Notre radio

Notre radio

20 avril 2007

François Bayrou, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy interviewés par le journal « Actualité Juive »

Voici la reprise des compte-rendus publiés hier sur le site du CRIF, après les interviews des trois "présidents potentiels" par notre confrère "Actualité Juive".

Dans une interview accordée à « Actualité Juive », François Bayrou présente l’essentiel de son programme centriste basé sur « une majorité élargie comprenant des gens venant du centre, de gauche et de droite mais aussi issus de la société civile, où chacun conservera ses convictions, où chacun respectera l’autre mais où tous ensemble, ils travailleront au redressement de notre pays ». Interrogé sur la lutte contre l’antisémitisme, le candidat UDF estime que « l’antisémitisme est totalement inacceptable » et rappelle que « quand on touche à un juif parce qu’il est juif, on touche à la République ». Il veillera à ce que la loi soit « appliquée avec toute la rigueur nécessaire ». « C’est plus qu’une affaire de justice, c’est une affaire de principe et de valeurs », ajoute t-il.
Sur le principe de laïcité, François Bayrou est très claire. Il s’agit d’ « une règle invariable quelle que soit le poids démographique des religions dont on parle ».
S’agissant du Proche-Orient, il se dit « admiratif de la démocratie israélienne ». Selon lui, « la France doit être plus présente » dans la région. « Parce que la France entretient de bonnes relations avec Israël mais aussi les pays arabes, elle doit mettre à profit cette amitié pour aider à la recherche d’accord de paix », ajoute t-il. François Bayrou souhaite aider Israël à entrer dans l’organisation mondiale de la Francophonie et pense que « l’Europe peut aider les Israéliens et les Palestiniens à trouver des solutions pour pouvoir vivre en paix ».

Interviewée par « Actualité Juive », Ségolène Royal revient sur son voyage au Proche-Orient. « J’ai senti lors de cette visite toute l’énergie, la soif de vie et de justice d’Israël. » « Les objectifs de la France dans la région seront la paix, la sécurité pour les Etats, mais aussi la justice pour les peuples et le développement pour tous », précise la candidate socialiste. Inquiète de la situation dans la région, Ségolène Royal assure que « la France s’engagera dans la recherche d’un règlement d’ensemble en lançant l’initiative d’une conférence internationale de paix au Proche-Orient ». « Mon action, ajoute t-elle, reposera sur les principes qui peuvent permettre de progresser vers une paix durable : la sécurité pour Israël et le droit des Palestiniens à un Etat indépendant et viable ».
Seule candidate à avoir fermement pris position contre l’accès de l’Iran au nucléaire civil, Ségolène Royal fera en sorte de mettre « l’Iran face à ses responsabilités ».
Interrogée sur le principe de laïcité, la candidate PS se dit « opposée à toute remise en cause de la loi de 1905 » et « propose de la consacrer par une Charte de la laïcité. »
Sur la question de l’antisémitisme et du racisme, elle estime « que la bataille doit se mener à l’école par l’éducation à la citoyenneté et l’indispensable devoir de mémoire ». Lors de sa visite au camp des Milles, elle s’était « engagée à aider ces lieux de mémoire indispensables ». « Cette pédagogie de la mémoire, c’est aussi, pour la France, avoir le courage de regarder son histoire en face, avec ses ombres et ses lumières », précise Ségolène Royal.

Nicolas Sarkozy s’est entretenu avec « Actualité Juive » sur son programme électoral. Le candidat UMP est revenu sur ses actions en tant que Ministre de l’Intérieur. Il rappelle sa détermination dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et certifie que contre ce fléau, « il n’y a qu’un axe d’action possible : éduquer, condamner, réprimer ».
Etablissant un constat noir de la situation au Proche-Orient, « terrorisme et extrémisme violent, conflits civils, ambitions de puissance, prolifération balistique et nucléaire », Nicolas Sarkozy est favorable à un engagement avec les partenaires européens pour faciliter la résolution des crises. Plus spécifiquement sur conflit israélo-palestinien, il signale « deux réalités fondamentales: d’un côté, le terrorisme dont est victime la population israélienne, qui est inacceptable, de l’autre, un peuple occupé, qui ne renoncera jamais, quoi qu’il endure ». D’après le président de l’UMP, « dans ce conflit, la France doit adopter une position équilibrée et un discours de franchise ». Il lance un message aux protagonistes du conflit. : « À nos amis palestiniens, je veux dire que l’existence et la sécurité de l’Etat d'Israël ne sont pas négociables et que rien ne peut justifier la violence. Les terroristes qui prétendent agir en leur nom et pour leur bien sont en fait les véritables ennemis des Palestiniens car ils les privent d’une paix à laquelle ils aspirent et ont droit. Et à nos amis israéliens, je veux dire qu’Israël doit se tenir prêt à faire les concessions nécessaires pour permettre aux Palestiniens d'établir un État viable. Je défendrai avec la même énergie le droit d’Israël à vivre en sécurité et le droit des Palestiniens à disposer d’un État ».

On verra donc après les élections, si le comportement effectif du (ou de la) candidat(e) élu(e) sera conforme à ces belles paroles que je vous engage à enregistrer soigneusement ... car il est acquis, dans tous les cas de figures, que - hormis une capacité de nuisance en cas de score particulièrement élevé, voire même de « 21 avril bis » -, Jean-Marie Le Pen ne sera pas le futur Président de la République !

Enfin (et cela vous pourrez le vérifier dès ce dimanche 22 avril au soir), je vous invite à lire les derniers pronostics des instituts de sondage. Car c’est la première fois qu’une élection présidentielle ressemble à un quartet, avec des chevaux bien difficiles à départager pour l’ordre d’arrivée. En dernière analyse donc, ce serait Sarko entre la 1 et la 2, Ségo entre la 1, la 2 et la 3, Bayrou entre la 2, la 3 et la 4, Le Pen entre la 3 et la 4 ... il n’aurait plus manqué que Galouzeau pour un quintet !

J.C