Notre radio

Notre radio

28 mars 2017

Marjane Satrapi, quand l'Iran est une B.D

Affiche du film

Impossible d'approcher de la fin de ce "voyage" en Iran sans évoquer Marjane Satrapi.

Après quelques modestes articles consacrés d'autres facettes de la culture - cinéma, peinture, architecture, gastronomie - on va ainsi parler d'un art bien original, presque jamais associé au monde musulman : la bande dessinée. Un art porté avec tellement de talent par une jeune femme prénommée Marjane, née en 1969 et dont le vrai nom à l'état civil est Marjane Ebrahimi.

Marjane Satrapi est sans doutes l'artiste iranienne la plus célèbre, d'abord bien sûr comme auteur de B.D (à la fois scénariste et dessinatrice) ; mais aussi comme peintre ; et enfin comme réalisatrice, car elle a adapté pour le cinéma  "Persépolis", sa célèbre œuvre autobiographique, puis "Poulet aux prunes", son deuxième album.

Sa première bande dessinée, on le sait, raconte en quatre tomes sa vie de jeune iranienne, vivant les soubresauts de la Révolution Islamique à l'âge de dix ans ; née dans une famille très engagée politiquement à gauche - son oncle, figure locale du parti communiste fut fusillé - elle fut envoyée par ses parents au lycée français de Vienne ;  avant de retourner à Téhéran, d'y suivre des études à l'école des beaux arts, puis de partir cette fois définitivement pour la France en 1994. Et c'est dans notre pays qu'elle se révéla.

Marjane Satrapi a su, avec talent, dessiner son "double" qui traverse sa B.D au fil des ans,  jugez en plutôt ici !


Vous trouverez sur ce lien une excellente présentation de "Persépolis".

J'y ai sélectionné une planche et une image, reproduites ci-dessous : pouvoir rire des corbeaux de Téhéran est un plaisir dont on ne se lasse pas.
 

Enfin, je vous propose de voir la bande annonce de son premier film.

J.C