Notre radio

Notre radio

18 janvier 2012

Le CRIF à la Grande Mosquée de Paris : une première rencontre officielle ... et un grand bonheur !

La Grande Mosquée de Paris


J'attendais que l'évènement ait lieu pour vous en parler ; et si je le fais ce jour, c'est juste pour apporter un petit éclairage supplémentaire à  ce que vous aurez pu lire, en résumé dans la grande presse, ou plus largement sur le site du CRIF - vous en trouverez un large extrait ci-après.

Mardi 17 janvier, par une belle après-midi d'hiver, à la fois bien fraiche et merveilleusement ensoleillée, un car amenait à la porte de la Grande Mosquée de Paris une large délégation (28 personnes) de la communauté juive ! Une "première" à laquelle j'étais directement associé, puisque la grande majorité de cette délégation était composée par les membres de la "Commission pour les Relations avec les Musulmans" du CRIF , que j'ai l'honneur de présider comme certains le savent. Mon amie Eve Gani, qui travaille au CRIF et dans cette commission, a rédigé un compte-rendu fort complet que je reprends ci-dessous. A noter que dans l'article en lien, on trouvera également les deux discours, à la fois riches et sincères prononcés par le Président Richard Prasquier, qui conduisait notre groupe, et par le Recteur Dalil Boubakeur, qui nous a accueilli avec beaucoup de chaleur.

Deux informations, en complément :
- l'émission "Vivre l'islam" sur France 2, ce dimanche 22 janvier, diffusera des films et interviews sur cet évènement ;
- cette rencontre sera également le thème de ma prochaine émission, le 29 janvier : j'y reviendrai dans quelques jours.
Bonne lecture !

La Grande Mosquée de Paris et le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) se sont engagés, lors de leur première rencontre officielle, le mardi 17 janvier 2012 à la Grande Mosquée de Paris, sous la présidence du recteur, Dalil Boubakeur, et du président du CRIF, Richard Prasquier, « à faire tomber le mur de la méfiance » entre leurs deux communautés.
 « Nos deux institutions, Monsieur le Recteur, mon cher Dalil, ont déjà fait un long chemin ensemble... Elles ont décidé de prendre cette initiative pour marquer la priorité de l’enjeu d’une relation forte et apaisée entre Juifs et Musulmans en France »
 Pour Dalil Boubakeur, "la concitoyenneté doit […] œuvrer pour favoriser un climat de paix sociale en faisant taire les extrémistes d’où qu’ils viennent. L’Islam n’est pas antisémite. L’Islam de France aujourd’hui se veut conscient des problèmes et être en état de les aborder avec sérieux et ouverture d’esprit à la réalité, à la modernité et vivre avec son temps."
 « Nous avons la volonté aujourd’hui de renforcer notre relation et de nous engager, ensemble, avec des convictions communes pour une citoyenneté en partage : lutte contre la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme et rejet de la violence et des extrémismes", a déclaré Richard Prasquier dans son discours d'introduction.
Au-delà des dirigeants des institutions, ce sont les membres de la Commission pour les relations avec les Musulmans dirigée par Jean Corcos et ceux d’une délégation de la Grande Mosquée de Paris qui se sont rencontrés et exprimés sur des sujets centraux comme la citoyenneté ou encore le blasphème. Les interventions d’Arielle Schwab, de l’écrivain Sadeck Sallem, du rabbin Rivon Krygier et de Maître Hafiz ont été saluées pour leur engagement, mais aussi et surtout leur pédagogie. Sur le blasphème par exemple, Rivon Krygier a notamment rappelé : « en France, le délit d’outrage existe». Mais il ne concerne pas une croyance religieuse, mais le drapeau français. Grâce à la laïcité, « la religion n’est plus en position d’imposer, mais de proposer une croyance. »
Pour relayer les échanges, étaient présentes des personalités religieuses de premier plan comme Djelloul Seddiki, directeur de l'Institut de théologie El Ghazali ou encore Grand Rabbin René-Samuel Sirat, mais aussi des représentants des plus importantes associations d’actions socio-éducatives et de dialogue interreligieux judéo-musulman, comme l’AJMF avec le Rabbin Serfaty, la Fraternité d’Abraham ainsi que des organisations émergentes, comme Shalom Paix Salam.
Selon la Commission pour les relations avec les musulmans du CRIF, cette rencontre était la première d’un programme de rencontres exemplaires, mais aussi d’actions en commun. Hier, la Grande Mosquée de Paris dénonçait fermement l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic. Aujourd’hui, le CRIF s’élève sans ambiguïté contre les profanations des tombes musulmanes. Demain, il n’est pas exclu que si la République est menacée, les deux institutions fassent entendre leur voix.

Eve Gani