Notre radio

Notre radio

11 janvier 2015

Un goût de cendres




Comment exprimer ce que l'on peut ressentir, après ces quelques jours tragiques où la guerre s'est invitée dans notre pays ? L'actualité file si vite que ce que je pensais écrire sera modifié : car on a tué des Juifs, à nouveau à France.

Pour commencer, deux bilans :
- Il y a eu en deux jours, 17 tués depuis l'attentat contre "Charlie Hebdo", dont les 10 journalistes et employés du journal, 3 policiers et les 4 victimes juives de l'Hypermarché casher, porte de Vincennes ; et je n'oublie pas les blessés très graves.
- Si on remonte maintenant sur moins de 3 ans, et rien que pour la communauté juive il y a eu :
- en 2012, 4 tués à Toulouse dans une école juive dont 3 enfants ;
- en 2014 à Bruxelles, 4 tués au Musée juif de Bruxelles dont une Française .
- en 2015 à Paris, 4 tués dans une prise d'otages.
A part cela, il est de bon ton de dire que les Juifs sont paranos !

Ne me sentant pas la force, encore, de mettre en ordre toutes les pensées qui se bousculent dans mon esprit et qui donneront lieu à de futurs articles, je voudrais juste reprendre ici deux publications très pertinentes écrites par des amies de mon réseau FaceBook.

D'abord, cette déclaration de Talia, publiée samedi matin , et dans laquelle je me reconnais complètement :
"C'est terrible de ne pas comprendre que nous ne sommes pas en guerre contre les musulmans et les gens de paix, terrible d'oublier que les musulmans dans le monde sont les premières victimes des islamistes. Nous sommes en guerre avec les islamistes, ces nouveaux fascistes, ces nouveaux nazis. Nous sommes en guerre avec les fous furieux qui sèment la terreur et qui veulent tout éteindre. Ils nous ont déclaré la guerre. Je suis pour la tolérance zéro, oui je voudrais un Patriot Act. C'est désobligeant, certes, mais c'est une mesure exceptionnelle de guerre. Car je suis en guerre contre toute personne qui porte en elle les germes de la violence, qu'il soit musulman, athée, juif, chrétien, peu importe. Celui qui veut semer le mal trouvera une idéologie pour le faire, on peut tout faire dire à la religion, à un texte, à une idéologie. Les plus grands meurtriers de l'Histoire ont tué autant au nom de Dieu qu'au nom de l'absence de Dieu. Ce ne sont pas des histoires de religion, ce sont des histoires de négation de l'être humain .Les gens entrent dans une idéologie comme ils sont. S'ils sont haineux ils ne lisent que la haine et s'abritent alors pour se justifier derrière un Coran ou une Torah ou des Évangiles, ou un bréviaire athée, anti-capitalisme, marxisme, capitalisme, trucmuche-isme, ce que vous voudrez. On peut vraiment tout faire dire à n'importe quel texte et le déployer comme un bouclier et un glaive. Ces barbares, ces nazislamistes, veulent tuer l'intelligence, le sens critique, le rire, l'être humain, la vie. Ne cédons pas à la même connerie. Je suis déprimée, dévastée, en colère, triste, terriblement triste.
A titre personnel, j'aurais tant aimé pouvoir faire shabbat aujourd'hui, ne serait-ce que par solidarité, pardon le courage m'a manqué, c'est que la tristesse et la terreur sapent tout. Et je fais des efforts en moi pour trouver encore un peu de foi en l'homme, pour ne pas céder à la même violence, par colère, et préserver toute la résistance nécessaire, et il le faut, sans cela c'est la Mort qui envahit tout. "

Ensuite, cette réflexion spontanée écrite par une autre amie, Myriam :
"ça commence! Commentaires antisémites et complotistes sur Internet. J'espère que les Français qui vont descendre dimanche dans la rue vont aussi descendre pour la communauté juive, victime de l'antisémitisme depuis tant d'années. Chaque semaine des actes recensés, des menaces, des milliers d'enfants retirés des établissements scolaires publics pour les écoles confessionnelles privées. Les même qui se réjouissent ce soir sont les mêmes qui se sont réjouis mercredi. Quant à ceux, pseudo militants ou intellectuels qui chercheront à trouver des "explications", ils seront des ennemis idéologiques et leur idéologie doit être mise hors d'état de nuire. Ce soir, des pensées par milliers pour les 17 personnes assassinées."

Une dernière information : même si des articles personnels ne seront pas écrits tout de suite, l'ensemble des publications de la semaine prochaine restera sur l'actualité tragique que nous venons de vivre.

J.C