Notre radio

Notre radio

12 janvier 2009

La charte du Hamas : un monument de haine antisémite !

Dans la guerre de l’information qui fait rage sur le WEB, il est malheureusement toujours nécessaire de « revenir aux fondamentaux » en rappelant l’idéologie des uns et des autres. Celle du Hamas est particulièrement abjecte, et peu de journalistes français ont le courage d’en parler : on évoque, certes, le refus de la reconnaissance d’Israël, mais sans dire tous les ressorts de haine qui expliquent ce refus ; on dit que le mouvement est islamiste, sans évoquer les appels au Jihad mondial - contre tous les « incroyants » - ressassés à la télévision de Gaza ; et surtout, on n’évoque que rarement son antisémitisme virulent ...

Il faut donc faire connaître la Charte du Hamas, dans une traduction qui ne suscite pas de commentaires fielleux : l’Ambassade d’Israël à Paris vient de diffuser un dossier sur le mouvement, mais pour couper court à toute polémique je préfère vous donner ici le lien sur le site de Jean-François Legrain, chercheur associé au GREMO (« groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient » de Lyon), qui n’est pas - pour reprendre hélas une terminologie à la mode en France -, un dangereux repère de « Sionistes » !
Voici le lien.

Et voici un extrait choisi, toujours tiré de ce site :

Article trente-deuxième :
Le sionisme mondial et les forces colonialistes, par un mouvement subtil et une planification étudiée, essaient de faire sortir les uns après les autres les États arabes du cercle du conflit avec le sionisme pour qu'en fin de parcours le peuple palestinien se retrouve tout seul. Ils ont déjà réussi, en grande part, à faire sortir l’Égypte du cercle du conflit par les traîtres accords de "Camp David" et ils essaient d'entraîner d'autres États encore vers de semblables accords pour les sortir du cercle du conflit.
Le Mouvement de la Résistance Islamique appelle les peuples arabes et islamiques à œuvrer avec sérieux et persévé­rance à empêcher la poursuite de ce plan effroyable et à conscientiser les masses sur le danger que représente la sortie du cercle du conflit avec le sionisme. Aujourd'hui, il s'agit de la Palestine et demain il s'agira d'une ou plusieurs autres régions : le plan sioniste n'a pas de limite; après la Palestine, ils ambitionnent de s'étendre du Nil à l'Euphrate. Lorsque ils auront para­chevé l'assimilation des régions jusqu'aux quelles ils seront parvenus, ils ambitionneront de s'étendre plus loin encore, et ainsi de suite. Leur plan se trouve dans "les Protocoles des Sages de Sion" et leur conduite présente est une bonne preuve de ce qu'ils avancent.
[36]
Sortir du cercle du conflit avec le sionisme constitue une haute trahison qui entraînera la malédiction sur ses auteurs. "Quiconque tourne le dos en ce jour, -à moins de se détacher pour un autre combat ou de se rallier à une autre troupe- celui-là encourt la colère de Dieu; son refuge sera la Géhenne. Quelle détestable fin !" (8,16). Toutes les forces et toutes les potentialités doivent s'unir pour affronter cette cruelle invasion nazie et tatare, sinon ce ne sera que perte des pa­tries, exode des habitants, diffusion de la corruption sur la terre et destruction de toutes les valeurs religieuses. Que tout homme sache qu'il est responsable devant Dieu !
"Celui qui aura fait le poids d'un atome de bien, le verra; celui qui aura fait le poids d'un atome de mal, le verra" [Coran, 99, 7-8].
Dans le cercle du conflit avec le sionisme mon­dial, le Mouvement de la Résistance Islamique se considère comme le fer de lance ou une étape sur le chemin. Il joint ses efforts aux efforts de tous ceux qui œuvrent sur la scène pa­lestinienne. Il reste encore aux peuples arabes et islamiques de franchir les étapes les unes après les autres; mais c'est surtout aux rassemble­ments islamiques au niveau du monde arabe et islamique qu'ils revient de le faire puisque ce sont eux les mieux équipés pour assumer leur rôle à venir face aux Juifs marchands de guerres.
"Nous avons suscité, parmi eux, l'hostilité et la haine, jusqu'au Jour de la Résurrection. Chaque fois qu'ils al­lument un feu pour la guerre, Dieu l'éteint. Ils s'efforcent à corrompre la terre. Dieu n'aime pas les corrupteurs" (5, 64).


J.C