Notre radio

Notre radio

11 février 2006

Affaire des caricatures de Mahomet, 1 : Hassan Zerrouky dénonce "la rue arabe" dans un journal algérien


Introduction :
J'ai la chance de faire partie des destinataires de couriels de l'association "Algérie-ensemble", qui regroupe des Algériens de sensibilité de gauche, laïcs et profondément démocrates. Grace à leur canal, on peut connaitre des points de vue très rarement exprimés sur les grands médias, en particulier à la télévision. Le journal "Le soir d'Algérie"vient de publier (9 février) un article très courageux de Hassan Zerrouky dénonçant la fameuse "rue arabe" qui incendie, attaque des ambassades ou hurle des menaces de mort tout en restant toujours silencieuse à propos des horreurs se produisant dans ses propres pays. En voici des extraits.
J.C

Choc des civilisations ou choc des incultures"Où étaient nombre de ces dirigeants lorsque des femmes et des enfants se faisaient massacrer au nom de l’Islam ? On ne les a pas entendus dénoncer avec force ce qui s’est passé en Algérie (...) La frilosité des hiérarques musulmans, par le passé, leur complicité de facto par le silence ont conduit au fait que des illuminés, des exaltés, des criminels soient les premiers à défigurer le visage de l’Islam et celui du Prophète", s’interrogeait Ghaleb Bencheikh, exégète de l’Islam à propos des réactions suscitées par les caricatures publiées par un journal de la droite conservatrice danoise ?

Ajoutant :"Si nous sommes arrivés à cette situation où des gens brocardent nos croyances, c’est parce que nous avons contribué à les banaliser." Effectivement, entre 1991 et 1998, quand des groupes islamistes massacraient en Algérie femmes, enfants, hommes, égorgeaient et brûlaient leurs victimes comme ce fut le cas à Larbâa, la "rue arabe" proche-orientale était bien silencieuse.

A l’époque, dans la plupart des mosquées du Proche-Orient, soit on priait pour la victoire des "moudjahidines" algériens contre le "pouvoir impie" et ses alliés, soit on ne prenait pas partie et on se réfugiait dans un silence coupable. A Beyrouth, Damas, Amman et, tenez-vous bien, à Bagdad en 2004, malgré les attentats-suicides décimant des civils irakiens, il y avait des gens qui ne croyaient pas aux crimes du GIA et m’affirmaient avec un aplomb déroutant, qu’ils étaient l’oeuvre de militaires manipulés par l’Occident, voire par le sionisme ! Il n’y avait pas qu’en France qu’on pratiquait le "qui-tue-qui ?" ! Dans ces pays dits "frères", rares étaient ceux qui dénonçaient l’islamisme radical algérien. Rares étaient les manifestations de solidarité avec une Algérie faisant face à la pire entreprise criminelle depuis son indépendance.

Plus généralement, même quand Ben Laden avait revendiqué les attentats du 11 septembre 2001, on n’a pas entendu ces théologiens musulmans condamner ses propos. Ils ont plutôt expliqué que les attentats contre le World Trade Center ne pouvaient être que l’oeuvre du sionisme international pour discréditer l’Islam et dénaturer son message ! Si ces "alims", docteurs de la foi, s’étaient opposés de manière déterminée au terrorisme islamiste, peut-être que l’Islam serait mieux respecté dans le monde. Or, dans leur majorité, à commencer par El Qaradhawi, El Bez, El Albany, ils ne l’ont pas fait. Ils se sont réfugiés dans un silence assourdissant quand ils n’ont pas ouvertement soutenu le "djihad" du GIA et de la Qaïda !

Comment dès lors s’étonner que l’image du musulman, croyant ou pas, soit tout simplement caricaturée dans cet Occident dit "impie" ? En vérité, la vraie question est de savoir qui des caricaturistes danois ou des groupes islamistes armés, salit l’Islam ? Quant aux manifestations de solidarité exprimées, au nom de la liberté d’expression, par certains médias français avec le journal conservateur danois ayant publié les caricatures en question, elles sont pour le moins surprenantes.

Car ces mêmes médias n’ont pas réagi avec autant de vigueur quand des journalistes algériens étaient la cible des islamistes ou contre les atteintes à la liberté de la presse et l’emprisonnement de Mohamed Benchicou. En fait, autour de cette histoire de caricatures, on assiste de part et d’autre à une nette volonté de substituer le religieux au politique et de réduire tout conflit à une guerre de religion. Islam contre Occident pour les uns, le Bien contre le Mal - christianisme contre Islam - pour les autres.

Autrement dit, on veut nous faire croire que ces caricatures et les réactions indignées qu’elles ont suscitées ne sont en dernière analyse qu’une illustration de ce choc des civilisations annoncé par Samuel Hutington. De plus, comme le souligne Ghaleb Bencheikh, "il n’y a de choc que des incultures et des ignorants".

Hassan Zerrouky
Le Soir d'Algérie - 9 février 2006