accélérer la mise en place du Grand-Moyen Orient tel que dessiné par les Américains ».
Comprenez : le Maroc a exigé de Benyamin Netanyahou la présence de 10 ministres d’origine marocaine dans le nouveau gouvernement israélien en contrepartie de l’adhésion de Rabat au « deal du siècle ». On ose à peine imaginer ce que penseront les connaisseurs de la politique israélienne de la thèse avancée par nos confrères algériens.
Nul doute que les thèses conspirationnistes les plus farfelues attribuées par Alger au Maroc s’expliquent par les revers diplomatiques de l’Algérie, par son isolement et ses différends avec la quasi-totalité des pays frontaliers. On ne souvient que dans la première interview accordée par le président désigné Abdelmajid Tebboune à un média étranger, il avait déclaré au quotidien français Le Figaro que le lobby marocain était derrière « l’endiguement de l’Algérie » en France.
Le média algérien dit exactement la même chose que Tebboune: «le Maroc compte un très grand nombre de ministres et de députés en France et en Belgique notamment», qui lui font un bon «travail de lobbying», il est à craindre que les désormais nombreux ministres israéliens d’origine marocaine en fassent de même auprès de l’administration américaine, déjà proche du Maroc.
Si l’on veut exacerber davantage la complotite algérienne, déjà très aiguë, on lui rappellera que les Marocains de confession juive restent très attachés au Royaume millénaire du Maroc. Le judaïsme est présent au Maroc depuis plus de 2000 ans. Le judaïsme est une composante essentielle de l’identité du Maroc. On ne peut effacer une présence aussi enracinée, aussi ancienne d’un claquement du doigt.
Il est également vrai que parmi les poids lourds du nouvel Exécutif israélien, il y a des ministres attachés à leur pays d’origine.

Parmi ces ministres, il y a Amir Peretz, né en 1952 à Bejaad, qui reste très proche du Maroc, dont il conserve toujours la nationalité. Ce nouveau ministre de l’Economie et de l’industrie, ancien président du parti travailliste, ancien vice-Premier ministre et plusieurs fois ministre, garde un lien très étroit avec son pays d’origine, qu’il a quitté à l’âge de 4 ans, mais qu’il visite régulièrement, car une partie de sa famille y réside toujours. Ce Maroco-Israélien, qui se dit très fier de son identité judéo-marocaine, a déjà été reçu en audience par le roi Mohammed VI, le 17 février 2006 à Fès.
L’Algérie est visiblement gênée par le rayonnement international du Maroc grâce à sa diversité judéo-arabo-africaine et au dynamisme de sa diaspora. 
Au moment, où le monde entier n’a d’yeux que pour la lutte contre la pandémie de coronavirus, le Marocain Moncef Slaoui a été porté sur les fonts baptismaux de ce combat par Donald Trump. Le président américain a ainsi nommé, vendredi dernier, cette sommité médicale marocaine en tant que directeur scientifique de la mission «Warp speed» visant à produire, avant 2021, des centaines de millions de doses du prochain vaccin contre le Covid-19.
Curieusement, les médias algériens tardent à percer la nature du complot, orchestré par Moncef Slaoui. Il ne faudra pas s’étonner d’entendre parler dans les prochains jours d’un vaccin qui guérit du Covid-19, mais tue les Algériens.

Mohammed Ould Boah
Le 360 Ma, le 19 mai 2020

28 mai 2020

Albert Memmi, regards croisés



Albert Memmi nous a quittés le 22 mai, dans sa centième année, et on n’arrive pas vraiment à le réaliser tant il nous semblait immortel.

Largement connu dans sa communauté d’origine, les Juifs de Tunisie, cet écrivain et essayiste a gagné au fil des décennies une reconnaissance universelle. Des hommages ont été écrits ou entendus sur de nombreux médias, et je n’aurais pas la prétention de redire – mais en moins bien – ce qui existe déjà. Juste donc ici, quelques souvenirs personnels et un récapitulatif de ce que j’ai trouvé ici ou là.

« Son vrai pays, ce sont les Lettres : grand lecteur, passionné de philosophie, il devient « nomade immobile » (titre d’un de ses livres) et, entre deux cours ou séminaires, passe son temps à écrire. », dit très justement "Le Monde" dans un article consacré à sa disparition. Dans son œuvre foisonnante, le projecteur est mis sur son fameux « Portrait du colonisé », livre où il s’engageait clairement en faveur de l’indépendance de l’Algérie, ce qui lui valut beaucoup d’ennemis à l’époque. Parmi les autres publications sélectionnées à la fin, un « oubli » - volontaire ? – celui du « Portrait du décolonisé arabo-musulman et de quelques autres ».

L'article de Wikipedia qui lui est consacré manque clairement de profondeur. Son principal intérêt est la recension presque complète de l’œuvre de cet écrivain infatigable, comprenant des dizaines d’ouvrages. Parmi eux, le tout dernier publié en 2019, « Journal de guerre (1939-1943) suivi de Journal d’un travailleur forcé et autres textes de circonstance », où il relatait en particulier son expérience lors de l’occupation de la Tunisie - un épisode brièvement évoqué dans son tout premier livre, « La statue de sel ».

