Notre radio

Notre radio

12 mars 2015

Les Alaouites, musulmans chiites ou secte mystérieuse ?

Alaouites durant un festival à Banias, pendant la Seconde Guerre Mondiale
 
Faites le test en cherchant une illustration sur Google Images : il est quasiment impossible de trouver plus qu'une demi-douzaine de photos si on fait une recherche sur les Alaouites, en prenant leur nomenclature française ou anglaise ("Alawis"). Et la raison est simple : bien qu'il s'agisse d'une minorité religieuse importante de la Syrie - là où ils vivent en majorité -, leur foi est mystérieuse et complexe ; et surtout peu voyante. Je me suis donc rabattu sur cette photo, trouvée sur Wikipedia et illustrant un rassemblement bien ancien ... à Banias, donc à la frontière syro-israélienne !

Qui sont-ils à l'origine ? Ils suivent une des douze écoles de l'Islam chiite, mais ils ont ajouté des éléments syncrétiques à la branche initiale. Ils vénèrent Ali, le cousin et gendre du Prophète dont se réclament tous les Chiites. Leur secte a été fondée par Ibn Nusayr, disciple au IXème siècle du 10ème et du 11ème Imam porteurs de la tradition de cette branche minoritaire de l'Islam. De fait, on les appelait les "Nussayris", jusqu'à ce que l'appellation "Alaouites" s'impose au siècle dernier.

La doctrine mystique alaouite est fondée sur le sens caché (bâtin), la masse des fidèles ignorant le sens profond du message divin réservé aux seuls initiés. Principale différence avec la religion musulmane traditionnelle - sunnite ou chiite - la croyance en une Trinité comprenant les trois aspects du Dieu unique : la principale, appelée "Essence" ou "Signifiant", et deux émanations moins importantes, appelée "le Nom" (Ism) ou "le Voile" (Hijab)  ; et "la Porte" (Bab). La Alaouites sont convaincus que ces émanations sont apparues sous une forme humaine pendant plusieurs cycles de l'Histoire. Ils croient en la réincarnation.
Mais surtout - et on comprend que cela les ait fait juger hérétiques par l'Islam sunnite dominant, et ait entrainé une longue persécution -ils ont beaucoup de points communs avec les Chrétiens : consécration du vin lors de messes secrètes auxquelles seuls les Hommes sont conviés ; célébration de fêtes comme l'Epiphanie et la Noël. Religion décidément bien mystérieuse, les Alaouites n'ont pas de constructions dédiées à leur culte, mais seulement des monuments mortuaires particuliers.

Pendant le mandat français, jouant des minorités comme ont su parfaitement le faire les différents pouvoirs coloniaux, le mandat syrien de la SDN fut au début structuré en micro-Etats, dont un dédié aux Alaouites. (voir carte ci-dessous). Ceux-ci ne restèrent pas longtemps indépendants, avant d'être à nouveau mis sur la touche.

Le premier découpage de la Syrie sous mandat français
En vert, le "grand Liban" détaché de son ancienne tutelle. En violet, l'éphémère "Etat alaouite" 


Le Président Hafez al-Assad, lui même alaouite,  obtint de juristes libanais tant sunnites que chiites des fatwas reconnaissant sa communauté comme musulmane, la présidence de la République de Syrie ne pouvant constitutionnellement être assumée que par un musulman. Néanmoins, pour la majorité des théologiens sunnites, les alaouites sont des hérétiques comme le rappelle le chapitre qui leur est consacré sur Wikipedia.

J.C