Notre radio

Notre radio

31 janvier 2007

Quelques signaux positifs pour ne pas désespérer complètement ...

Au risque de radoter (sur ce blog ou au micro), je rappellerais ici la ligne d’honnêteté intellectuelle qui me sert de balise : essayer de ne taire à propos du monde musulman aucunes nouvelles, ni celles qui révulsent, ni celles qui réchauffent le cœur.
« Essayer » bien sûr, car à raison de 25 minutes d’émission tous les quinze jours et de quelques articles par semaine, rédigés ou repris ici, il n’est pas possible de rendre compte de façon exhaustive de tout ce qui concerne un univers de plus de 50 états et de plus d'un milliard d’habitants ... 

Prenons juste un exemple : je n’ai pas parlé encore de l’assassinat du journaliste turc d’origine arménienne Hrant Dink (lire sur le site de RFI). Il y aurait pourtant matière à profonde réflexion, sur la thématique inépuisable du verre d’eau à moitié vide : faut-il se dire que la Turquie n’est vraiment pas mure pour respecter les minorités, et donc indigne de rejoindre un jour l’Union Européenne ? C’est l’avis de l’expert Alexandre Del Valle, plusieurs fois mon invité, qui a consacré un article bouleversant à ce courageux militant de la mémoire du génocide arménien, qu’il connaissait bien (lire sur son site "Un martyr de la démocratie turque : l'arménien Hrant Dink"). Mais on peut se dire aussi qu’une foule de 50 à 100.000 Turcs de toutes confessions, a accompagné son enterrement, et que la presse turque a exprimé son écœurement devant le meurtre - on aurait donc, ici, un vrai signe positif venu des parties les plus éclairées d’un grand pays musulman.

Deuxième élément encourageant, la présence la semaine dernière (comme c’est d’ailleurs régulièrement le cas) de plusieurs ambassadeurs de pays musulmans au dîner annuel du CRIF. Aux représentants du Maroc, de la Tunisie, de l’Égypte et de la Jordanie s’était joint, pour la première fois, l’ambassadeur du Pakistan ! Toujours à propos du CRIF, un évènement qui n'est pas tout à fait une première : la visite du nouvel Ambassadeur d'Israël à Paris à la Grande Mosquée de Paris. Je reproduis ci-dessous le communiqué publié sur le site du CRIF:
"L’Ambassadeur d’Israël en France, Daniel Shek, a rendu visite le 23 janvier dernier au Recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur. Cette première rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série destinée à renforcer la collaboration et le dialogue entre les différentes communautés en France et en Israël, et en particulier avec la communauté musulmane. Au cours de leur entretien, en présence du Président de la Commission des Relations avec les Musulmans du CRIF, Bernard Kanovitch, l’Ambassadeur d’Israël et le Recteur de la Mosquée de Paris ont souligné l’importance qu’ils attachent au dialogue interreligieux. « C’est dans un esprit de dialogue et d’amitié entre Israël et la France que je tiens à aller à la rencontre de toutes les communautés » a insisté l’Ambassadeur d’Israël. Ensemble, l’Ambassadeur d’Israël et le Recteur de la Mosquée de Paris ont exprimé leurs vœux de voir bientôt la paix s’installer dans la région du Proche-Orient."

Troisième évènement positif, le vote à l’unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies, d’une résolution condamnant la négation de la Shoah (lire en lien l'article sur le Haaretz). Vote unanime ... à l’exception de l’Iran, isolé et ridiculisé. Ah, comme il y a des journées fastes ! Imaginer la fureur de ces ordures fanatiques et antisémites qui ont organisé la soit disant « conférence internationale » négationniste de Téhéran des 11 et 12 décembre dernier, les voir « mouchés » ainsi par la Communauté internationale, comme cela fait du bien ! Mais le plus important vient sans doutes du ralliement silencieux du reste du monde musulman aux nations civilisées : malgré des décennies de négationnisme plus ou moins ouvert dans la plupart de ces pays, leurs représentants ont jugé nécessaire de prendre leurs distances avec le petit Hitler iranien. Dont acte !

Autre preuve qu’il existe d’autres voix chez les Musulmans que celles de la haine et du fanatisme, et même s’il ne faut pas s’illusionner sur leur impact actuel, cette excellente compilation d’émissions télévisées produite par l’irremplaçable « memri » (cliquer sur le lien) : du poète Adonis à la « pasionaria » Wafa Sultan en passant par l’écrivain tunisien Moncef Al Marzouki, ce sont 14 intellectuels qui plaident pour l’entrée de leurs sociétés dans la modernité - un régal !
Pour suivre les différentes interventions : surligner l’invité choisi en déplaçant la souris ; puis, placer la souris en dehors de l’écran, l’enregistrement vidéo apparaît. Documents en langue arabe, sous-titrages en anglais.

Enfin, l'infatigable Shimon Peres continue à 83 ans de chausser ses bottes de sept lieues pour prêcher la bonne parole de la Paix : ce lundi, il s'est envolé pour le Qatar, où Israël maintient une mission diplomatique "low profile" malgré les années d'Intifada. Sa dernière visite remontait à ... 1996, alors que l'on croyait encore au processus d'Oslo.

J.C