Notre radio

Notre radio

01 janvier 2016

Bonne année 2016 !



C'est à nouveau une carte virtuelle que je vous propose en ce jour de l'an. Pas de bouteille de champagne ou de clip musical comme ce fut le cas dans le passé, car le cœur n'y est pas vraiment, avec ce que nous vivons et risquons de vivre dans les prochains mois.
Mais un peu d'originalité ne fait pas de mal, n'est-ce pas ? Cette carte évoque bien le caractère éphémère des années qui passent, et qui sont la trame de nos vies si fragiles par ailleurs ... une vague est passée, et a effacé 2015 sur le sable ; arrive 2016, qui disparaitra à son tour dans un an, etc.

En jetant un coup d'œil rapide aux vœux que j'ai écrit ici au fil des années, j'y ai retrouvé parfois le dynamisme du bloggeur qui vous présentait les développements de son "enfant", embellissant et grandissant peu à peu ; mais souvent le regard grave de l'observateur, obligé de constater qu'Israël reste menacé, que le monde arabe demeure plongé dans la violence, et que notre pays reste dans une profonde dépression.

Reprenons par exemple ce que j'écrivais au 1er janvier 2015, mis en italiques ci-dessous, et mettons en regard ce qui s'est passé les mois suivants.

En l'espace d'un an, des horreurs qu'on n'osait même pas imaginer deviennent des perspectives crédibles :
- Un échec indiscutable de notre gouvernement ici, qui n'aura réussi qu'à plonger d'avantage encore la France dans l'ornière d'une crise économique et sociale : le nombre des chômeurs a continué d'augmenter, ce qui compromet fortement les chances de la Gauche de rester au pouvoir.
- Non seulement un blocage du processus de paix au Moyen-Orient, mais un isolement complet d'Israël, gouverné par une équipe incapable d'analyser correctement les dangers : les élections ont mis au pouvoir l'équipe la plus à droite possible, brouillée avec les Américains à force de maladresses du Premier Ministre ; la soit disant "gestion" de l'occupation des Territoires palestiniens a explosé, avec une nouvelle vague de terrorisme et le traumatisme de "la guerre des couteaux".
- Une marée montante de l'antisémitisme en France, provoquant à la fois la fuite d'une partie importante de la Communauté - clairement, la plus menacée car la plus visible en raison de sa pratique religieuse - et le lent délitement des institutions juives, minées en plus par des divisions diverses : on a enregistré en 2015 un nouveau record de l'Alya avec 8.000 départs ; l'antisémitisme continue de se propager sur Internet, malgré les bonnes paroles du gouvernement et les signalements ; seule bonne nouvelle, la Communauté n'a pas implosé, et a su obtenir des Autorités une protection de l'armée et de la police suite à l'attentat de l'Hypercasher.
- La montée irrésistible du Front National, parti dont une bonne partie des sympathisants reste antisémite, ce qui est en soi inquiétant, mais qui en plus serait un désastre pour la France vu son programme : Marine Le Pen Président de la République, voilà un cauchemar crédible pour dans deux ans et demi : hélas, 2015 est venu confirmer les pires craintes ; le F.N est devenu le premier parti politique de France, on a la certitude qu'il sera présent au second tour des élections présidentielles de 2017, et la question est maintenant de trouver de façon urgente une parade à cette menace.

Mais à tout cela s'est ajouté autre chose, que avouons-le je n'imaginais même pas : l'horreur djihadiste dans les rues de la Capitale, l'assassinat de toute l'équipe de "Charlie Hebdo" le 7 janvier, la série d'attentats évités de justesse ensuite, et surtout les 130 tués des massacres du 13 novembre. Evènements qui ont plombé l'ambiance, et expliquent ce que j'écrivais au début de mon message ...

Alors ? Jamais la situation n'aura semblé si fragile, et j'hésite un peu à ajouter à ce cocktail bien amer le reste, que vous savez bien : l'accord avec l'Iran sur le nucléaire, qui normalise les relations avec les nations occidentales du pire ennemi de l'Etat juif ; le grand retour de la Russie au Moyen-Orient ; l'impuissance totale de l'administration Obama, qu'il va falloir supporter encore pendant un an, etc. Mais en même temps, et comme tout est réversible, on ne peut pas prévoir les développements qui pourraient "renverser la table" : espérons les, de toutes nos forces !

En attendant, il me reste à vous remercier pour votre patience si vous m'avez lu jusqu'au bout ... mais surtout, pour votre fidélité, si vous lisez régulièrement le blog et/ou si vous m'écoutez sur Judaïques FM.

Bonne et heureuse année pour vous et pour tous ceux qui vous sont chers, en espérant que 2016 sera "moins pire" que 2015 ...

J.C