Notre radio

Notre radio

25 juin 2008

Une histoire des Juifs de Tunisie : 4/6, la famille judéo tunisienne et son évolution durant le Protectorat

Avec l’installation du Protectorat français en Tunisie en 1881, les transformations au niveau social et culturel s’accompagnèrent de changements du mode de vie de la communauté juive tunisienne. Le stade d’émancipation de la famille juive, à un moment donné, avait comme indicateur son rapport au français. Appris à l’école, celui-ci était parlé dans l’activité professionnelle. On pourrait aussi évaluer le degré de pénétration du français dans la famille en se demandant s’il était en simultanéité parlé avec le langage traditionnel judéo-arabe.
L'adoption des mœurs et de la culture françaises s'intensifie. L'occidentalisation se traduit encore par l'adoption de nouveaux modèles familiaux et par l'affaiblissement des pratiques religieuses dans les classes dites " évoluées ". Désormais les publications en judéo-arabe sont délaissées pour les journaux et revues en français, langue dans laquelle les écrivains juifs tunisiens d'après la Première Guerre Mondiale publient leurs propres œuvres.

L’occidentalisation de la communauté s’exprimait essentiellement par l’usage croissant du français parlé, et passait également par le choix de franciser les prénoms des enfants : l’habitude se répandit de donner deux ou trois prénoms, le premier français, suivi du ou des prénoms hébraïques ou arabes des grands-parents. Beaucoup d’exemples des familles tunisiennes illustrent ce phénomène.

On observe aussi l’influence considérable de l’instruction acquise par la mère sur la réussite des enfants, lesquels, dans la famille, portent tous des prénoms français et parlent français, font des études supérieures et, pour ce qui concerne les filles, épousent des hommes exerçant une profession libérale ou supérieure.
Les petits-enfants, portant des prénoms français, signent la grande ouverture de la famille juive tunisienne définitivement occidentalisée. On est loin de l’époque de la famille juive socialement et culturellement enfermée sur soi, et où la mère ne parle pas le français. Les enfants ne portent plus des prénoms judéo-arabes et ils sont mieux préparés à l’enseignement supérieur.
Dès la fin du XIXe siècle les familles juives tunisiennes appartiennent en majorité aux classes intermédiaires. Leurs propres enfants portent tous des prénoms français. Et la troisième génération, née entre les années 1920 et la fin des années 1930, est complètement occidentalisée - sauf pour certaines communautés de l’intérieur du Pays et du Sud, Djerba en particulier.

Le mode de vie changea aussi avec l’adoption progressive du costume occidental par ceux qui travaillaient dans les grandes villes tunisiennes, et ce d’autant qu’au costume traditionnel avaient correspondu des contraintes humiliantes : en changer, c’était se transformer dans son corps, se sentir plutôt du côté des dominants, alors que des siècles durant, la position dominée des Juifs avait dû être exprimée par le respect de contraintes vestimentaires. En 1898, Paul Lapie écrit « Au contact des Européens, les Israélites plus que les Arabes modifient leur manière de vivre [...]. Tel juif qui portait hier l’habit indigène est tout fier aujourd’hui de vous saluer d’un coup de chapeau » [1]. Encore aurait-il convenu de préciser que la relation à l’habit indigène n’avait pas été la même pour les uns et pour les autres. Cette fierté conquise était la conséquence d’une nouvelle façon de se positionner par rapport aux Musulmans. Elle pouvait être interprétée comme de l’arrogance par les Français qui se voyaient imités par ces nouveaux prétendants, de surcroît concurrents pour des postes professionnels qu’ils auraient aimé se réserver. Ainsi, la relation de domination entre Arabes et Juifs avait pu s’équilibrer pour la première fois. Du fait de la présence française, les Juifs se trouvaient désormais dans une situation d’égalité, puisqu’ils étaient durant des siècles dominés par les Musulmans.
Ce fut une chance pour les Juifs tunisiens qui étaient encore des sujets de second rang, souvent traités de manière inéquitable. Grâce à la présence française, cette communauté échappa au statut séculaire de la « Dhimma ».

Les femmes juives s’émancipèrent aussi par le changement de costume, mais à moins vive allure que les hommes. Comme en témoigne Elie Cohen Hadria, il n’était pas rare, au début du siècle, de croiser dans les rues de Tunis « d’assez curieux assemblages familiaux groupant étrangement des générations successives. Des jeunes filles vêtues à la dernière mode européenne et portant la toilette avec un chic et une désinvolture parfaits; des femmes encore jeunes un peu engoncées dans des robes où elles ne se sentaient visiblement pas très à leur aise, enfin des femmes un peu plus âgées vêtues "à l’indigène" [2]. Il y eut de tels décalages intergénérationnels et intrafamiliaux tout le temps du Protectorat

Les Juifs de Tunis qui s’occidentalisaient changeaient de quartier d’habitation. Ils quittaient le quartier de la « Hara » pour s’installer en bordure de celui-ci ou, pour les plus aisés, dans les villes tunisiennes européanisées (Tunis, La Marsa). Le style d’habitat changeait aussi : à la maison d’un seul niveau, constituée de chambres donnant sur une cour collective (« l’oukala »), se substituait l’appartement individuel, situé dans un immeuble de quelques étages et, pour les mieux pourvus, équipé d’une salle de bains. Simultanément, la vie familiale juive se transforma et gagna en autonomie, puisqu’elle n’était plus ainsi mêlée à d’autres. L’autorité maritale et paternelle, qui perdura, se modula du fait du développement de l’instruction féminine, de la diffusion des valeurs modernistes et de la plus grande instruction des nouvelles générations.

Le mouvement socioculturel a donc été ininterrompu et inexorable. Il amené la communauté du côté de la France. Les résistances internes à la communauté et la variabilité de la politique française en Tunisie n’ont pu contrecarrer ce mouvement de long terme. La France offrait, avec la solidarité juive, les écoles de l’Alliance et, avec l’esprit de la République, l’école publique : l’une et l’autre furent le même vecteur du changement.

Souhail Ftouh,
Tunis

Notes :
(1) P. LAPIE, Les civilisations tunisiennes, Paris, Alcan, 1898, p. 65.
(2) E. COHEN HADRIA, Du Protectorat français à l’indépendance tunisienne. Souvenirs d’un témoin socialiste, Nice, Cahiers de la Méditerranée, 1976, p. 45.