Notre radio

Notre radio

14 janvier 2015

Manifestation du 11 janvier : le message de la Fraternité d'Abraham



Manifestation d’unité nationale et internationale du 11 janvier pour la défense de la liberté et des droits de l’homme

La Fraternité d’Abraham s’associe à la manifestation d’Unité Nationale du 11 janvier 2015 en hommage aux victimes des crimes des 7, 8 et 9 janvier et pour affirmer notre foi profonde dans la force du commandement que tous les enfants d’Abraham ont reçu, d’aimer son prochain et d’aimer et de respecter l’étranger qui vit parmi nous.

Au-delà de cette manifestation nous devons rappeler une évidence qui a conduit directement aux attentats meurtriers de cette semaine en France. Ces attentats s’inscrivent dans une logique planétaire, celle que décrivait le Pape François aux représentants du Congrès juif mondial le 17 septembre 2014 peu après la décapitation de l’otage britannique par l’État islamique: «Nous sommes arrivés à la troisième guerre mondiale. Le monde n’en a pas conscience, car les conflits sont dispersés», a-t-il dit après avoir évoqué le sort des chrétiens en Irak. « Comme l’ont été les Juifs, ils sont persécutés, martyrisés, expulsés ».
Le jour même de l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo à Paris par des tueurs se réclamant d’Al Qaida, le groupe islamiste Boko Haram a entièrement détruit et brûlé 16 villes et villages dont Baga sur les rives du Lac Tchad au nord-est du Nigéria, faisant des centaines de victimes. Le lendemain, la branche libyenne de l’Etat islamique affirmait avoir exécuté deux journalistes tunisiens. Et pendant ce temps le Hezbollah, dont le but proclamé reste la destruction d’Israël, continue de soutenir Assad dans sa guerre contre son peuple qui a fait plus de 200 000 victimes et poussé 3 millions de Syriens à fuir leur pays. L’EI poursuit sa campagne de terreur et de décapitations en Irak et en Syrie et le Hamas, poursuivant son action funeste à Gaza, a toujours pour objectif la destruction d’Israël et la mort des Juifs de la région.

Ces divers mouvements participent tous d’une même mouvance que nous avons qualifiée de « totalitarisme religieux » qui fait suite au « totalitarisme athée » du XXe siècle et emploie les mêmes méthodes que ce dernier : endoctrinement des enfants dès le plus jeune âge ; entrainement à haïr et à apprendre à tuer – ou à réduire à l’état de dhimmi – l’autre, plus exactement tous les musulmans, les chrétiens, les juifs, les yazidis, les kurdes…les agnostiques et les athées, qui ont d’autres croyances que les leurs.
Les autorités de l’Islam de France ont par l’action du CFCM, entrepris un travail de fond afin que l’enseignement de la religion, notamment lors des prêches du Vendredi, soit en conformité avec les valeurs de notre pays. A ce titre, a été rédigée et diffusée dans la majorité des Mosquées la « Convention citoyenne des Musulmans de France ».
Ces efforts resteront insuffisants tant que, en particulier, la propagande incitant au « djihad » extrémiste des jeunes déboussolés ne sera pas vigoureusement contrée par un contre discours plus efficace et notamment dans tous les établissements d’enseignement. Nous faisons confiance à nos frères musulmans pour exclure ces djihadistes qui se réclament de l’islam et tuent au Nom d’Allah. Par leurs gestes et leur incitation à la haine de l’Autre, ils s’excluent de la Communauté des croyants, mais c’est à cette dernière de confirmer cette exclusion et de mettre en garde tous les fidèles qui seraient tentés de suivre cette mouvance mortifère.

Le reste de l’humanité doit combattre ce cancer partout où il se manifeste et prêter secours aux pays en lutte contre lui, au Mali, au Nigéria, en Libye, en Syrie et en Irak, en Israël et en Palestine, en Jordanie et au Yémen, en Afghanistan et au Pakistan. Jusqu’à présent on suivait de loin, en Europe, les conflits en Syrie et en Irak qui ont fait des centaines de milliers de victimes et chassé de chez eux des millions de réfugiés. Depuis cette semaine, notre pays est lui-même touché par cette barbarie. Il doit confirmer son engagement dans la lutte mondiale contre ce nouveau totalitarisme – aussi maléfique et dangereux que le nazisme – au nom du respect des Droits de l’Homme et pour garantir la paix du monde.
Quant à nos trois familles abrahamiques, nous devons, au niveau de nos autorités religieuses et au niveau de l’ensemble des fidèles, manifester publiquement et en commun notre attachement à l’enseignement que nous avons reçu, d’aimer le Dieu Unique et Miséricordieux, d’aimer notre Prochain comme nous même et d’aimer et de respecter l’Etranger qui vit parmi nous.

Le Président, Edmond Lisle
11 janvier 2014


Nota de Jean Corcos :
J'ai tenu à partager avec mes lecteurs ce texte, fort et sans détours d'une association dont j'ai l'honneur d'être le Vice-Président. En effet, il démontre si besoin en était, que refuser les "guerres de religions" et avoir un idéal de paix et de dialogue ne conduit en rien à céder à la barbarie.