Notre radio

Notre radio

03 mars 2015

Sara Shamma, la douleur pudique



 Une toile sur la Toile
- mars 2015

C'est probablement l'artiste peintre la plus connue de Syrie, mais elle n'y vit plus. Fuyant la guerre civile, elle réside au Liban.

Née à Damas en 1975 d'un père syrien et d'une mère libanaise, Sara Shamma qui ne s'est jamais engagée dans la politique, avait vu son œuvre vite reconnue dans son pays, où elle a obtenu de nombreux prix (voir sa présentation par le centre culturel syrien de Montréal).
Elle a un site que je vous invite à visiter sur ce lien . Y figurent plusieurs reproductions de ses peintures, dont de nombreux auto portraits de cette jolie artiste. Dans ces toiles se dégage une ambiance étrange, parfois oppressante, souvent onirique où se croisent des humains, des animaux et parfois de figures hybrides.
Elle n'a pas directement évoqué les horreurs vécues dans son pays, mais cette interview en langue anglaise est intéressante ; elle invite les gens à oublier d'où elle vient, à accepter que la Syrie et sa guerre ne représentent que 2 % des influences sur sa peinture ; et elle dit aussi que pour elle "l'art est plus grand que la politique et plus grand que les guerres" (lire ici) .
"People see me first as a Middle Eastern artist, then as a woman, and now as a female artist coming from a war zone, but I hope that after they see my work and enter inside my paintings, they will forget my background and start seeing themselves in my subjects - then Syria and its war become only two of the hundred identities that influence my paintings.  I think art is bigger than politics and bigger than wars. The wars finish in the end, but the art remains. Art doesn’t have to remind us about war and it doesn't have to make immediate change - it is a continuous development of the human feeling toward life, and it is almost the opposite of politics."

Mais si un seul tableau devait évoquer, avec l'approche pudique qui est la sienne, la terrible souffrance vécue par son peuple, ce serait bien celui que j'ai choisi ici : visage angoissé d'un enfant ; et peut-être, visage du même enfant défiguré par d'horribles blessures.

J.C