Notre radio

Notre radio

25 octobre 2006

André Nahum sur Judaïques FM ce matin : « Mais quel jeu joue exactement la France au Moyen-Orient ? »

Bonjour,
On lit dans le journal libanais "L’orient-le Jour" d’aujourd’hui : "Les tentatives françaises de modifier les règles d’engagement de la FINUL, de manière à permettre l’usage éventuel de la force afin de mettre un terme à ces violations, se seraient heurtées à de sérieuses réserves aussi bien à Washington qu’à New York." Il s’agit vous l’avez compris, non pas des violations du Hezbollah, mais des survols du Liban par des avions israéliens.
Ouf !
Comme dirait l’autre : Nous l’avons en dormant, madame, échappé belle. Vous rendez vous compte dans quelle situation nous nous serions trouvés nous, Français juifs amis d’Israël si par malheur un missile sol-air français avait abattu un F-16 israélien au dessus du Liban ?
Imaginez la suite : représailles israéliennes, branle-bas de combat, manifestations "anti-sionistes" à Paris et en province avec affluence record garantie.
Mauvais scénario de politique fiction ? Certainement pas. Cette hypothèse, impensable naguère, aurait très bien pu devenir une réalité. Dites moi : Qu’aurions nous fait ? Que ferions nous si cela se produisait ? Le général Pellegrini, commandant français de la FINUL avait laissé entendre avant de se rétracter, désavoué par l’ONU, que si les avions israéliens poursuivaient leurs vols au dessus du Liban, il pourrait envisager de leur tirer dessus, puisque comme par hasard, les troupes françaises avaient amené dans leurs bagages, des missiles sol - air. Madame Alliot-Marie notre ministre de la défense et possible candidate aux élections présidentielles a enfoncé le clou au cours de son récent voyage à Washington, en occultant les manquements libanais à la décision 1701 du Conseil de sécurité.
Alors qu’Israël s’est totalement retiré du territoire libanais conformément à cette décision, les deux soldats retenus en otage par le Hezbollah n’ont pas été libérés. Le Hezbollah n’a pas été désarmé, il n’a pas retiré ses miliciens au delà de fleuve Litani et si l’on en croit le site israélien Debka.com, il reconstitue son infrastructure, ses fortifications et son armement au Sud Liban et dans la Bekaa. Alors, question : La FINUL élargie a-t-elle été déployée pour préserver la paix et mettre fin à la toute puissance et aux attaques du Hezbollah ou au contraire pour protéger la milice chiite ?
Mais quel jeu joue exactement la France au Moyen-Orient ?
On aide le Liban à se libérer de l’occupation syrienne, mais on ne fait rien pour diminuer l’emprise du Hezbollah iranien qui hypothèque son indépendance. On couvre de fleurs l’Iran, alors que son président clame son obsession de détruire Israël, pays membre de l’ONU, et veut se doter à cet effet de l’arme atomique. Un jour, on envisage de lancer des missiles sol- air contre les avions israéliens, le lendemain comme pour rétablir l’équilibre, on finit par admettre le bien-fondé de la barrière de sécurité que l’on condamnait avec force hier, la qualifiant de mur de la honte ou mur de Berlin.

Difficile à suivre ... pour le moins ...

André Nahum