Notre radio

Notre radio

31 janvier 2013

Rejet de l'Islam, hostilité résiduelle au Judaïsme : les résultats inquiétants d'un sondage d'opinion


 Source des illustrations : journal "Le Monde"

"Rarement la défiance envers l'islam aura été aussi clairement exprimée par la population française. 74 % des personnes interrogées par Ipsos estiment que l'islam est une religion "intolérante", incompatible avec les valeurs de la société française. Chiffre plus radical encore, 8 Français sur 10 jugent que la religion musulmane cherche "à imposer son mode de fonctionnement aux autres". Enfin, plus de la moitié pensent que les musulmans sont "en majorité" (10 %) ou "en partie" (44 %) intégristes ..."

Ainsi débute cet article du journal "Le Monde", publié le 24 janvier dernier.

Il reviendra, bien sûr, aux experts d'analyser les critères techniques de ce sondage, dont la représentativité peut toujours être sujette à caution (les sondés ont été consultés par Internet par l'Institut Ipsos).
Pour information, lien sur cette enquête : 
On notera par ailleurs que les questions ne portaient pas uniquement sur "la question religieuse".

Les résultats de ce sondage sont catastrophiques pour l'image des Musulmans dans notre pays, et bien que je n'aime pas le terme "d'islamophobie" (utilisé de façon malsaine et récurrente par les supporters de l'islam politique pour discréditer toute critique), il est difficile de trouver une expression mieux adaptée face à ce que ressentent l'écrasante majorité des Français : une peur panique de l'islam, car comment l'appeler autrement ?

Cette peur semble inspirer - mais est-ce étonnant lorsque l'irrationnel domine les sentiments ? - des opinions contradictoires : ainsi un nombre non négligeable des Français (45 %) jugent que la proportion d'intégristes parmi les Musulmans du pays est "une toute petite minorité" ; mais les trois quart pensent par ailleurs que "la façon avec laquelle la religion musulmane est pratiquée ne la rend pas compatible avec les valeurs de la société française" ; on en conclurait donc que cela est du à la pratique intégriste de cette religion par la majorité de ses fidèles, d'où une curieuse contradiction.

A noter aussi les opinions des sympathisants de gauche, qui s'écartent de la moyenne tout en restant majoritairement hostiles : une majorité de sympathisants du Front de Gauche et du Parti Socialiste partagent le même avis sur "l'incompatibilité" de la pratique de la religion musulmane, tout en étant moins nette que pour le reste des électeurs, le sommet dans le rejet (94 %) se trouvant - mais ce n'est pas une surprise - au Front National, qui a fait de l'islamophobie son "fond de commerce". Mais, pour en revenir aux sympathisants de gauche, il est clair aussi qu'un vieux fond "laïcard" et anti religieux explique plus ce rejet relatif qu'une hostilité aux Musulmans en tant que tels : en effet, on retrouve aussi chez eux 17 % des sympathisants du Front de Gauche et 19 % de ceux du Parti Socialiste qui se posent la même question pour la religion catholique !

Concernant les Juifs, je trouve que les chiffres ne sont pas forcément flatteurs : bien sûr, on ne relève pas le même rejet massif que celui visant l'Islam, mais il y a quand même un bon quart de Français à juger que la pratique du Judaïsme dans leur pays "n'est pas compatible" avec les valeurs de la Société : en quoi, aimerait-on répliquer ? Les Juifs se rendent-ils coupables plus que d'autres d'incivilités ? Remettent-ils en question le principe de la laïcité à l'école ou ailleurs ? Présents depuis 2.000 ans sur le territoire et ayant tant contribué au rayonnement culturel et économique du pays, les pratiquants parmi eux auraient quand même des valeurs "contraires à celles de la France" ? Le plus surprenant, en l’occurrence, vient de la ventilation de ce quart de l'opinion que l'on ne se forcerait pas trop à appeler "antisémite" : la droite modérée et le centre sont, relativement pour l'une et très nettement pour l'autre, moins négatives vis à vis des Juifs que cette moyenne ; les sympathisants du Front National - que l'on imaginerait les plus hostiles - sont exactement dans la même répartition d'opinions. Par contre, le tiers de ceux du Front de Gauche et 30 % de ceux du Parti Socialiste ont une même image négative de la religion juive : effet indirect du conflit israélo-palestinien, où les sympathisants de Gauche ont depuis longtemps, maintenant, une antipathie marquée pour l'état juif ? Rejet des religions en général, comme relevé ci-dessus ? La question mérite d'être posée.

Jean Corcos