Notre radio

Notre radio

05 mars 2007

Un café turc à Istanbul


« Le voyageur découvre une part de son passé dont il ne savait pas qu’il le possédait » (Italo Calvino).

Amis lecteurs, connaissiez vous cette citation, et avez-vous eu la chance de réaliser combien elle était riche de sens ? Ne vous êtes-vous jamais demandé en débarquant dans un pays inconnu : « Et si j’étais né ici ? » « Et si j’y avais grandi, et si ma mémoire s’était forgée à l’ombre de ces façades, et sous ce soleil particulier ? »

Il est temps de l’avouer ici ... Au-delà de mon inquiétude plus que fiévreuse pour ma communauté toujours menacée, au-delà de ma curiosité pour l’actualité qui façonne l’avenir et risque d’avoir d’effroyables conséquences, je me suis lancé dans tant de lectures et tant de recherches avec aussi la curiosité du voyageur d’Italo Calvino. Je me suis un peu imaginé Égyptien voyant débarquer les troupes de Bonaparte, Berbère du Rif plongé dans les guerres civiles du siècle passé, et souvent aussi Ottoman, et quant à faire résidant dans la Sublime Porte, Istanbul qui fut Constantinople après s’être nommée Byzance. 

Et le rêve est presque devenu réalité lorsque j’ai découvert ce merveilleux petit film musical qui va, j’en suis sûr, vous envoûter comme je l’ai été ! Des images d’aujourd’hui, mais prises en noir en blanc et qui apparaissent hors du temps, comme ces minarets pointus ou les antiques bateaux-promenade en bois, qui ont du croiser Pierre Loti. Le film commence par une vue en plongée de la Tour de Galata, cœur du quartier juif déjà évoqué sur le blog. Et puis, tandis qu’une voie chaude et aux mots magiquement incompréhensibles vous porte, comme des douces ailes qui vous feraient planer, vous allez rencontrer successivement un pêcheur dormant sur sa barque, l’intérieur d’une Mosquée, des écolières en uniforme, des vieux tramways luisants comme des jouets, des amoureux enlacés au bord du Bosphore, des pigeons immortels et une tasse de café ... turc, bien sûr, qui doit vous avoir attendu depuis très longtemps. Et le film s’achève par un sourire bien charmeur, mais je ne sais pas si c’est celui de la chanteuse Gülseren !

Si vous voulez en connaître plus : sur Valérie Cuscito qui a réalisé ces merveilleuses photos, allez à l’adresse : http://www.manzara-photo.com/.

J.C