Notre radio

Notre radio

13 décembre 2005

« L’esclavage existe encore » : un communiqué du CRIF

Le débat sur la fracture coloniale occupe le devant de la scène médiatique depuis plusieurs semaines (voir les articles publiés le 3 décembre sur le blog) : loi controversée qui recommande d'enseigner "le rôle positif de la présence française outre-mer", votée le 23 février dernier et confirmée en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale ; idéologie dite des "Indigènes de la République", qui a certainement inspiré en partie certains émeutiers le mois dernier et dont je reparlerai ; opposition fabriquée perfidement par Dieudonné et ses supporters entre "mémoire de la Shoah" et "mémoire de l’esclavage" ; annulation (assez piteuse) des festivités prévues pour le bicentenaire de la victoire d’Austerlitz, au motif que Napoléon en avait supprimé l’abolition (c’est aussi une vérité historique, mais la face sombre de tous les héros de tous les pays interdirait alors toute commémoration !) ...

Le CRIF vient de publier un communiqué qui fait une synthèse remarquable sur le sujet, je le reproduis intégralement.

« L’esclavage sous toutes ses formes fait l’objet aujourd’hui de débats où la passion l’emporte souvent sur la sérénité et l’objectivité historique que mérite l’une des plus grandes monstruosités de l’humanité.
L’esclavage ne s’est limité ni à une époque, ni à une civilisation, ni à une région particulières. Il a servi de socle économique à plusieurs civilisations, parfois prestigieuses, au mépris des conditions d’existence des hommes et des femmes mis en servitude.
Toute la vérité historique sur l’esclavage devrait être reconnue et enseignée plus qu’elle ne l’est actuellement. L’esclavage existe encore, et il doit être combattu sans complaisance, et sans permettre surtout aux trafiquants de la mémoire, dans la foulée de la réunion de Durban, d’infliger aux victimes passées et présentes le mensonge du négationnisme. »

Et maintenant, quelques rappels à propos de notre émission. « Rencontre », qui n’a jamais « diabolisé » ni l’Islam, ni les populations musulmanes, arabes ou non, et a été aussi une des très rares émissions à avoir évoqué le sujet tabou de l’esclavage non européen. Nous avons consacré trois émissions au Soudan, où les quelques deux millions de victimes de guerres diverses (Nord Musulman contre Sud chrétien et animiste ; massacres du Darfour où les victimes sont toutes musulmanes) n’ont arraché aucune larme aux « belles âmes » qui appellent « néo-réacs » tous ceux qui ne s’alignent pas sur le « politiquement correct »!

J.C

Voir aussi sur le blog :
- article du 20 mars 2005 (cliquer ici) ;
- article du 1er juillet 2005 (cliquer ici).