Notre radio

Notre radio

22 janvier 2007

Que peut faire l'Europe face à la République Islamique d'Iran ? Monique Atlan et Fabrice Chiche seront mes invités le 28 janvier


Mon émission essaie d’approfondir, sujet par sujet, parfois pays par pays, notre connaissance du monde musulman. A « Rencontre », nous avons reçu de nombreux experts ou témoins, en donnant la priorité à la réflexion sur l’émotion, et en ayant rarement le ton « militant » que l’on rencontre d’habitude sur la fréquence juive. 
L’émission du 28 janvier fera exception : en effet, la menace existentielle sur le peuple d’Israël avec l’hypothèque nucléaire, les prophéties lugubres de Mahmoud Ahmadinejad qui dit que l’état juif sera bientôt rayé de la carte, l’antisémitisme ignoble qui vient de s’étaler avec la pseudo conférence négationniste de Téhéran, bref tout cela fait que nous ressentons à tous les niveaux de la communauté juive une peur réelle et profonde. Pour répondre à cette peur, une seule question s’impose : « que faire ? ». C’est pourquoi j’ai invité deux personnalités qui ont déclenché une campagne de mobilisation auprès de l’opinion publique et de nos dirigeants : Monique Atlan est journaliste, et elle a été « la cheville ouvrière » de « l’Appel aux dirigeants européens » qui a démarré fin septembre ; Fabrice Chiche est le président du « Cercle » ; il a été le coordinateur d’un colloque sur la menace iranienne qui s’est tenu à Sciences Po le 14 décembre, colloque dont le blog a largement parlé ( cliquer ici, , et encore ici). Nous évoquerons cette soirée. Et puis, au-delà des pétitions et des déclarations d’intellectuels, nous réfléchirons ensemble aux moyens d’éviter le pire, alors que le Conseil de Sécurité de l’ONU vient enfin de voter des sanctions contre l’Iran. 

Plusieurs questions, tout à fait fondamentales et pour lesquelles il n’y a pas de réponses simples, se posent en effet : est-ce que nos sociétés européennes, qui vivent dans la Paix depuis plus de 60 ans, peuvent comprendre ce que sont la haine et la volonté génocidaire des islamistes iraniens ? Doit-on se dire, clairement, que si on ne va pas jusqu’au bout, y compris par une guerre préventive si les sanctions ne marchent pas, on aura une apocalypse nucléaire garantie ? Est-ce que la France, qui a massivement investi en Iran ces dix dernières années, peut exercer des pressions, ou est-ce que à l’inverse ce sont les Mollahs qui peuvent faire un chantage aux contrats ? Est-ce que des poursuites judiciaires pourraient être entreprises contre les dirigeants iraniens, par exemple contre le ministre des affaires étrangères Mottaki qui a présidé la « conférence » négationniste de Téhéran, ou contre le président iranien ? A entendre les « élites », ceux qui écrivent dans les médias, on a l’impression que tout est fait pour renverser le bon sens des Français, qui réalisent clairement la menace d’un Iran puissance nucléaire - et ce, en partie par hostilité vis-à-vis des États-Unis, en partie parce qu’il y a eu l’affaire irakienne des armes de destruction massive qui n’existaient pas : est-il possible de s’appuyer sur le cœur des gens pour gagner la bataille de l’opinion ?

J.C