Notre radio

Notre radio

20 février 2011

Kadhafi ou le fascisme vert théorisé

Extrait du site officiel libyen "The green book"

Introduction
Le régime de Kadhafi est enfin sur la sellette ! C'est son propre peuple qui se révolte après 41 ans de règne sans partage. Un règne qui a failli tourner court lorsqu'il a directement sponsorisé le terrorisme anti-occidental, mais qu'il a su habilement prolonger en devenant "raisonnable" pour les Américains et les Européens - mais toujours aussi provocateur et manipulateur : il suffit de cliquer sur son nom, en libellé ci-dessous, pour voir qu'au moins sur ce blog il n'aura pas fait l'objet de complaisance. Mais au delà des appels à convertir le Monde à l'islam, ou de ses prises d'otages à, répétition, Kadhafi a poussé le cynisme jusqu'à critiquer nos propres institutions démocratiques, en vantant son propre système ... destiné à le maintenir en place jusqu'à sa mort, sous couvert "d'autorité du peuple". 
Je vous invite à relire cet article, que j'avais publié en août 2007 et qui levait un peu le voile sur ce "fascisme vert" mal connu !
J.C

Il a beaucoup été question de Kadhafi dans les médias, depuis la libération des infirmières et du médecin bulgares le 24 juillet dernier : polémique autour du voyage de Nicolas Sarkozy ; annonce de ventes d’armes de la France ; commission d’enquête sur les dessous de la sordide et longue négociation ayant abouti à la libération de ces malheureux otages par un pays qui entend rentrer, totalement, dans la communauté internationale ...
Je ne vais pas ici remplir artificiellement le blog à force de « copié collé ». La simple reprise passée de deux éditoriaux, l’un d’un journal de gauche (« Le Monde »), l’autre d’un journal de droite (« Le Figaro »), témoigne de la gêne éprouvée par beaucoup d’observateurs au moment de ces grandes retrouvailles franco-libyennes. Mais oublions un moment l’affaire des infirmières, les négociations et les contrats d’armement : il est légitime, au moins, d’en savoir un peu plus sur le régime de Tripoli qui semble maintenant admis - Américains en tête - comme un partenaire des Occidentaux. Simple dictature (avarie hélas connue dans la presque totalité du monde arabe) ou pire ? La deuxième réponse est la bonne.

Car le colonel Kadhafi, qui tient d’une main de fer le pays depuis presque 40 ans (le coup d’état ayant renversé la monarchie a eu lieu en 1969), ne fait même pas semblant de jouer au président démocratiquement élu ; ailleurs, dans les pays voisins, l’existence de partis politiques d’opposition plus ou moins tolérés et des urnes plus ou moins bourrées les jours des scrutins, permettent au moins de « faire semblant ». En Libye, rien de tel : la Démocratie, en tant que système de gouvernement est ouvertement décriée, déclarée nulle ; et pas seulement chez eux, mais également ailleurs, ce qui est l’expression d’un fascisme « sûr de lui-même et dominateur », pour reprendre l’expression d’un ancien Chef de l’État français qui pensait avoir tout compris sur l’Orient compliqué !
Je vous invite à consulter d’urgence sur ce lien la présentation officielle (en anglais) du « Livre vert », qui est au régime libyen ce qu’était le « petit livre rouge » à la Chine de Mao ... ci-dessous une traduction d’un petit extrait, où la démocratie parlementaire est vilipendée :
« Les parlements sont l’ossature de la démocratie conventionnelle prévalant dans le Monde aujourd’hui. Les parlements sont une représentation déformée du peuple, et les systèmes parlementaires sont une fausse solution au problème de la démocratie. Un parlement est originellement fondé pour représenter le peuple, mais il est en lui-même antidémocratique car la démocratie signifie l’autorité du peuple et non d’une autorité agissant en son nom ».
Cela ne vous rappelle-t-il rien ? Le peuple en tant qu’entité organique indivisible ? Le refus de toute dialectique entre mouvements d’idées ? La foule mythique représentant l’essence de tout pouvoir ? Les théoriciens du totalitarisme ne tenaient pas des discours fondamentalement différents dans les années 30 !

Mais on trouve d’autres « merveilles » dans ce site, comme l’organisation de la société selon un schéma circulaire (voir l’illustration), l’opinion de la base étant récoltée lors de réunions de « comités populaires » ... « Démocratie participative » à la sauce Kadhafi, ou enfermement symbolique de tout débat dans un schéma fermé ? Né dans une tribu bédouine, le colonel dictateur a sans doutes été inspiré par les « achouras », conseils d’anciens sous la tente au clair de Lune, et où chaque clan palabrait. Cliquez par exemple sur le lien « social basis » de ce site officiel : vous y trouverez vantés les mérites de la tribu, comme strate intermédiaire entre la famille et la nation ! Et tout cela présenté, sans rire, non pas comme une organisation sociétale justifiée par leur tradition, mais comme une nouvelle « troisième théorie universelle », la seule voie de la vérité entre capitalisme et socialisme !

Jean Corcos