Notre radio

Notre radio

25 mars 2015

Un chef de l'opposition syrienne à l'hôpital de Safed



"Merci au peuple d'Israël" a lancé al-Labwani après avoir rendu visite aux blessés syriens soignés par Israël

Kamal al-Labwani, figure majeure de l'opposition syrienne dite "modérée" a rendu visite aux blessés syriens soignés dans l'hôpital de Safed au nord d'Israël, dans le cadre d'une visite exceptionnelle de dix jours dans l'Etat hébreu.
Labwani, en visite en Israël pour la première fois, s'est exprimé sur la guerre civile qui déchire le pays depuis plus de 3 ans et qui a déjà fait près de 200.000 morts.
"Je remercie le peuple d'Israël et la communauté juive aux Etats-Unis pour toute l'aide humanitaire qui a été donnée au peuple syrien", a confié le leader de l'opposition syrienne à des journalistes. "Je me suis rendu au musée de la Shoah ici (Israël, ndlr), qui demeure jusqu'à ce jour un crime", a-t-il poursuvi.
"Vous comprenez mieux que n'importe quel autre peuple ce qu'est un massacre", a lancé al-Labwani aux journalistes réunis au Jerusalem Press club, y compris des reporters israéliens.
Lors de sa visite, al-Labwani a notamment déploré l'obsession d'Obama pour la lutte contre l'Etat islamique, aux dépens de la guerre qui devrait également être menée contre le président Bachar el-Assad.
"4.000 personnes ont été tuées par l'Etat islamique, 400.000 par le régime. Qui est le plus grand terroriste ?", a-t-il demandé.
En août, l’Etat d’Israël a autorisé l'entrée de 17 Syriens dans le pays afin de recevoir des soins médicaux après avoir été grièvement blessés de l’autre côté de la frontière, rapporte le site d'information en ligne Times of Israel.
Depuis le mois de février, plus de 100 civils syriens ont été admis dans les hôpitaux israéliens afin d'y être soignés. Beaucoup de cas moins graves ont également été traités par les équipes médicales israéliennes dans un hôpital militaire de campagne, installé sur le plateau du Golan, au nord du pays.
Ces six derniers mois, la majorité des Syriens accueillis en Israël ont été traités au Centre médical Ziv à Safed, au Centre médical de Galilée occidentale à Nahariya ainsi qu'à l'hôpital Poriya près de Tibériade.
L'identité des Syriens traités en Israël est toutefois tenue secrète car ils risqueraient de subir des représailles à leur retour.

"Nous avons besoin d'Israël"

"Nous avons besoin d'Israël pour construire et combattre", a déclaré Kamal al-Labwani lors d'une interview exclusive avec Jean-Charles Banoun dans le Grand Direct i24news dimanche soir.
Après avoir passé plusieurs années dans les geôles du régime, M. al-Labwani a livré sa vision de la situation actuelle en Syrie et insisté sur l'importance stratégique d'Israël, "un Etat qui a de l'influence à l'extérieur", a-t-il dit.
"Nous lui demandons (à Israël, ndlr) de participer au plan d'union du Moyen-Orient", a-t-il indiqué.
Interrogé sur l'aide de la communauté internationale, al-Labwani a déploré le manque de résolutions contre le régime de Bachar al-Assad, en raison du veto de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU.
"Toute la Syrie ce n'est pas Assad ou l'Etat islamique (EI), il y a aussi un bon peuple", a insisté l'opposant syrien.
Il a ensuite exprimé sa crainte de voir les Occidentaux coopérer avec le président Assad pour combattre l'EI et mis en garde contre un engrenage de violences.
"La guerre ne pourra pas battre le terrorisme, le terrorisme sera vaincu par l'éducation", a-t-il dit.
Al-Labwani a ensuite abordé l'avenir de la Syrie et mis en exergue le besoin d'unité dont le pays a besoin: "Sans justice il n'y aura pas de société", a-t-il prévenu, appelant à l'union entre les voisins. "Il faut prendre en compte tous nos voisins, la Turquie et même Israël", a conclu l'opposant.

Source : I-24 News,
20 septembre 2014