Notre radio

Notre radio

19 octobre 2011

Libre !!!

Guilad Shalit téléphonant à ses parents
après sa libération, 18 octobre 2011


Libre !!! On n'arrive pas à l'imaginer, tant le malheureux Guilad avait fini par ressembler à des disparus célèbres, prisonniers oubliés et victimes d'un destin horrible comme le navigateur Ron Arad, dont Israël n'a plus eu de nouvelles depuis 25 ans ...

Tout a déjà dit, écrit et commenté sur cet échange incroyable, un conscrit kidnappé dans son pays en échange de 1027 terroristes, dont plusieurs responsables de plus de 600 victimes civiles de la seconde Intifada : les Israéliens, tout en approuvant ce prix très lourd à une très large majorité n'en ressentent pas moins une légitime amertume ; et une inquiétude compréhensible, face au risque d'autres enlèvements de soldats et à ce qu'il faut bien reconnaitre comme une victoire du Hamas.

J'aimerais cependant, à cette occasion "historique" comme à d'autres, vous faire entendre une "autre musique" qui ne nous fait pas désespérer de tous les Musulmans. Quelques exemples :
-  d'abord ce communiqué de l'Amitié Judéo-Musulmane de France : "L'ensemble des Imams, qui à la demande de l'A.J-M.F., de Michel Serfaty et de Mohammed Azizi ont rencontré Noam Shalit, expriment leur joie suite à la libération de Gilad Shalit par le Hamas. D'une voix unanime, ils expriment leur reconnaissance au Saint Béni Soit-il, pour le miracle de ce jour ainsi que leur sympathie à Noam Shalit, son épouse et ses enfants et à toutes les personnes qui ont milité pour la libération de Gilad Shalit" ;
- ensuite le souvenir de l'émission que j'avais consacré à l'affaire Shalit, c'était le 2 novembre 2008, et parmi mes deux invités figurait mon vieil ami Karim-Hervé Benkamla qui a milité, sans fléchir et courageusement jusqu'au bout, pour la libération de l'otage franco-israélien ;
- enfin ces propos d'une éditorialiste koweïtienne, rapportés par nos confrères de la "Metula News Agency", et qui a dit dans le plus grand quotidien de l’Émirat : "Bienheureux Guilad Shalit, et chanceux… de retourner dans un pays qui respecte les êtres humains et se soucie de leur sort" : il est vrai que le contraste était saisissant entre la silhouette amaigrie de l'otage, titubant après cinq ans d'isolement pratiquement total, et l'allure des dizaines de monstres libérés, bien nourris et paradant face à la foule en délire de Gaza !

J.C