Notre radio

Notre radio

07 janvier 2016

Quelques "Good news" pour bien débuter l'année, malgré tout




On le sait, le jour de l'an a été endeuillé par un attentat à Tel Aviv : un terroriste - arabe israélien qui, et c'est bien inquiétant, n'avait pas le "profil habituel" - a tué deux jeunes sur une terrasse de café, en plein centre de Tel Aviv. Pas question de l'oublier. Mais on peut et on doit aussi espérer que ni Israël, ni la France ni aucun pays démocratique ne deviendront ces "sociétés pulsionnelles" dont a si bien parlé mon dernier invité, Henri Cohen-Solal : ce serait faire un trop beau cadeau aux terroristes !

J'ai donc décidé de partager avec vous un certain nombre de "Good News" publiées dans la presse ces dernières semaines : histoire de ne pas désespérer ; histoire aussi de conserver sang froid et recul pour passer la sale période actuelle.

On va commencer par cet article du journal "La Croix" : cela s'est passé au Kenya ; des terroristes islamistes, ayant l'intention de commettre un nouveau massacre "d'infidèles", ont arrêté un bus en demandant aux Musulmans de se signaler. Mais ces derniers ont refusé ... et au final, il n'y a pas eu de nouvelle tuerie - même si, il faut le reconnaitre, la fuite des tueurs s'explique aussi pour une autre raison.

Deuxième "goodnew" : cette fois, cela s'est passé au Canada. Retour de boomerang du terrorisme djihadiste : suite aux attentats de Paris au mois de novembre, une mosquée a été incendiée et ses fidèles se sont retrouvés sans lieu de prières ; et ils ont été accueillis ... dans une Synagogue !

Cette fois, nous allons en Allemagne, et je vous invite à découvrir un Musulman pratiquant, vraiment formidable. D'origine turque, il lutte contre les préjugés antisémites chez les immigrants ; il leur enseigne le conflit israélo-palestinien, et il est guide dans le Musée juif de Berlin : super, non ? lire cet autre article du "Times of Israël" .

C'était aussi en Allemagne - pays où, décidément, nous avons des choses à apprendre en matière de dialogue inter religieux : des enfants réfugiés de Syrie se sont joints à des enfants juifs, pour un allumage public de bougies de Hanouka .

Tobie Nathan est un écrivain juif d'origine égyptienne. Il est l'auteur d'un roman "Ce pays qui te ressemble", une fresque historique qui a pour toile de fond l'expulsion de sa communauté sous Nasser. Et - alors qu'il s'agit d'un sujet presque tabou dans le monde arabe -, il vient de recevoir un prix littéraire tunisien !

Connaissiez-vous Ali Salem ? C'était un auteur de théâtre égyptien. Il n'a pas hésité à braver un tabou, dans une société où malgré des décennies de paix avec Israël la normalisation a toujours été refusée par la quasi totalité des élites culturelles : lui, au contraire, a toujours dit qu'Israël n'était pas l'ennemi de son pays. Et il l'a répété une dernière fois, deux jours avant sa mort, le 20 septembre dernier sur une chaine de télévision... voyez cette vidéo, si émouvante !

Enfin, cela s'est passé il y a quelques semaine, au large d'Anglet dans les Pyrénées- Atlantiques : des surfeurs Palestiniens et Israéliens sont allés braver ensemble les vagues de l'Océan. Extrait de cet article du journal "Le Monde" : « Nous ne voulons plus de guerre », lâche Abou Mohamed, qui a quitté Gaza. « Nous avons envie de voir d’autres gens, d’autres cultures, et de rencontrer  nos voisins », renchérit son compatriote Talat. Un autre, venu d’Israël, commente : « L’actualité nous divise. Après tant d’années, la paix viendra des choses simples que nous ferons ensemble, au jour le jour. » Lire ici .

J.C