Sur le site du CRIF, Marc Knobel a écrit un article soulignant la dimension juive d’Albert Memmi, « romanesque à ses heures, interrogeant le monde et les cultures ». Il reprend des citations éclairantes de l’intellectuel disparu, en particulier celle-ci : « Je suis un juif de condition, pas de conviction, un juif sociologique mais critique ; je ne suis résolument pas un juif à kippa. Je ne récuse pas mon appartenance mais je crois qu'il faut s'en tenir à distance, qu'il faut considérer ses racines avec une certaine dose d'ironie. Il est plus facile de condamner les autres que de condamner les siens. Or la meilleure preuve d'indépendance est justement là, vis-à-vis des siens. Je ne vois pas pourquoi je m'interdirais de lire les Évangiles ou le Coran : le Sermon sur la Montagne est un texte admirable, et certaines paroles du Coran me parlent tout particulièrement. Pourquoi rejetterais-je ces acquis ? Cela dit, c'est ainsi que vous devenez un empêcheur de tourner en rond, rôle parfois difficile. C'est inconfortable, mais je crois que tel devrait être l'honnête homme moderne » (Le Monde, 9 juin 1962).

Toujours à propos du sentiment « d’appartenance » - qu’Albert Memmi n’a jamais confondu avec une prison intellectuelle -, il faut aussi lire le témoignage de Claude Nataf, président de la Société d’Histoire des Juifs de Tunisie : l’illustre écrivain n’a jamais renié ses origines, et il a tout de suite soutenu cette société savante créé à la fin des années 1990 ; naturellement, il devait se reconnaitre tout à fait dans cette réunion d’universitaires et historiens de toutes origines et religions.

A propos d’Albert Memmi dans ses toutes dernières années, quelques souvenirs. Schéhérazade Zerouala, musulmane d’origine algérienne le découvrit tardivement et elle fut éblouie par son parcours. Elle en avait parlé lors d’une émission récente (hiver 2019), et elle avait tenu à lui rendre hommage lors d’une belle soirée à la Mairie du 16ème arrondissement. Mustapha Saha a immortalisé par des photos émouvantes cette apparition publique du grand écrivain, qui venait alors de fêter ses 98 ans. Et je me souviens très bien qu’il nous avait dit combien il avait été heureux d’avoir écrit tous ses livres, et qu’il lui en restait encore à rédiger « un ou deux » !

Lundi dernier, sur notre radio Judaïques FM, Antoine Spire a lu un vibrant hommage, trouvant les mots les plus justes pour résumer et l’homme disparu, et sa pensée. Il rappela ce que disait Albert Camus dans sa préface de « La statue de sel » : « Un écrivain français de Tunisie, qui n’est ni français, ni tunisien ». Un « entre deux », où la dimension juive – qui lui interdirait de trouver sa place après l’indépendance – était fondamentale, mais en même temps étrangère à la religion, sans lien de servitude envers sa communauté : d’où la notion de « Judéité » opposée au Judaïsme, qu’Albert Memmi devait théoriser plus tard. Mais Antoine Spire a su, aussi, attirer l’attention sur le livre « zappé » dont je parlais plus haut, le « Portrait du décolonisé ». Un livre prophétique, écrit quelques années avant les révoltes des « Printemps arabes » et où, méthodiquement, l’auteur dénonçait les échecs des pays issus de la décolonisation, soumis à de nouveaux pouvoirs ayant repris la logique de pillage de l’ancien occupant. Un livre, aussi, en parfaite résonance avec un autre ouvrage publié bien plus tard et d’un autre auteur, Pierre Vermeren, « Le choc des décolonisations » (écouter l’émission  sur ma chaine Youtube ).

A propos de mon émission, encore, des souvenirs et un très grand regret. Souvenirs des trois fois où j’ai eu l’honneur de recevoir Albert Memmi, c’était alors un octogénaire alerte, qui se déplaçait un peu partout et donc était venu dans nos anciens studios de la rue Lhomond. La première émission était consacrée aux relations entre juifs et arabes, et je me souviens qu’il conservait, malgré tout, un refus de tout désespoir pour l’avenir. La deuxième, en 2002, était hélas assombrie par l’ombre terrible des attentats terroristes en Israël. Et la troisième fut consacrée à son « Portrait du décolonisé ». Le très grand regret, c’est qu’à l’époque les émissions n’étaient pas numérisées, et que je n’ai pu conserver leurs enregistrements.

Pour finir, un dernier souvenir d’Albert Memmi. Dans « Le Pharaon », paru en 1988, il nous proposa un « roman romanesque » avec évocation d’une aventure entre un professeur d’université marié et père de famille, et une de ses jeunes élèves ; le tout sur fond historique du Tunis des années précédant immédiatement l’indépendance. Mêlant des personnages de premier plan, comme Habib Bourguiba, et quelques figures connues dans la capitale, je me souviens qu’apparaissait rapidement et au détour de quelques pages, « Le docteur Corcos », mon père, médecin réputé à l’époque. Je me souviens, enfin, de son sourire malicieux quand il m’avait dédicacé le livre, me disant que je lui ressemblait beaucoup. 

Jean Corcos