Notre radio

Notre radio

04 mars 2009

Mohamed Baccar : la haine au barreau de Tunis

Maitre Mohamed Baccar (keffiye) s'adressant
au Ministre tunisien de la Justice, M. Bechir Tekkari


Reception par le CPI de la plainte déposé par M° Baccar


Maître Mohamed Baccar, avocat tunisien, président de l’association "Mare Nostrum Juris Advocati Associatis" (ou L’association des avocats et juristes méditerranéens) a présenté en personne le 22 janvier 2009 une plainte devant la C.P.I (Cour pénale Internationale) de la Haye à l’encontre du Premier Ministre israélien Ehud Olmert, ainsi que son Ministre de Défense Ehud Barak et aussi de sa Ministre des Affaires Étrangères, Tzipi Livni, pour « crimes de guerre » lors de la dernière opération à Gaza.
On trouvera dans l’illustration ci-dessous la lettre de réception de cette plainte (cliquer sur l’illustration pour l’agrandir).

Or cet avocat n’est pas novice sur la scène tunisienne, en matière d’agitation à la fois pan arabiste et pro islamiste : c’est lui qui, depuis le début de l’année 2008, a mené une campagne haineuse contre les écrits courageux de notre ami le jeune avocat Souhail Ftouh, pour s'être engagé publiquement pour la paix et la réconciliation entre Israël et le monde arabe. Il a même porté plainte à deux reprises contre lui.
Mohamed Baccar est par ailleurs un avocat connu par ses actes de harcèlement à l’encontre des défenseurs tunisiens des Droits de l’Homme. Par exemple le journaliste Omor Mestiri, poursuivi en 2007 pour avoir publié sur le journal en ligne « Kalima » des informations contre M° Baccar, lui-même condamné dans le passé par la justice tunisienne pour faux en écriture ! Ci-dessous un article sur le sujet publié sur le site de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme :
http://www.fidh.org/spip.php?article4582
Les collaborateurs du même avocat se sont même permis d’insulter en audience M° Adelrazek Killani, président de la section de Tunis de l'ordre des Avocats, présent au sein du tribunal !
Lire ici : http://appablog.wordpress.com/2007/08/17/tunisietunisia/

Le même Mohamed Baccar, décidément toujours du côté des fanatiques, avait été aussi l’auteur d’une plainte présentée en France contre la Maison d’édition Christian Bourgois, qui avait publié le livre de Salman Rushdie ("Les versets sataniques") !
Imposition de la censure en matière littéraire ; intimidation de journalistes ; harcèlement d’un citoyen pour ses idées ; et c’est le même personnage qui en appelle à la Cour Pénale Internationale ... tout un programme ! 

J.C