Notre radio

Notre radio

03 juin 2007

Djamel Bouras et les législatives, suite

Décidément, l’investiture de Djamel Bouras par le Mouvement Démocrate dans la deuxième circonscription de Seine-Saint Denis n’en finit pas de faire des vagues.

Je reproduis, d’abord, le communiqué publié le 31 mai dernier par la LICRA :

La LICRA tient à marquer son étonnement, sa stupéfaction et son incompréhension devant l’annonce par le nouveau courant centriste de François Bayrou, le Mouvement Démocrate, de la candidature aux Législatives (en Seine-Saint-Denis) de M. Djamel Bourras sous l’étiquette du MoDem.
La LICRA croyait partager avec le dirigeant du MoDem des valeurs républicaines communes, à savoir la laïcité, le refus des communautarismes, la défense de l’égalité entre homme et femme, le rejet de l’antisémitisme.
La LICRA tient à rappeler à M. Bayrou, membre du comité d’honneur de la LICRA, s’il ne le savait pas, que M. Bourras fut un soutien actif de la liste Euro-Palestine en 2004 et récemment de M. Dieudonné, a défendu le droit d’émettre en France de la chaîne du Hezbollah, Al-Manar, a contesté la légitimité de notre République à légiférer sur les signes religieux à l’école publique, a préféré dédier sa médaille olympique en 1996 à « tous les musulmans du monde » plutôt qu’à la nation qu’il représentait.
La LICRA regrette qu’un membre de son comité d’honneur soutienne, en parrainant la candidature de M. Bourras, des prises de positions contraires aux valeurs de la démocratie française.


J’ai reçu d’un jeune blogueur, Olivier, nouvel adhérent du Mouvement de François Bayrou, un mail où il me signale qu’il a interpellé (sans grand succès) le directeur de campagne de Djamel Bouras, en mettant également en ligne une pétition : visitez son blog.

Reçu également le lien vers la vidéo, très instructive, du face à face entre Max Gallo et Djamel Bouras dans l’émission « Tout le monde en parle » (série disparue de France 2, produite par Thierry Ardisson) : cliquer ici. C’était en février 2006 : 15 mois après, d’une manière peu surprenante dans le fond, le premier s’est rallié à Nicolas Sarkozy ; tandis que le deuxième est soutenu par un parti politique qui tend, de plus en plus, à se définir comme le grand rassemblement des « anti-Sarko » qui ne sont pas de gauche ... A noter, aussi dans ce débat, l'appui résolu de l'ex-judoka à Dieudonné, avec un argument d'une infinie mauvaise foi : non, ce n'est pas seulement un sketch douteux de ce dernier (lors d'une émission de Fogiel), qui a motivé sa censure sur les plateaux télés ; Dieudonné a tenu, à plusieurs reprises, des propos ouvertement antisémites, qui ont d'ailleurs été condamnés par la Justice.

J.C