30 janvier 2020

Les prisonnières du Palais



Dans les jardins du Bey de Tunis
Toile de Ferdinand Max Bredt

Une toile sur la Toile
- janvier 2020

C’est une toile découverte tout dernièrement, et qui m’a frappé par la tristesse des personnages.

Trois femmes, l’une noire probablement l’esclave dédiée au harem. La seconde encore toute jeune, affalée sur ce qui semble un banc, recouvert d’un tapis peint avec une minutie éblouissante. Et la troisième – épouse ? favorite ? parente du Bey ? – en tenue d’apparat, qui porte dans le regard comme un profond désespoir.
Pourtant, le décor est idyllique, du moins on le devine avec le jardin esquissé en arrière-plan, et la pièce d’eau aux teintes douces en heureux contraste avec les couleurs vives des tenues.

Cette œuvre magistrale est de Ferdinand Max Bredt, un des peintres allemands orientalistes les plus importants du 19ème siècle : j’avais publié dans cette série un autre tableau de cet artiste, évoquant aussi la Tunisie de jadis : cliquer sur son nom en libellé pour avoir accès au lien vers sa biographie.

J.C