Notre radio

Notre radio

25 septembre 2006

Le discours de Tzipi Livni devant l'Assemblée Générale de l'ONU

Tzipi Livni devant l'Assemblée Générale de l'ONU
(photo AFP, 20 septembre 2006)

Introduction :
Conflit israélo-palestinien, image d'Israël dans le Monde, menaces iraniennes ... et vœux, de Shana Tova en même temps que de bon Ramadan pour les Musulmans ... un discours très dense de la Ministre des Affaires Etrangères, dont je reproduis ci-dessous quelques extraits.
J.C

" (...)
En beaucoup d’endroits du monde, nous sommes vus principalement à travers le filtre du conflit israélo-arabe. Et trop souvent, ce filtre distord. Pour beaucoup, ce conflit illustre le combat de David et Goliath, Israël étant injustement perçu comme Goliath. Mais cette image simpliste ignore le fait qu’Israël demeure une démocratie menacée dans une région hostile.
Nous avons, par nécessité, la capacité de nous défendre, mais nous serons toujours tenus par nos valeurs. Et cependant, nous faisons face à un ennemi qui désire utiliser, lui, tous les moyens à sa disposition, qui désire tuer sans retenue et sans distinction.
Chaque victime innocente dans un conflit est une tragédie. Il n’y a pas de différence entre les larmes d’une mère israélienne pleine de chagrin et celles d’une mère palestinienne pleine de douleur. Mais il y a une différence morale entre les terroristes qui cherchent à viser les civils, et les soldats qui ciblent les terroristes tout en cherchant à éviter de porter atteinte aux civils.
Pour protéger son intégrité, la communauté internationale doit soutenir cette distinction morale essentielle. Le terrorisme est du terrorisme, même quand on veut l’appeler résistance. Il ne peut être justifié et il ne peut être mis sur le même plan que les actions de ceux qui cherchent à s’en défendre.
(...)
Si nous voulons protéger nos valeurs, il ne suffit pas de croire en elles ; nous devons agir en accord avec elles. Il n’y a pas de plus grand défi contre nos valeurs que celui posé par les dirigeants d’Iran. Ils nient et raillent l’Holocauste. Ils parlent fièrement et ouvertement de leur désir de rayer Israël de la carte. Et maintenant, par leurs actions, ils acquièrent les armes pour atteindre leurs objectifs, pour mettre en péril la région et menacer le monde.
Le moment de vérité, Madame la Présidente, le voici.
La communauté internationale n’a pas de plus grande responsabilité que de s’opposer à ce danger grandissant - pas seulement pour Israël, mais pour elle-même ; pour les valeurs dont elle se réclame, pour le monde que nous voulons offrir à nos enfants.
Que faut-il de plus pour que le monde prenne cette menace au sérieux ? Que faut-il de plus pour mettre fin aux hésitations et aux excuses ? Nous connaissons les leçons du passé. Nous connaissons les conséquences de l’apaisement et de l’indifférence. Il n’y a pas de place pour de tels dirigeants dans cette enceinte. Il n’y a pas de place pour un tel régime dans la famille des nations.
(...)
En ces jours, les Juifs s’apprêtent à accueillir la Nouvelle année et les Musulmans du monde entier préparent le mois saint du Ramadan. Alors que deux grandes fois entament leur voyage annuel de réflexions et de décisions, faisons en sorte que les nations du monde fassent aussi ce travail. (...)
Le message de ces jours particuliers est qu’aucun futur n’est prédéterminé. Aucun conflit n’est inévitable. Il ne dépend que de nous de faire les bons choix. C’est par eux que l’Histoire nous jugera.
Puissent les malédictions de l’année passée prendre fin ; puisse la bénédiction de cette nouvelle année commencer.

Shana Tova. "

Pour lire la traduction en français de plus larges extraits du discours, aller sur le site de l’Ambassade d’Israël à Paris en cliquant ici. Pour une présentation de Tzipi Livni, lire sur le blog l'article du 18 janvier