Notre radio

Notre radio

30 avril 2007

Petite mise au point avant le deuxième tour

Après avoir écrit, haut et fort, combien je me réjouissais des résultats du premier tour, je vois approcher déjà à grand pas le second ; et je me sens un peu obligé d’apporter quelques précisions, à l’attention des lecteurs réguliers ... et nouveaux, de plus en plus nombreux en cette période cruciale pour la vie politique (tous les records d’affluence auront été battus en ce mois d’avril, avec plus de 1.300 « hits » la semaine dernière).
Essayons de le faire de manière synthétique.

1. Sur mon devoir de neutralité affichée, rien à ajouter sur ce que j’écrivais ici avant le 22 avril. A nouveau, je me réjouis de constater combien les contacts noués après des années de journalisme radio sont divers, car je reçois de nombreux mails m’invitant à diffuser autour de moi des vidéos démontrant pour les uns que Nicolas Sarkozy est un homme dangereux, et pour les autres que Ségolène Royal est une Bécassine. Bien entendu, je n’en publierai aucunes, affaire de crédibilité - et de respect de la démocratie, aussi : un bon vote est un vote « positif », on vote pour quelqu’un et non contre le plus mauvais !

2. Soyons sincère aussi, mon choix est fait entre les deux finalistes : j’essaierai, après la finale, de ne pas manifester joie ou déception ; et - dans tous les cas - j’essaierai aussi de conserver une ligne lucide et critique par rapport à ce qu’il (elle) fera (ou ne fera pas), par rapport aux sujets objets de mon émission et du blog.

3. Sans donc que cela soit interprété de quelconque façon, je voudrais par honnêteté intellectuelle, revenir sur deux critiques formulées ici envers Ségolène Royal, et qui ne sont plus de saison. Dans un premier article, j’avais évoqué ses prises de position par rapport à la mouvance islamiste, et je m’étais référé à un article mis en lien, rappelant son acceptation tacite, dans le passé, du voile à l’école. Elle a, depuis, eu des mots très durs en assimilant les femmes voilées à des femmes violées ou battues (propos tenus le 13 novembre 2006 au gymnase Jappy à Paris). Et ceci lui a été vertement reproché par l’U.O.I.F lors de son rassemblement des 14 et 15 avril dernier (lien sur l'article de "Libération"). Dans un autre article consacré à l'Afghanistan, je lui reprochais de faire preuve d’une faiblesse coupable envers les Talibans en préparant l’opinion à un retrait de notre armée : or j’ai entendu Nicolas Sarkozy dire très clairement (sur France 2, jeudi soir), qu’il souhaitait mettre un terme à la participation française aux troupes de l’OTAN là-bas !

4. Indépendamment de ce que tout un chacun peut penser de chaque candidat et de leurs programmes, certaines attaques basses et crapuleuses qui visent le candidat de l’U.M.P, participent d’un très mauvais climat où l’on voit se coaliser un front « vert brun rouge » (traduire : islamistes / néo-nazis / gauchistes), fédéré par la haine à la fois des Juifs, d’Israël et des États-Unis. Un site particulièrement ignoble que vous pourrez découvrir en lien, affiche clairement la couleur avec, en page d’entrée, la photo de Sarkozy sur fond de drapeaux israélien et américain ... Mon ami Sammy Ghozlan, président du Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme, a appelé les autorités à interdire ce site qui incite à la haine. Christiane Chombeau, dans le journal « le Monde » du 30 janvier (un titre peu suspect de complaisance vis-à-vis de la droite) avait bien dénoncé le caractère nauséabond de ce site, ci-dessous un extrait de son article :
« Un coup d'oeil aux articles publiés sur toutsaufsarkozy confirme l'impression initiale : loin d'autres sites satiriques et polémiques, ce site joue sur la haine, mais aussi sur le racisme et l'antisémitisme. Le ministre de l'intérieur est ainsi attaqué sur ses origines hongroises. Qualifié de "Rastignac hongrois", d'"arriviste" il est jugé indigne d'être président. Autant du fait de ses origines que de sa politique de rapprochement vis-à-vis des Etats-Unis que l'Israël : "Ses accointances avec des hommes politiques israéliens de premier plan et sa proximité évidente avec les patrons et professionnels juifs de France (UPJF), (...) ne sont plus à démontrer, ce qui ne peut que soulever des questions sur les conflits d'intérêts à venir dans la gestion globale de la France", lit-on dans un des articles mis en ligne. Les vieux procédés de l'extrême droite y sont abondamment utilisés comme les insinuations : "Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie ? Mais surtout, que faisaient ton grand-père et ton père durant la période 1941-1944 ?", peut-on ainsi lire ; on y manie aussi les persiflages sur l'aspect physique de la personne et en l'occurrence sur la petite taille du président de l'U.M.P appelé "le nain" ou "le petit immigré hongrois". Sans compter les photomontages ou un croquis montrant M. Sarkozy de profil avec un nez proéminent. D'autres articles propagent des thèses révisionnistes voire négationnistes sur la Shoah tout en prenant soin de mentionner que l'auteur de l'article n'est en rien raciste ou antisémite et n'adhère pas forcément aux idées développées. Publicité a également été donnée à la conférence "sur l'Holocauste" organisée en Iran en décembre 2006 et où s'est notamment rendu le négationniste Robert Faurisson.

5. Ceci me conduit, bien naturellement, à faire le lien avec le libellé des trop nombreuses recherches à connotation antisémite conduisant des lecteurs sur mon blog (actuellement, près de 25 %, voir en lien ma dernière compilation). Dans cette campagne, et pour la première fois, on aura vu l’antisémitisme s’inviter de façon insidieuse en « ciblant » un des candidats principaux, ce qui par ricochet peut lier les Juifs à l’un des camps. Sans donc oublier ni les authentiques amis d’Israël et de ma communauté présents au P.S, ni les rescapés de la « Politique Arabe de la France » présents en force autour du candidat de l’U.M.P, il serait malhonnête de nier l’évidence : que cela nous plaise ou non, la victoire de la gauche sera vécue, par certains de ses électeurs, comme un coup porté au mythique « lobby juif ».

J.C