Notre radio

Notre radio

04 février 2006

André Nahum sur Judaïques FM : ne pas céder à la panique après la victoire électorale du Hamas

Introduction :
Dans son dernier billet du mercredi, lu le 1er février, mon ami André Nahum résume avec son brio habituel la situation en Israël après la victoire du Hamas. Il en relativise l'impact, et en conclut (comme d'autres, lire l'article du 29 janvier sur le blog) que le rapport des forces joue en faveur de l'état juif.
J.C
 
"Bonjour.

Disons le tout de suite, le Hamas, mouvement terroriste, intégriste et fasciste qui a pris le pouvoir par les urnes, comme Adolf Hitler, n'a rien à envier au führer pas plus qu'aux Ayatollahs d'Iran, ou aux Talibans d'Afghanistan. Il n'a jamais caché son objectif suprême : la destruction d'Israël et le rejet des Juifs à la mer. Comme Adolf Hitler et comme son collègue l'iranien Ahmadinejad, il ne fait pas mystère de ses projets qu'il expose publiquement. Et on aurait tort de ne pas le croire. Mais le Fatah "modéré" que l'on considère comme un interlocuteur qualifié est-il meilleur ? N'a-t-il pas lui aussi une branche armée, les "martyrs d'Al Aksa" dont les actions sont tout aussi meurtrières que celles du Hamas. Son objectif final est-il différent ? Avec l'écrasante victoire du Hamas, les choses ont maintenant le mérite d'être plus claires. Les Palestiniens, nourris du culte du martyre et de la mort, de la haine d'Israël et des Juifs, ont choisi des dirigeants qui affichent franchement la couleur au détriment de ceux du Fatah qui louvoyaient entre "feuille de route" et terrorisme en se remplissant les poches. Mais finalement, quelle différence y a-t-il entre les tueurs des Martyrs d'Al Aksa, d'Azzedine Al Kassem ou du Djihad islamique qui se sont livrés ces dernières années à une surenchère dans le meurtre des Juifs ?
Cela dit, l'heure du double jeu étant passée, je ne crois pas que la situation se soit aggravée pour Israël. Les choses sont plus claires un point c'est tout. Le Hamas a gagné. Il n'est cependant pas dans les mêmes conditions que les Talibans en Afghanistan, les Ayatollahs en Iran et les Nazis en Allemagne. Il dépend entièrement des subsides de l'étranger. Il dépend d'Israël, pour l'eau, le courant électrique, l'approvisionnement en toutes sortes de denrées qui viennent de l'extérieur, etc. Il n'a ni port, ni aéroport. Les communications entre Gaza et la Cisjordanie se font sous le contrôle d'Israël. On peut donc penser que sa victoire est arrivée trop tôt. Et c'est une chance pour Israël. Qu'il le veuille ou non, malgré la frilosité de l'Europe et l'ambiguïté de la Russie, il sera obligé de tenir compte des réalités du terrain et il ne peut améliorer les conditions de vie des Palestiniens s'il est en état de guerre ou seulement de rupture avec son voisin.
Comment saura-t-il gérer les contradictions qu'il doit maintenant affronter ? Il compte sans doutes sur une "Hudna", une trêve, à l'abri de laquelle il pourrait gouverner et se renforcer pendant que les autres groupements terroristes poursuivraient les attentats. Mais Israël ne sera pas dupe. Et l'on peut espérer que paradoxalement la victoire du Hamas, par les problèmes qu'elle va poser aux Palestiniens pourrait les amener à réagir et réclamer leur droit de jouir d'une vie digne et heureuse que les terroristes sont incapables de lui offrir. Alors attendons ..."

André Nahum