Notre radio

Notre radio

16 décembre 2006

Sciences Po, le 14 décembre : 17 intellectuels ont lancé un appel à la fermeté face à l'Iran

Elie Wiesel

Le 28 septembre dernier, une pétition intitulée « l’appel aux dirigeants européens » était lancée pour appeler à la fermeté contre la République Islamique d’Iran, alors que l’ultimatum du Conseil Sécurité de l’ONU sur le nucléaire était resté lettre morte un mois avant. Le texte commençait ainsi :
« Au nom de notre attachement à la démocratie, à ses valeurs, aux libertés qu’elle garantit, au respect des règles de droit qui la fondent, nous exhortons les dirigeants européens à faire face au danger que font peser sur le monde les dirigeants iraniens, leur volonté de se doter de l’arme nucléaire et de « rayer Israël de la carte »

On trouvera le texte complet de l’appel sur le site "iran-resist"). Son écho sembla modeste au départ, malgré les signatures célèbres de cette pétition. Et puis, peu à peu, des centaines d’anonymes se sont joints aux premiers. L’association "le Cercle" (visiter le site en lien) et son dynamique président, Fabrice Chiche, se sont surpassés pour qu’enfin monte la voix de la résistance à la terrible menace des Mollahs, alors que nous vivons des heures dramatiques au Proche-Orient avec de nouvelles promesses de détruire Israël, « dont les jours sont comptés », comme vient de le dire à Téhéran Ahmadinejad, le fou furieux président. D’où l’idée d’un colloque public jeudi dernier à Sciences Po, dans le grand amphithéâtre Emile Boutmy.

Terriblement choqués par la « conférence » négationniste de Téhéran, la première organisée en plein jour par un État membre de l’ONU, nous étions plus de mille à envahir l’auguste bâtiment universitaire dès 17 heures ... alors que se pressaient des centaines d’étudiants de Sciences Po, passionnés par le sujet - et conscients du danger nucléaire iranien comme la majorité des Français
(lire le dernier sondage TNS SOFRES publié sur le site du CRIF) : les inscrits dont j’étais ne purent tous assister en direct au colloque dans l’amphi, devant se rabattre à l’étage supérieur dans une autre salle de conférence avec vidéo projection.

Et c’est ainsi que, durant plus de deux heures, j’ai pu voir à l’écran et en détail les visages graves des intervenants : celui de Roger-Pol Droit, philosophe et chroniqueur au journal « Le Monde » qui présidait le colloque ; la face bouleversée d’Elie Wiesel, venu spécialement de New York et qui nous a dit combien lui, le survivant de la Shoah, il était angoissé comme jamais il ne l’avait été depuis 60 ans ; le visage à la fois frêle et résolu de Cynthia Fleury, jeune philosophe qui a été mon invitée à « Rencontre », et qui a dit combien l’Europe jouait toute sa crédibilité éthique face à la barbarie en marche ; et puis d’autres visages, ceux de 17 intellectuels au total, citons les autres : André Glucksmann, Ezra Suleïman, Pascal Bruckner, André Green, Rémi Brague, Aldo Naouri, Paul Audi, Monique Atlan, Shmuel Trigano, Fabrice Chiche, Christian Delacampagne, Sophie Dulac, Gérard Garouste et François Rachline.

J’ai suivi chaque intervenant comme tétanisé, car on ressentait combien le moment était grave, et certains exposés faisaient froid dans le dos car on nous a dit des choses que l’on savait mais qui, dites ensemble, donnaient encore plus le vertige : André Glucksmann rappelant que l’équilibre de la terreur nucléaire ne signifie rien pour des illuminés comme Ahmadinejad - et évoquant les gares allemandes, prises d’assaut en 1945 par des millions de civils en fuite, et où des hauts parleurs diffusaient les notes triomphantes de la Walkyrie ; Shmuel Trigano rappelant la matrice idéologique sanglante du chiisme messianique au pouvoir à Téhéran ; Rémi Brague disant que respecter ses adversaires, c’est les prendre au sérieux et soulignant qu’il faut croire le président iranien quand il dit qu’il va détruire Israël ; Christian Delacampagne, professeur d’université de retour des USA, décrivant combien l’isolationnisme a la vent en poupe là bas après l’échec irakien - et combien Israël, puis l’Europe, seront seuls face à un ennemi redoutable ; Ezra Suleïman disant combien l’opinion occidentale est obnubilée par le problème palestinien, alors que l’Iran ne veut pas sa solution mais uniquement la destruction de l’État juif ; et puis (parce qu’elles m’ont beaucoup touché), les interventions de Sophie Dulac, productrice de cinéma et du peintre Garouste, qui ne sont juifs ni l’un ni l’autre et qui ont dit combien les racines juives de l’Europe sont refoulées, niées aujourd’hui, ce qui rend si difficile l’expression d’une solidarité vis-à-vis d’un État menacé de destruction ; mais combien, aussi, l’idée de sa destruction leur était insupportable !

J’ai quitté Sciences Po avec à la fois plein d’espoir, au vu du monde et de la qualité des présents, et un profond désespoir, convaincu qu’un affrontement extrêmement violent est inévitable avec le nouvel Hitler de notre époque. Une conviction que partageait l'écrasante majorité des plus de mille auditeurs captivés du colloque : pour preuve, les maigres applaudissements recueillis par François Nicoullaud, ancien ambassadeur à Téhéran, venu plaider pour la poursuite des négociations. A noter enfin, totalement inattendu, le message de soutien adressé par Jacques Chirac aux organisateurs du colloque, message dont Roger Pol Droit devait lire un bref extrait en fin de réunion ; un Président de la République faisant preuve donc, ce jour là, d'une fermeté dont on pouvait douter (relire à ce sujet en lien l'article publié il y a quelques mois sur le blog).

J’espère que l’on trouvera bientôt sur un « provider » comme « you-tube » ou « dailymotion » des enregistrements de ce colloque si réussi. Je reviendrai aussi sur cet appel à la radio, où je compte inviter à mon émission Fabrice Chiche ainsi que l’un des signataires présents à la tribune. Dans l’attente, je vous donne l’adresse pour apporter votre soutien :
appelauxdirigeantseuropeens@yahoo.fr
Une interview peut déjà être entendue sur le WEB :
Ecoutez l'interview d'Elie Wiesel sur France Info réalisée le 14 décembre, jour du colloque.

Jean Corcos