Notre radio

Notre radio

14 juin 2007

J'y pense tous les matins en me rasant !

Le Président Habib Bourguiba
dans son palais de Carthage, 1964
(photo tirée du livre "Bourguiba", tome 2, Un si long règne,
Sophie Bessis et Souhayr Belhassen, Jeune Afrique Livres)


Le sourire du mois
- juin 2007


J'adore cette photo qui révèle une face très humaine d'un personnage historique ...

"Grand homme" Habib Bourguiba le fut, assurément, père de la Tunisie indépendante, "Combattant suprême" comme le désignait l'hagiographie officielle. Et son bilan est impressionnant : avoir obtenu la liberté de son peuple sans passer par la violence terroriste (qui fut la marque de fabrique du F.L.N dans l'Algérie voisine) ; avoir aboli la monarchie beylicale, sans massacres ou règlements de comptes comme devaient les connaître d'autres états du Tiers Monde ; avoir progressivement repris le contrôle des leviers économiques, sans provoquer (ou presque) de crise trop violente avec l'ex-colonisateur ; avoir gagné le respect du monde arabe, sans céder aux sirènes du Nassérisme, puis de l'islamisme ; et surtout, surtout, avoir tenté de laïciser la société tunisienne, en donnant tout de suite aux femmes musulmanes des droits qu'elle n'avaient nulle part ailleurs dans le monde arabe : un bilan remarquable, qui - sans vouloir oublier ses erreurs, ou le caractère autoritaire de son régime, ou sa triste fin cramponné au pouvoir dans l'hiver de sa vie -, doit être salué !
Mais simple humain, de petite taille et contraint aux obligations ordinaires de ses semblables, il le fut aussi : cette photo nous le montre, banalement, en train de se raser ... Alors j'ai voulu vous la montrer, en clin d’œil pour un autre Président, notre nouveau Chef de l’État.
Souvenez-vous : à Alain Duhamel qui lui demandait lors d'une émission de télévision si "il pensait à devenir Président le matin en se rasant", Nicolas Sarkozy répondit, avec beaucoup de franchise : "Non Monsieur Duhamel, pas seulement en me rasant !"


Question subsidiaire : à quoi pensait Bourguiba, tous les matins en se rasant ?


J.C