Notre radio

Notre radio

11 décembre 2010

Barberousse, le maître de la Méditerranée : Geneviève Chauvel sera mon invitée le 19 décembre



J’aurai le plaisir de recevoir dans ma prochaine émission Geneviève Chauvel. Geneviève Chauvel avait été mon invitée sur Judaïques FM il y a trois ans déjà, c'était à propos de son livre "Aïcha, la bien aimée du Prophète", publié aux éditions Télémaque. C'était un roman historique haut en couleurs, qui donnait un éclairage vraiment original sur la naissance de l'islam. J'avais découvert à cette occasion son talent dans ce genre littéraire bien particulier, et pour lequel elle a acquis ses lettres de noblesse. Rappelons qu'elle a eu une carrière fort riche, à la fois de journaliste et d’écrivain. D’abord photographe pour les agences de presse Gamma puis Sygma, elle a travaillé ensuite pour la télévision et pour « Paris Match » et réalisé, notamment, des interviews de plusieurs personnalités célèbres du Moyen Orient. Elle a passé son enfance en Syrie puis en Algérie, et le Monde arabe l'a vraiment fascinée : elle a consacré un ouvrage à Saladin, le grand rassembleur de l’islam contre les Croisés ; et puis à "Aïcha" que je viens de rappeler. Geneviève Chauvel, m'a envoyé il y a quelques mois son dernier ouvrage, "Barberousse, le maître de la Méditerranée" (éditions Balland). J'avoue m'être demandé au début comment inscrire ce livre dans ma série, dans la mesure où il évoque un personnage certes mythique, mais d'un passé lointain, le XVIème siècle. Et puis, en le lisant, en découvrant que Barberousse n'avait pas seulement été un pirate de légende mais aussi un acteur politique des guerres entre chrétienté et islam, en réalisant aussi que cette histoire a été compliquée, avec des retournements d'alliances, des conquêtes, des rapts de population et de l'esclavage, je me suis dit que cette page d'un passé peu connu méritait vraiment une émission spéciale. J'ajoute - mais cela hélas ne peut être traduit lors d'une rapide interview - que son écriture est à nouveau remarquable, le récit est prenant et les personnages sont tout à fait crédibles car elle a du faire une solide enquête historique avant d'écrire cet ouvrage.
Parmi les questions que je poserai à Geneviève Chauvel :
- En fait il n'y a pas eu un Barberousse, mais deux ; deux frères, qui physiquement étaient des rouquins, mais qui surtout ont laissé le souvenir de corsaires fabuleux ; quelle était leur origine, est ce que c'étaient des Turcs, ou des Chrétiens d'origine ?
- Après avoir découvert un bateau chargé de réfugiés Morisques, expulsés d'Espagne après la chute de Grenade en 1492, Aroudj le frère ainé trouve une nouvelle raison pour sa carrière de corsaire, il dit : "en dépouillant l'islam, en tuant nos frères musulmans, les chrétiens nous ont déclaré la guerre. La vraie religion est menacée (...) Nous devons nous battre pour défendre notre foi". Est-ce qu'il y a eu, vraiment dès le départ, cette différence d'approche entre les deux frères, l'ainé étant ce que l'on appellerait aujourd'hui un "jihadiste" ?
- Vous évoquez le port de La Goulette - qui servit de base aux frères Barberousse - de façon très colorée, quelques pages avant aussi, l'île de Djerba, la population locale, les équipages très cosmopolites, les quelques marchands chrétiens que l'on pouvait croiser ... mais il n'y a aucune allusion à la présence juive, millénaire dans ce pays ; aucun rappel du fait que les Juifs ont été expulsés d'Espagne aussi, et se sont réfugiés dans l'Empire Ottoman et au Maghreb : pourquoi cet oubli ?
- Autre élément historique, le fait que les populations locales, musulmanes mais d'abord berbères, n'aient pas toujours vu avec bienveillance ces dynasties d'origine turque : ainsi l'ainé des Barberousse sera tué, après une bataille féroce contre une coalition formée d'un corps expéditionnaire espagnol et de tribus de l'Ouest algérien : comment expliquer ce genre d'alliance assez incroyable ?

Une émission bien originale, qui nous fera revivre quelques instants à l'époque des pirates barbaresques ... et qui nous fera oublier l'actualité brûlante d'aujourd'hui !

J.C