Notre radio

Notre radio

29 septembre 2019

Chana Tova 5780 !


L’horloge du temps tourne vite, toujours plus vite et nous voici déjà à la veille de Roch Hachana : « convocation d’Automne » selon une jolie expression que j’aime bien reprendre de temps en temps, revoici les fêtes de Tichri : les 30 septembre et 1er octobre, Nouvel an ; mercredi 9 octobre, Yom Kippour ; lundi 14 et mardi 15, premiers jours de Souccot ; et enfin, clôture de cette fête et Simhat Torah les 21 et 22 octobre.

Respectant ces « yom tov » ainsi que les Shabbat, comme notre station, ce blog n’aura donc pas de publications ces jours-là. Et octobre vous proposera un nombre un plus réduit de nouveaux articles

En attendant, tous mes vœux de bonne et douce année aux lecteurs de ma Communauté : Chana Tova oumétouka, une année douce ; et amitiés à toutes et tous.

J.C

26 septembre 2019

Les musiciens de Turki

Les musiciens, oeuvre de Zoubeir Turki

Une toile sur la toile
- septembre 2019

Ce n’est pas la première fois qu’une œuvre de ce grand peintre tunisien vous est présentée dans le cadre de cette rubrique. Après les liseurs de journaux publiés il y a déjà plusieurs années, voici maintenant les musiciens immortalisés dans cette aquarelle et gouache sur papier (source ici).

Petit clin d'oeil en cette époque où l'intégrisme religieux s'est tristement développé en Tunisie : les natifs du pays auront reconnu à leur forme caractéristique deux bouteilles de boukha, eau de vie de figue locale !

Cliquer sur son nom en libellé pour avoir sa biographie.

J.C


24 septembre 2019

« Celui qui ne tabasse pas sa femme n’est pas un homme » : les terribles propos du chanteur marocain Adil El Miloudi


Les propos du chanteur suscitent la colère sur les réseaux sociaux.  

Lors d’une émission télévisée, le chanteur marocain Adil El Miloudi a fait l’apologie des violences conjugales.
La séquence, initialement diffusée le 29 juin dans l’émission Kotbi Night de la chaîne Chada TV, vient de refaire surface sur les réseaux sociaux, comme l'a repéré le Huffington Post Maghreb.

« Chacun peut faire ce qu'il veut de sa femme »

« Celui qui ne tabasse pas sa femme n’est pas un homme», assène ainsi Adil El Miloudi. Le chanteur est d’ailleurs revenu, fièrement, sur son arrestation en Espagne pour des faits de violences conjugales sur son épouse. « Elle a dit aux flics que je ne lui ai rien fait, ils m’ont relâché 24 heures après », explique-t-il suscitant les rires de l’assemblée.
« Au Maroc, cela est normal, chacun peut faire ce qu’il veut de sa femme, la frapper, la tuer », ajoute le chanteur.
Des propos qui suscitent depuis quelques jours la colère sur les réseaux sociaux, les internautes appelant à ce que Adil El Miloudi soit banni des médias, et demandant à la justice d’intervenir.  
#Miloudi doit être interdit de télé, radio, réseaux sociaux, spectacles, concerts.. Un vrai danger publique. Bougez-vous les associations ورونا حنة يديكم  @HACAMAROC #feminicides #femmesbattues #violencesfaitesauxfemmes #twittoma #Maroc #Morocco #المغرب #العنف_الاسري #الميلودي pic.twitter.com/9k5rUyWSZK
— NMOR (@t8ther) September 4, 2019
Un chanteur Marocain" Adil Miloudi"est très explicite dans ses propos pendant une émission de télévision "Pour être un homme, il faut frapper sa femme”

Que fait la justice dans ce cas et contre de tels propos très graves contre les droits et le... https://t.co/WLAkpAAcuT
— Almouwatin TV Radio (@hamlah) September 5, 2019
"Celui qui ne tabasse pas sa femme n'est pas un homme" voilà des propos tenus par des hommes censé nous enrichir.... Et on le dit artiste ! https://t.co/g2IC4LyZZm
— Bernard Gensbittel (@BGensbittel) September 6, 2019

En 2018, après cinq ans de débat, le Maroc avait adopté une nouvelle loi réprimant les violences faites aux femmes. Parmi les mesures, le texte prévoyait notamment le durcissement des sanctions à l’encontre des auteurs de violences conjugales. Mais du chemin reste encore à faire. Selon une enquête du ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social publiée en mai 2019, 54,4% des Marocains ont subi des violences au cours de leur vie.

CNews.fr, 7 septembre 2019