Notre radio

Notre radio

22 janvier 2012

Le CRIF et la Grande Mosquée, pour une citoyenneté partagée : Eve Gani et Karim Hervé Benkamla le 29 janvier

Karim Hervé Benkamla

Eve Gani



Nous allons à nouveau rester en France pour la prochaine émission, et je dois dire que c'est un numéro tout à fait spécial de ma série, "Rencontre". Spécial, parce que vous nous allons parler d'un évènement important et positif pour le dialogue judéo-musulman. Spécial aussi, car seront réunis autour de moi deux invités que je connais déjà très bien, puisque nous avons travaillé ensemble à de nombreuses reprises. Tout d'abord Eve Gani qui est une jeune collaboratrice du CRIF, où elle est chargée du développement et des relations internationales ; nous nous sommes connus dans le cadre de la "Commission pour les Relations avec les Musulmans" que j'ai l'honneur de présider depuis deux ans et demi, et justement dans le cadre de cette commission nous avons préparé ensemble la première rencontre officielle entre le CRIF et la Grande Mosquée de Paris, c'était le mardi 17 janvier, et je vous en ai déjà parlé mercredi dernier. Mon deuxième invité sera Karim Hervé Benkamla : il est presque inutile de le présenter à nouveau, puisque j'ai eu le plaisir de le recevoir à plusieurs reprises, nous avions ainsi la dernière fois parlé de Guilad Shalit, heureusement libre depuis quelques mois après un long calvaire, Guilad pour lequel il s'était courageusement engagé. Il était présent parmi les personnalités musulmanes qui ont assisté aux discours et aux conférences de cette rencontre, et il y était au titre de vice-président de l'Amitié Judéo-Musulmane de France, où il milite depuis des années.

Parmi les questions que je poserai à mes invités :

- Que représente le CRIF ? Comment notre Institution dialogue-t-elle, en général avec les autres composantes de la Cité ? Quel est le rôle des commissions, de celle pour les relations avec les Musulmans en particulier, et quelles sont les associations juives représentées dans notre commission ?

- Le CRIF n'a aucune légitimité théologique, comme devait justement le dire le Président Richard Prasquier dans son discours le 17 janvier : alors pourquoi ce choix de la Grande Mosquée de Paris, à la fois comme lieu symbolique pour cette rencontre, mais en même temps comme institution, pour s'adresser à travers elle à l'ensemble des Musulmans de France ?

- Quel a été l'engagement particulier de la Grande Mosquée de Paris vis à vis du dialogue judéo-musulman, en particulier au travers de l'AJMF ?

- Cette première grande rencontre entre institutions juive et musulmane n'avait pas de vocation religieuse, mais un objectif politique précis : comme éviter que les extrémistes ne dressent un mur infranchissable entre nos communautés. De l'autre côté de la Méditerranée, et singulièrement depuis les révolutions arabes qui ont eu toute notre sympathie au début, on voit gagner à toutes les élections ce qu'on appelle "l'islam politique" - un courant antisioniste radical, et qui a minima n'aime pas les Juifs : comment arriver à empêcher que la propagande venue de là-bas n'empêche la coexistence ici ?

- Il avait été choisi un sujet difficile pour confronter les points de vue, puisque sont successivement intervenus sur le thème : "Blasphème ou liberté d'expression ?", Maître Chems-eddine Hafiz, avocat conseil de la Grande Mosquée de Paris, et le Rabbin Rivon Krygier, de la communauté Massorti. C'est un sujet brûlant, on se souvient de l'affaire des caricatures de Mahomet, du procès contre "Charlie Hebdo", le même "Charlie Hebdo" qui a été l'objet d'un attentat récemment, suite à une autre caricature en "une" du journal : en quoi ces deux points de vue, juif et musulman, étaient vraiment différents ?

- Le Recteur Dalil Boubakeur a fait des propositions précises pour rapprocher Juifs et Musulmans, il a proposé que des commissions œuvrent  pour rétablir la connaissance réciproque dans le domaine de l'histoire, de l'art, de la pensée, il a également parlé de voyages pédagogiques communs dans des lieux symboliques comme Auschwitz : comment faire, pratiquement, pour ne pas décevoir les espoirs de cette belle rencontre du 17 janvier ?

Enfin une émission souriante, au milieu d'une actualité souvent décourageante ... soyez nombreux à l'écoute !

J.C