Notre radio

Notre radio

02 septembre 2006

Hommage à Naguib Mahfouz

Naguib Mahfouz
(photo tirée du site www.egypttoday.com)

Le géant des lettres égyptiennes, Naguib Mahfouz, s’est éteint cette semaine à l’âge de 94 ans.
Prix Nobel de Littérature 1998, c’était aussi un militant de la Paix comme le titre le blog ami « diasporablog » dans un article d’hommage en lien. Il avait été, en effet, le seul intellectuel arabe de renommée internationale à avoir approuvé les accords de Camp David mettant fin à des décennies de conflits entre son pays et Israël. Une position qu’il allait payer chèrement, puisqu’en 1994 il faillit être assassiné par un islamiste - et il resta invalide suite à cet attentat.

En plus de ce « post » qui donne une bonne synthèse sur Naguib Mahfouz, je vous donne le lien sur la page Web tirée du site du journal "Al Ahram Hebdo" , publiée à l’occasion des 94 ans du Prix Nobel, en décembre dernier. Dans des extraits du recueil intitulé « Ahlam fatret al-naqaha » (rêves de convalescence), l’écrivain, rêveur impénitent au sens propre et figuré du terme, évoque quelques uns de ses songes où il est presque toujours question de jolies femmes ...
Et puis, je profite de cet hommage pour reproduire une très belle citation de lui, publiée dans la biographie parue sous la plume de Claude Guibal, dans le journal "Libération" du 31 août.
"Pour lutter contre le terrorisme, la première chose à faire, c'est une véritable révolution de l'enseignement. Ici en Egypte, on ne connait que la Loi du par cœur. Tout ce qui est écrit est vrai. Il faut en finir avec cet esprit, et permettre aux jeunes de développer un esprit critique, apprendre à réfléchir. La télévision doit ouvrir ses portes aux intellectuels, aux savants, aux musulmans et à ceux qui n'ont pas de sentiments religieux. Il faut faire comprendre aux jeunes que l'islam n'est pas contre la modernité. Que l'islam est contre la violence ! Il faut bénéficier de la modernité, en profiter, l'utiliser. Il faut connaître les autres civilisations. Quand j'étais jeune, on les prenait comme références. Nos grands révolutionnaires, comme Mustapha Kamal ou Saad Zaghloul, étaient de bons musulmans mais aussi des hommes modernes, qui envoyaient les jeunes avec des bourses à l'étranger."

Je profite de ce « post » pour adresser un salut amical à l’équipe de « diasporablog ». Ce média devenu une référence pour ce qui concerne à la fois l’actualité et les évènements culturels touchant la communauté juive, a eu quelques déboires avec l’hébergeur « blogger ». Il a migré sur une adresse temporaire, hébergée cette fois par « canalblog » ... en attendant de se transformer en un site à part entière, je vous en informerai alors en temps utile !

J.C