Notre radio

Notre radio

22 février 2017

L'Iran, Dieudonné et l'extrême droite (2/2)




Avril 2010: l'ambassadeur d'Iran rencontre l'extrême droite radicale

Dans ces conditions, comment pourrions-nous nous étonner de ce qui se trame en France? L'information avait été révélée par le blog des droites extrêmes (14.04.2010). Des militants ou des chefs de groupes et groupuscules d'extrême droite rencontrent l'ambassadeur de la République islamique d'Iran. Lors de cette rencontre, Seyed Mehdi Miraboutalebi, dit vouloir "approfondir les relations entre les deux peuples [...] parce que les médias injectent des idées préconçues dans les opinions publiques [sur l'Iran]". Il se prête alors à un jeu de questions réponses dans un bar parisien du Vème arrondissement tenu par un ex-militant du Renouveau français, ex-colistier de la liste antisioniste de Dieudonné, très proche des hooligans du PSG et des ultranationalistes serbes. Et cette étrange causerie est organisée par le journal Flash, bimensuel d'une extrême droite qui se veut altermondialiste et dans lequel écrivent, entre autres, Christian Bouchet, membre du Front national (FN) depuis 2008, l'écrivain, chroniqueur politique Philippe Randa et l'essayiste Alain Soral. Dans la salle se trouvent Marc George, ex-secrétaire général d'Égalité et Réconciliation, association politique fondée en juin 2007 par son président Alain Soral ; Jacques Bordes, un nationaliste-révolutionnaire proche de feu François Duprat, très introduit dans certains cercles du Proche-orient ; Thomas Werlet, le chef du Parti solidaire français, un groupuscule d'extrême-droite; Pierre Panet, un ami de Dieudonné et auteur d'un texte intitulé "Faurisson, un humaniste". A noter que depuis cette date, le Parti Solidaire Français de Thomas Werlet a été reçu avec les honneurs par Mohammad Husseini le ministre de la culture d'Ahmadinejad.
Bref, cette brochette, rassemblée autour de l'ambassadeur d'Iran, révèle la collusion d'idées qui rapproche certains groupes antisémites et/ou d'extrême-droite, apparemment désireux de travailler avec l'ambassade d'Iran. Quant à leur ambassadeur, cela ne lui pose aucun problème. Il scelle ainsi une alliance entre islamistes, antisionistes et antisémites, négationnistes et/ou militants d'extrême droite. Parmi les "personnalités" les plus emblématiques, arrêtons-nous sur une figure qui donne corps à certaines collusions. Dans le sillage de Dieudonné, on voit revenir sans cesse un nom: Yahia Gouasmi. L'homme qui l'a accompagné en Iran et qui préside le Parti antisioniste, le centre Zahra et la Fédération des chiites de France est un proche de Dieudonné M'bala M'bala. Un Gouasmi qui permet à Dieudonné de rencontrer en novembre 2009, le Président de la République islamique d'Iran. Selon le site Internet du parti antisioniste, l'entretien a duré une heure, et a permis d'aborder de nombreux sujets, dont le sionisme...
Depuis cette date, des représentants de l'extrême droite française on fait de nombreux voyages en Iran. Citons parmi ceux-là: Yahia Gouasmi, Dieudonné M'Bala M'Bala, Maria Poumier (universitaire proche de Roger Garaudy) et Ginette Hess-Skandrani ou plus récemment l'écrivain conspirationniste Thierry Meyssan, ainsi que le négationniste Paul-Éric Blanrue (auteur d'un film à la gloire du négationniste Robert Faurisson) et d'une pétition en faveur de la libération de Vincent Reynouard, un (autre) militant négationniste. Ces deux derniers personnages ont fait partie en 2011 des invités officiels du 29e festival du film "Fajr" de Téhéran (festival du film annuel de l'Iran).

Et l'argent des iraniens ?

Le 3 avril 2013, sur le site internet www.agoravox.tv, a été mise en ligne une vidéo, préalablement elle-même mise en ligne sur le site Dailymotion, relatant une interview d'Alain Soral, au cours duquel ce dernier indique que la liste électorale de ce parti dont le coût aurait été de trois millions d'euros, a été financé par l'Iran et qu'à défaut de la réception de ce financement, le parti n'aurait pu présenter de candidats aux élections: "Si on a pu faire la liste antisioniste qui a coûté 3 millions d'Euros, c'est parce qu'on a eu l'argent des iraniens. Il faut le dire, il fait être honnête. Si on ne l'avait pas eu, on n'aurait pas pu le faire, on n'a pas trois millions d'euros. Surtout qu'on les a perdus. Parce que pour être remboursé, il fallait faire 5% au minimum" explique à l'antenne Alain Soral.

Les dernières initiatives

Avant dernière initiative à mentionner, l'organisation d'une conférence sur les théories conspirationnistes qui a rassemblé à Téhéran (27 septembre - 1er octobre 2014), les mêmes personnes: Thierry Meyssan, Thomas Werlet, le caricaturiste antisémite proche d'Alain Soral, Joe Lecorbeau, Maria Poumier, Alain Soral et Dieudonné (MEMRI, 14 octobre 2014).
Dernière initiative à mentionner, la création d'un méga site sur Internet pompeusement intitulé « axe de la résistance » (antisioniste) qui serait l'œuvre des iraniens et qui présentent toute cette mouvance et parle régulièrement de tout ce petit monde. Selon certains spécialistes, ce site serait en lien avec Newscaster. Newscaster? Qu'est-ce donc? Newscaster est une opération de collecte d'informations fermées (cyber-espionnage) dirigée par des iraniens contre des officiers supérieurs de l'armée américaine, des décideurs, des journalistes, des parlementaires américains, israéliens, britanniques et saoudiens. C'est ainsi que plus de 2000 personnes se sont connectées au faux réseau d'information NewsOnAir depuis 2011 et ont été piégées par des charges virales transmises par le site. Une fois les comptes des cibles hackés, des programmes furtifs de collecte et d'exportation de données ont été installés sur leurs machines (Cyberland, 4 juin 2014). A ce petit jeu, un amiral 4 étoiles de la Navy et des personnels d'ambassades font partie des victimes de l'agression.
Bref, nous le voyons ici, s'il est intéressant de s'interroger sur les liens qui unissent la Russie à l'extrême droite, il convient aussi de ne pas ignorer comment et pourquoi Robert Faurisson, Dieudonné M'bala m'bala, Alain Soral ou Thomas Werlet entretiennent une si profonde relation avec le régime des Mollahs. Il s'agit là, à n'en point douter d'une vraie histoire d'amour sur fond d'antisémitisme crasse, et d'un... j'irai cracher sur vos tombes permanent.

Marc Knobel,
Le Huffington Post, 3 novembre 2014