Notre radio

Notre radio

07 octobre 2007

La mondialisation de la haine





Photos Associated Press, prises le 5 octobre 2007, à l'occasion de la journée "Al-Qods" :
- en haut à gauche, Cachemire indien ;
- à droite, photo du haut, Indonésie ;
- à droite, photo du bas, Syrie
- en bas à gauche, Iran, avec hélas (grande mode islamiste importée de Palestine), un petit enfant avec en guise de jouet un fusil d'assaut ...

























Vendredi dernier, les Juifs célébraient la fête de "Simhat Thora", la "joie de la Thora", célébrée (comme le veut la coutume) dans l'allégresse, afin de marquer la fin du cycle annuel de lecture du Livre de la Loi. Les fêtes juives d'automne correspondaient cette année au mois de Ramadan. Et il y a - hélas ! - un autre rituel, celui-là qui n'a rien de religieux et qui relève uniquement de la manipulation politique, faisant se rassembler dans le monde entier des Musulmans le dernier vendredi du mois de Ramadan. En effet, depuis la révolution de 1979, le régime iranien organise à ce moment là du calendrier islamique de grandes manifestations dites de la "journée Al-Qods" (Jérusalem), dont l'objectif officiel est de "soutenir la Palestine" - mais qui est, en réalité, l'occasion de déverser une propagande antisémite abjecte visant la destruction de l'Etat juif. Or donc, cette année, ces manifestations sont tombées le 5 octobre, jour de fête chez les "Sionistes" tellement haïs !

Comme le souligne un courrier diffusé par l'Ambassade d'Israël à Paris, "en quête d'un rôle hégémonique panislamique, l'Iran tente de rallier le monde musulman contre Israël, ennemi fédérateur, "chancre dans le corps islamique". Son visés également le "grand Satan", c'est à dire les États-Unis et l'Occident, accusé d'être à la tête d'un complot anti-islamique." Un grand coup de chapeau à notre confrère "mediarabe.info" (en lien permanent) qui, dans un article publié vendredi dernier que je vous invite à lire, parle de cette journée et surtout donne le lien permettant de télécharger, en version pdf, l’ouvrage indispensable de "L’American Jewish Committee" : cette brochure analyse les enjeux, pour l’Iran, derrière cette "mobilisation", et dénonce ces nombreux militants de gauche « qui refusent de voir ce qu’est le régime iranien : un obscurantisme clérical dont l’antisémitisme utilise tous les clichés de celui professé, naguère comme de nos jours, par l’extrême droite occidentale ».

Ce 5 octobre, sans surprise, le nabot antisémite de Téhéran a donc renouvelé ses lugubres invectives contre Israël et les Juifs, demandant que "les Sionistes" soient transférés "en Europe ou en Alaska", et disant que "l'Holocauste était un prétexte qui avait permis le génocide des Palestiniens".

Mais le pire, ce sont ces manifestations de Musulmans qui ne sont ni des Iraniens intimidés par leur police, ni des Palestiniens pro-Hamas : du Cachemire à l'ile de Java en passant par Damas, ces visages aux rictus haineux annoncent peut-être aussi un danger à venir : il y a en effet maintenant des manifestations de ce type en Europe et en Amérique, et la propagande iranienne risque d'enflammer l'antisémitisme dans les communautés musulmanes implantées en Occident. Et comme le souligne l'article de "mediarabe.info" pré-cité, le très extrémiste "Parti des Musulmans de France" de Mohamed Latrèche appelait hier à manifester à Argenteuil, en pleine solidarité avec Mahmoud Ahmadinejad !

J.C