Notre radio

Notre radio

14 septembre 2006

Humour de Mollahs

Dessin de Cabu, journal "Charlie Hebdo" (23 août 2006)

Merci, Cabu, pour ce dessin évoquant l'obscène exposition de caricatures sur la Shoah organisée à Téhéran. Merci, aussi et surtout, au Directeur de la revue satirique, Philippe Val, pour y avoir consacré un éditorial entier. Car on semble ici, en France, prêt à nouveau à toutes les compromissions avec les "nazislamistes" qui roulent la communauté internationale dans la farine à propos du nucléaire. Après l'éloge du "rôle stabilisateur de l'Iran" par Douste Blazy en pleine guerre du Liban, après les propos cauteleux de Chirac sur le "divorce Occident-Islam qu'il faut à tout prix éviter", on doit se rabattre sur la modeste équipe de "Charlie Hebdo" - et sur quelques personnalités courageuses comme François Léotard (lire sur le blog) - pour appeler un chat un chat, et les dirigeants iraniens des ordures !

Oui, il se passe vraiment quelque chose d'extraordinaire depuis l'élection d'Ahmadinejad à la tête de la République Islamique : non pas la promotion interne du négationnisme qui a toujours existé en Iran depuis Khomeini ( voir sur le blog l'article du 10 décembre 2005 ) ; mais sa mise en avant, comme bannière rassemblant tous les antisémites de la Planète, à commencer par ceux qui ont été formatés par des décennies de propagande dans le monde musulman ! Mais au delà du négationnisme, au delà des appels à la destruction d'Israël - et Philippe Val le souligne fort bien dans son éditorial - il y a une déclaration de guerre contre tout ce qui fait la valeur de nos sociétés démocratiques. Dès lors et très logiquement, l'horrible président iranien a pu écrire à la chancelière allemande Angela Merkel une lettre qui nous parait ahurissante, mais qui est parfaitement cohérente avec ce que doivent lui dicter ses pauvre neurones qui se battent en duel derrière son sourire simiesque ... il presse donc l'Allemagne de se révolter contre le sort injuste qui lui a été fait pendant et après la Seconde Guerre Mondiale ... autrement dit, c'est bien dommage que Hitler n'ait pas gagné ... CQFD ! Ci-dessous un extrait de la dépêche AFP du 28 août qui en parle.

"Je ne veux pas examiner l'holocauste", déclare M. Ahmadinejad, qui avait par le passé qualifié ce dernier de "mythe".
"Mais ce n'est pas très logique que certains pays vainqueurs de la Seconde guerre mondiale créent un prétexte pour maintenir un peuple dans un embarras permanent et pour y affaiblir toute motivation, tout mouvement et toute vivacité et empêcher son progrès et sa grandeur", écrit le président ultraconservateur.
La chancelière allemande avait indiqué refuser de répondre à la lettre de M. Ahmadinejad, qui lui avait été remise le 19 juillet.
Les critiques visant Israël contenues dans cette lettre sont "complètement inacceptables", avait déclaré Mme Merkel. "L'existence d'Israël appartient pour nous à la raison d'Etat", avait-elle expliqué, soulignant que ce fait était "constamment remis en question" par M. Ahmadinejad.
Dans son courrier, le président iranien juge qu'"en plus des Allemands, les peuples du Proche-Orient et l'humanité toute entière souffrent de l'instrumentalisation de l'holocauste".
En offrant d'installer ses survivants « en Palestine », les pays vainqueurs de la Seconde guerre mondiale "ont créé une menace permanente dans la région pour empêcher les progrès des peuples du Proche-Orient", poursuit-il.
Reprenant une thèse qu'il avait déjà exposée par le passé, il juge que ces pays et en particulier la Grande-Bretagne auraient dû accueillir les "survivants de l'holocauste sur leur propre sol s'ils se sentaient responsables".
"Mais au lieu de cela, ils ont encouragé les juifs du monde entier à émigrer vers les territoires occupés (palestiniens)", dit-il. (...)
"Durant la seconde guerre mondiale, il y a eu une telle propagande que certains ont cru qu'ils étaient coupables historiquement et doivent payer jusqu'à l'éternité pour les fautes commises par leurs pères", écrit encore le président iranien, dans une référence directe à l'Allemagne.
Il dénonce ensuite "l'influence des sionistes dans l'économie, les médias, et les centres du pouvoir, qui met en danger les intérêts des peuples européens".

J.C