17 mars 2019

Noce juive au Maroc

Noce juive au Maroc, tableau d'Eugène Delacroix

Une toile sur la Toile
- mars 2019
Eugène Delacroix (1798-1863) fut sans doute le plus brillant représentant du romantisme dans la peinture française du 19ème siècle. Un voyage réalisé en Afrique du Nord, et plus particulièrement au Maroc, allait le marquer particulièrement et inspirer certains de ses tableaux les plus connus. Ci-dessous, l’extrait de Wikipedia sur ce sujet :


En 1831, Eugène Delacroix accompagne pendant sept mois la mission diplomatique que Louis-Philippe a confié à Charles-Edgar, comte de Mornay (1803-1878) auprès du sultan du Maroc Moulay Abd er-Rahman (1778-1859). Mornay doit porter un message de paix et rassurer le Sultan et les britanniques, inquiets après la conquête de l'Algérie par la France.

Ce voyage allait marquer profondément le peintre. Delacroix découvre l'Andalousie espagnole et l'Afrique du Nord, le Maroc, et l'Algérie : leurs paysages, leurs architectures, leurs populations tant musulmanes que juives leurs mœurs, leurs arts de vivre et costumes. Le peintre note inlassablement, réalise des dessins et aquarelles, qui constituent un des premiers carnets de voyage où il décrit ce qu'il découvre. Ce voyage est primordial pour sa technique et son esthétique. Il en rapporte sept carnets constituant son journal de voyage, dont seulement quatre sont conservés.

Par la suite tout au long de sa vie, il reviendra régulièrement au thème marocain dans plus de quatre-vingts peintures sur des thèmes « orientaux », notamment Les Femmes d'Alger dans leur appartement (1834, musée du Louvre), La Noce juive au Maroc (1841, musée du Louvre), Le Sultan du Maroc (1845, musée des Augustins de Toulouse).


J’ai eu la chance, il y a plusieurs années maintenant, de visiter à l’Institut du Monde Arabe une exposition consacrée aux dessins et croquis faits par Delacroix lors de son périple au Maroc. Puis, en 2015, de visiter au MAHJ une autre expo admirable, « Les juifs dans l’Orientalisme », dont la fameuse « Noce juive au Maroc » occupait une place centrale. Le site « L’Histoire par l’image » consacre un article très riche à cette œuvre, avec en particulier des photographies de détails de la scène, permettant vraiment de « voyager » à l’intérieur du tableau, en grossissant à volonté les différents personnages : aller sur ce lien

J.C