Notre radio

Notre radio

02 octobre 2011

Les réfugiés palestiniens dans le monde arabe, une radiographie : Charles Meyer sera mon invité le 9 octobre


Nous allons aborder ensemble dimanche prochain un des sujets les plus inextricables du conflit israélo-arabe, puisque nous allons parler des réfugiés palestiniens, avec un invité vraiment érudit sur ce dossier, Charles Meyer. Il est l'auteur, avec Philippe Juza d'un ouvrage sorti il y a quelques mois aux éditions Hermann, ce livre a pour titre "Réfugiés palestiniens, otages de la diplomatie". Plusieurs remarques, en introduction. Tout d'abord, mes auditeurs fidèles savent que, lorsqu'un livre apporte vraiment des informations fondamentales sur un sujet je lui consacre deux émissions et ce sera le cas pour celui-ci, car jamais il n'avait été publié, à ma connaissance, d'ouvrage de référence en français sur ce sujet. Donc nous ferons ensemble le 9 octobre un "état des lieux" sur les réfugiés palestiniens, pour savoir combien ils étaient à l'origine et pourquoi ils sont partis du territoire israélien ; combien ils sont exactement en 2011 et où ils vivent ; mais surtout comment ils ont été traités - il faudrait en fait dire "mal traités" -, par leurs "frères" arabes du Moyen-Orient. Puis, dans une seconde émission , nous parlerons à la fois de leur statut qui est unique au monde, du formidable gâchis qu'a été leur assistance par l'ONU depuis plus de 60 ans, mais aussi du bras de fer qui se prépare autour du fameux "droit au retour" revendiqué par le mouvement national palestinien depuis des décennies. Une remarque personnelle : ce sujet a été étrangement mis "sous le tapis" par la diplomatie israélienne, comme s'il s'agissait d'un dossier des négociations comme les autres, comme si on ne voyait pas qu'il portait - par sa symbolique, et par son enjeu qui est quasiment existentiel - beaucoup plus de dangers que l'abandon de la plus grande partie des territoires occupés, ou un compromis sur Jérusalem : en refusant d'accepter Israël comme état juif, Mahmoud Abbas a, depuis la tribune de l'ONU, réclamé que des millions de descendants de réfugiés palestiniens viennent envahir et détruire le pays, et bien il faut en parler, il faut discuter aussi, il faut connaitre le contexte en matière de droit international sur cette question parce que très vite, une fois l'état palestinien créé, ce sera l'axe d'attaque de tous les antisionistes radicaux en France comme dans le monde.

Parmi les questions que je poserai à Charles Meyer :

- Vous avez obtenu que Boutros Boutros Ghali, ancien Secrétaire Général de l'ONU préface le livre en vous accordant un entretien or, même s'il a été un des artisans des accords de Camp David, on ne peut pas dire qu'il porte Israël dans son cœur : pourriez-vous résumer ce qu'il vous a dit ?
- Les Palestiniens sont aujourd'hui environ 10 millions dont un peu moins de la moitié sont essentiellement des descendants de réfugiés de 1948 ; sur les causes de leur exode, vous refusez une version idéologique et simpliste des choses - on connait la thèse israélienne, qui est que ce sont les états arabes qui leur ont dit de partir au moment de l'invasion d'Israël, et la thèse arabe, qui est qu'ils ont été tous chassés. Vous dites que l'on a eu en gros trois cas de figure pour cet exode, pourriez-vous nous l'expliquer ?
- Par quel miracle, 650.000 déplacés ont-ils eu une descendance donnant 4,8 millions de personnes en 2011 ?
- En raison d'interdictions d'emplois en tous genres, il y a 95 % de chômage dans les camps palestiniens du Liban ce qui est une honte. Or tous les partis politiques, de droite comme de gauche, chrétiens comme musulmans, défendent cette discrimination et refusent tout accord de paix avec Israël sans "retour" des réfugiés : pourquoi ? Et comment évolue cette diaspora palestinienne, après avoir été vaincue militairement lors de toutes les guerres depuis les années 70 ?
- D'abord questions chiffres, les Palestiniens sont-ils la majorité de la population en Jordanie aujourd'hui ? Tous les Palestiniens de Jordanie sont-ils des réfugiés de 1948, ou alors d'où viennent les autres ? Vous dites que la bourgeoisie d'affaire qui fait vivre la Jordanie est palestinienne : souhaitent-ils un état palestinien pour y vivre, ou alors rêvent-ils tous encore d'un "retour" en Israël ? Et que s'est-il passé après les accords d'Oslo pour ceux qui vivaient en Cisjordanie et étaient citoyens jordaniens ?

Il s'agit vraiment d'un sujet fondamental, et j'espère vraiment que vous serez très nombreux au rendez-vous !

J.C