Notre radio

Notre radio

15 mars 2015

Education, laïcité, antisémitisme, un état des lieux dans le "neuf-trois" : Danielle Guerrier sera mon invitée le 22 mars

Tags antisémites sur la permanence électorale d'une candidate de confession juive,
Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis)

Un sujet brûlant pour ma prochaine émission, nous n'irons pas cette fois-ci au Moyen-Orient ou au Maghreb, mais tout près de chez nous, en banlieue parisienne. Le titre que j'ai choisi pour ce numéro est long mais il recouvre bien les problèmes à aborder : Education, laïcité, antisémitisme, un état des lieux dans le "Neuf-Trois". Par ségrégation sociale ou en raison de causes plus complexes, la Seine Saint-Denis compte maintenant plus de Musulmans que de Chrétiens, sans parler de la petit minorité juive qui diminue. Dès que l'on franchit le périphérique débute un "autre monde", dont nos médias commencent à se rendre compte, en particulier suite aux incidents en milieu scolaire qui ont marqué les minutes de silence, au lendemain de l'attentat contre "Charlie Hebdo". Nous aurons une invitée parfaitement qualifiée pour en parler, Madame Danielle Guerrier. Je serai vraiment heureux de l'accueillir sur Judaïques FM, pour plusieurs raisons. D'abord en raison de sa proximité et de son amitié envers la communauté juive. Elle est en effet catholique, elle travaille au Diocèse de Saint-Denis en France, mais surtout elle est la responsable du Service Diocésain pour les Relations avec le Judaïsme. Au delà de cette amitié, elle est un observateur de terrain du dialogue interreligieux en particulier vers l'Islam. Mais surtout, elle est un témoin précieux, à la fois comme ancienne enseignante qui connait bien les problèmes dans certains établissements dont on commence à parler, et puis surtout, comme habitante du "neuf-trois".

Parmi les questions que je poserai à Danielle Guerrier :
-        Jean Mouttapa, éditeur, journaliste, est très impliqué pour aider Juifs et Musulmans à se connaitre et à se respecter. Il a dit lors de la remise su Prix de "l'Amitié Judéo-Chrétienne de France" au Père Shoufani, que le dialogue simultané entre les trois fois monothéistes était préférable au dialogue "à deux" : en effet, on aurait parfois le syndrome du "tiers absent" dont on peut dire du mal, justement parce qu'il n'est  pas là. Partagez-vous son diagnostic pour les associations interreligieuses en général ? Et plus particulièrement dans le cas du dialogue islamo-chrétien, pour le traitement des Juifs ?
-        A propos des sentiments des habitants chrétiens de la Seine Saint-Denis, tous ne se revendiquent pas d'une identité religieuse, mais tous ont constaté, comme vous, une évolution dans les populations qui les entourent. Quelle est leur réaction ? Est-ce que c'est un repli xénophobe, voire une fuite vers des résidences pavillonnaires loin de Paris ? Est-ce qu'au contraire, certains vivent la mixité comme une chance ? Et que disent les acteurs de terrain, se revendiquant comme catholiques, prêtres ou laïcs ?
-        Vous avez été professeur de mathématiques donc non confrontée aux problèmes spécifiques des professeurs d'Histoire chahutés lorsqu'ils abordaient des sujets comme la Shoah, ou l'Histoire des religions. Est-ce que déjà, en 2003 lorsqu'est sorti le livre "Les Territoires perdus de la République", vous aviez entendu parler de ces incidents ? Et quels sont les échos que vous avez eu de collègues encore en activité, sur ce qui s'est entendu au lendemain des attentats du mois du janvier ?
-        dès le lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo, puis contre l'hypermarché casher de la Porte de Vincennes, on a vu se répandre sur Internet des théories du complot comme quoi c'était un coup des services secrets français, ou du Mossad, pour stigmatiser les Musulmans. La Ministre de l’Éducation Nationale, Najat Valaud Belkacem, a poussé un cri d'alerte, en disant : "ces théories du complot sont en train, vraiment, de miner notre jeunesse. Un jeune sur cinq aujourd’hui adhère aux théories du complot. C’est-à-dire la remise en cause des institutions de la République (...) Quels outils, à votre avis, pour lutter contre le complotisme ?

Les questions que j'ai préparées sont très nombreuses, tant le sujet nous concerne directement ... j'espère qu'on pourra toutes les aborder, et que vous serez nombreux au rendez-vous !

J.C