Notre radio

Notre radio

29 septembre 2006

Terreur islamiste sur la Somalie

Une photo ancienne de Soeur Leonella,
la religieuse italienne assassinée à Mogadiscio
(photo tirée du site www.lastampa.it)

Introduction :
Sœur Leonella était très connue et appréciée à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Elle y travaillait encore, à l'âge de 70 ans, dans un hôpital pour enfants financé par une ONG autrichienne. Elle a été lâchement assassinée le dimanche 17 septembre, au lendemain d'un appel à la vengeance lancé par un responsable religieux local, en représailles aux propos du Pape dont le blog s'est fait largement l'écho la semaine dernière. Comme après l'affaire des caricatures de Mahomet, les fanatiques islamistes n'ont eu aucun scrupule à tuer une innocente, venue dans leur pays pour soulager la misère ... Mais au delà de son horreur, ce crime attire l'attention aussi sur un pays très pauvre, livré à l'anarchie depuis plus de quinze ans et où des "Talibans" locaux, intitulés "Tribunaux islamistes" ont pris il y a quelques mois le contrôle de la capitale, Mogadiscio. L'indispensable site Memri, en lien permanent, vient de consacrer le 19 septembre dernier un article  à la situation là bas. Cet article est la traduction en français d'un éditorial en anglais, publié par le journaliste somalien Bashir Goth et intitulé "Coucher avec un démon vêtu à la mode islamique". On pourra en lire le texte intégral en cliquant ici. En voici un extrait.
J.C

" Malgré leurs discours doucereux et leur pudeur, les islamistes ont un noble programme: ils voudraient arabiser la Somalie pour en faire un émirat islamique de type taliban. Il existe déjà une sérieuse érosion culturelle. Les noms des personnes ne sont plus identifiables. Les islamistes aiment se faire appeler Abou Qutayba ou Abou Mansour, conformément à la tradition d'Al-Qaïda et d'autres groupes radicaux qui occultent leur véritable identité derrière des noms empruntés aux légendaires leaders musulmans.
Les belles Somaliennes ont été enterrées sous des couches de tissu lourd exactement comme les taliban, et on a demandé aux fidèles de les enchaîner à la maison. Bientôt les islamistes déclareront Haram la langue somalienne et l'alphabet latin, et le remplaceront par l'alphabet arabe, comme dans le cas de l'ourdou et du farsi: ce n'est qu'une question de temps. Ils se sont déjà mis à administrer des coups de fouet pour de petits délits et ont menacé de la peine de mort ceux qui ne respectent pas les cinq prières journalières.
Personne ne sera surpris s'ils se mettent à menacer les organisations internationales contre l'embauche de Somaliennes, à l'instar des taliban et des oulémas extrémistes du Cachemire dévasté par le tremblement de terre, lesquels ont dernièrement averti les ONG de ne pas embaucher leurs femmes et de ne pas réagir aux violences."
"Et par-dessus tout, les dirigeants islamistes de Mogadishu sont des menteurs. Après avoir chassé les leaders militaires de Mogadishu, ils ont assuré qu'ils n'avaient aucune intention de conquérir de nouveaux territoires ou de causer de nouvelles effusions de sang. Ils ont dit qu'ils voulaient consolider la paix dans la capitale et négocier avec le gouvernement TFG, mais depuis ils sont devenus particulièrement belliqueux et ont envoyé leurs brigades martyre détruire tout village, toute ville ou peuple qui leur barrerait le passage. Ils ont vigoureusement nié toute volonté de puissance et toute aspiration à gouverner le pays, mais toutes leurs actions révèlent leur haine de la démocratie et leur affinité avec les régimes dictatoriaux. Ils ont nié toute intention d'appliquer la sharia, et se sont pourtant hâtés de faire adopter aux Somaliens les tribunaux islamiques. Ils ont dit qu'ils n'imposeraient jamais l'habit islamique aux femmes, mais ont fait en sorte qu'il soit difficile pour les femmes non entièrement revêtues d'arpenter les rues de Mogdishu. Ils ont déclaré qu'ils voulaient vivre en paix avec les pays voisins, mais n'ont pu cacher leur intention d'unifier les territoires somaliens de la Corne d'Afrique sous la direction de l'islam. Et ce faisant, l'Union des groupes islamistes de Mogadishu a déclaré la guerre là où régnait la paix régionale et internationale. Leur permettre d'accomplir leur programme sous prétexte de rendre la paix à la Somalie, ce n'est pas seulement faire preuve de myopie ; c'est une imprudence ; c'est coucher avec un démon en habit islamique."

Bashir Goth