Notre radio

Notre radio

18 avril 2007

Musharraf, portrait inédit


Le Cox du jour
- avril 2007


Pour ce troisième hommage au dessinateur Cox, j'ai choisi de laisser le Moyen Orient et de vous conduire dans une autre région du Monde, le sous-continent indien où vivent - on l'oublie trop souvent - 400 millions de Musulmans !

Le général Pervez Musharraf règne donc sur le Pakistan, ce qui ne doit pas être une sinécure ! Berceau de l'une des variantes de l'islamisme, ce pays a vu le théoricien Al Mawdoudi définir une bien étrange règle du jeu pour les leaders en terre d'islam ... ci-après un extrait du livre d'Antoine Sfeir "Les réseaux d'Allah" (Éditions Plon, 2001) :
"Cet intellectuel pakistanais né en Inde avant l'indépendance s'interroge : "qui détient la souveraineté ?" Nulle part dans les textes sacrés de l'islam le terme de hakimiyya (la souveraineté) n'est mentionné. Partant du postulat que cette hakimiyya ne peut être que divine, il aboutit à la conclusion que les dirigeants actuels des pays musulmans ont usurpé la souveraineté absolue de Dieu (...) Ils sont sur terre pour veiller à l'application de la loi divine, la charia, la loi de Dieu".
Et Antoine Sfeir de préciser que, deux ans avant sa mort en 1979, Al Mawdoudi eut le bonheur de voir accéder au pouvoir, suite à un coup d'état, le général Zia Ul Haq, qui imposa la charia .

La suite est hélas connue : alliant joyeusement idéologie islamiste et intérêts géostratégiques, le tout en parfaite osmose avec les États-Unis et l'Arabie Saoudite, le Pakistan allait servir de base arrière d'abord à la guérilla anti-russe en Afghanistan, puis aux Talibans qui prirent le pouvoir dans les années 90 ; et accueillirent chaleureusement les terroristes d'Al-Qaïda ... jusqu'au 11 septembre, et à leur renversement par l'intervention américaine.
Depuis, Musharraf, fidèle allié des USA mais chef d'un État où les islamistes dominent la rue, joue un jeu subtil d'équilibriste. Tout le monde sait que le Waziristan frontalier de l'Afghanistan est devenu une zone pratiquement intouchable, tout le monde sait que des enfants apprennent là bas par dizaines de milliers la haine fanatique de l'Occident dans les innombrables madrassas (écoles religieuses), mais le Président - qui a échappé à plusieurs attentats - tient le cap, et arrive parfois à capturer de gros gibiers de la mouvance Ben Laden. Chef de la première puissance nucléaire musulmane, il conserve un cap prudent, coincé entre son alignement sur les États-Unis et les complicités, passées ou futures, vis à vis des inquiétants voisins iraniens (le père de la bombe pakistanaise, le Docteur Khan, a avoué avoir fourni à l'Iran la technologie de l'ultracentrifugation).

Le Pakistan est donc un vaste sujet, sur lequel j'espère bâtir une émission dans les prochains mois à partir d'un livre qui vient de sortir !

J.C