Notre radio

Notre radio

20 février 2006

Euphémismes

« Euphémisme » : d’après le dictionnaire Robert, « expression atténuée d’une notion dont l’expression directe aurait quelque chose de déplaisant ». Deux exemples d’euphémismes trouvés dernièrement sur le Web.

Sur le site de journal « Le Monde » daté du 19 février, à propos d’un pogrom anti-chrétien au Nigeria par des foules « en colère » suite à l’affaire des caricatures de Mahomet.
Le titre est : « Les protestations contre les caricatures dégénèrent en violences interconfessionnelles au Nigeria ».
Pour un lecteur paresseux, les religions sont vraiment une sale histoire pour que les gens passent leur temps à se taper sur la figure à cause d’elles ; pour un lecteur sérieux (et le journal ne cache rien), il y a eu en fait un véritable pogrom.
Extrait de l’article : « Selon des témoins, les violences à Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, ont commencé quand la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants, rassemblés à l'appel d'une organisation islamique, dans cet État du Nord du Nigeria, à la population en majorité musulmane. Des émeutiers s'en sont alors pris à la communauté chrétienne de la ville en brûlant et en pillant des églises ainsi que des magasins tenus par des chrétiens. « Nous avons arrêté 115 personnes. Une quinzaine de personnes ont été tuées par les émeutiers et 11 églises brûlées, » a déclaré Haz Iwendi, porte-parole de la police. Des renforts de la police et de l'armée ont été déployés et un couvre-feu imposé sur la ville pour ramener le calme, a-t-il précisé. »

Sur le site « yahoo actualités », trouvé ce soir 20 février une dépêche Reuters à propos du meurtre du jeune Ilan Halimi ; on découvre une véritable opposition entre les premières conclusions de la juge d’instruction (résumées dans le titre) et la position initiale du parquet de Paris (donnée dans l’article) ; et l'euphémisme ne se situe pas dans le titre, mais dans le discours du parquet.
Le titre est : « Une juge retient la thèse raciste dans l'affaire des kidnappeurs ».
Plus bas dans le texte, un bel euphémisme pour ne pas utiliser le mot qui fâche : 
« Le parquet de Paris ne considérait pas en l'état du dossier que l'enlèvement ait eu un mobile antisémite mais crapuleux. Le gang souhaitait obtenir une rançon de 450.000 euros au départ, somme ensuite réduite. Les kidnappeurs semblent en effet s'en être pris au jeune homme en supposant qu'il avait de l'argent parce qu'il était juif et que sa communauté le soutiendrait, y compris financièrement. Juridiquement, ces éléments ne suffisaient cependant pas, au sens du parquet pour retenir la circonstance aggravante de racisme, qui suppose des "propos, des écrits, des images ou des actes" racistes, a-t-on précisé au parquet de Paris. »
Dont acte. Si toutes les crapules torturaient à mort de cette façon, la France serait vraiment un drôle de pays et le parquet de Paris un piètre publicitaire. Et si kidnapper un malheureux jeune vendeur juif en faisant chanter sa famille par définition riche, ce n’est pas de l’antisémitisme, c’est quoi ? ... du Dieudonné ?

J.C