Notre radio

Notre radio

14 mai 2017

Islam, Laïcité et manipulations : Isabelle Kersimon sera mon invitée le 21 mai



Retour en France pour le prochain numéro de "Rencontre", que j'ai intitulé "Islam, Laïcité et manipulations". Pour en parler, une invité de qualité, Isabelle Kersimon. Je l'avais déjà reçue pour parler d'un livre qu'elle avait co-écrit, "Islamophobie, la contre enquête", publié aux Éditions Plein Jour. Pour rappel, c'est une journaliste indépendante,  on peut la retrouver en particulier sur le "Huffington Post", et elle publie aussi sur son site dont l'adresse est "islamophobie.org" (en lien permanent).  Ce dont nous allons parler dimanche prochain est hyper médiatisé, pour diverses raisons : la question de l'islam s'est introduite ces dernières années en France comme un élément clivant dans le discours politique ; Marine Le Pen a attaqué Emmanuel Macron sur ces sujets là, lors du débat télévisé de l'entre deux tours ; aujourd'hui, alors que le nouveau Président vient de prendre ses fonctions, il est déjà attaqué pour ses complaisances supposées avec l'islam politique. Il y a des dossiers bien différents : défense de la Laïcité ; terrorisme et sécurité nationale ; zones urbaines sensibles ; immigration ; gestion des réfugiés à l'échelle européenne, mais ils ont un point commun récurrent, "les Musulmans". D'où le mot "Manipulations" mis en titre, au pluriel car ces manipulations peuvent venir de partout.

Parmi les questions que je poserai à Isabelle Kersimon :

-        Votre analyse critique du CCIF, "Collectif contre l'islamophobie en France", vous avait transformée en cible. Or aujourd'hui, d'autres parlent à leur tour de CCIF, mais surtout ils tiennent des discours très alarmistes, l'ensemble des musulmans étant présentés comme une menace. Vous ne les suivez pas, et on vous attaque sur les réseaux sociaux  : pourriez-vous  le raconter ?
-        Vous êtes intervenue depuis longtemps, sur le sujet de la soit disant "mode islamique". Vous aviez révélé l'existence d'un "salon de la femme musulmane" à Pontoise. Dans un long entretien dans le "Figarovox", le 25 mars 2016, vous dénonciez le développement fulgurant de ce marché - avec le soutien intéressé de la Haute couture et des grandes enseignes commerciales -, en disant que "c'était à la fois le signe d'une dérive multi culturaliste des sociétés occidentales et une insulte à la liberté des femmes". Où placer le "curseur" de la Loi ?  
-        A propos des manipulations de la notion de "laïcité". Est-ce que vous ne pensez pas qu'on subit deux discours extrémistes, mais de bords opposés ? D'un côté, il y a la récupération de cette notion par l'extrême droite, qui veut brimer les religions minoritaires ; mais de l'autre côté, quand on entend Mélenchon, il y a à la fois un refus de dénoncer l'islam politique, et un dénigrement de toutes les religions présentées comme également dangereuses : qu'en pensez-vous ?
-        Votre travail de journaliste indépendante vous a conduite à enquêter, à la fois sur le terrain et sur Internet, et vous n'avez pas peur de déconstruire deux affaires qui ont fait beaucoup de "buzz" ; d'abord la fameuse histoire du café de Sevran, tenu par un musulman et qui aurait été interdit aux Femmes : que s'est-il réellement passé ?
-        Autre affaire, celle de Mohamed Saou, qui était le "référent" du mouvement "En marche" dans le Val d'Oise : certains de ses propos postés sur "Facebook" ont été largement diffusés, notamment "Je n'ai jamais été et je ne serai jamais Charlie" après les attentats, et le fait d'avoir notamment défendu Recep Tayyip Erdogan. Emmanuel Macron l'a écarté de ce poste après que la polémique ait pris de l'ampleur : qu'a donné votre propre enquête ?
- Vous avez dénoncé, de façon très documentée, les campagnes de "victimisation" menées par le CCIF, et en particulier le parallèle indécent fait entre les règles de la Laïcité qui ne lui plaisent pas, et les persécutions antisémites sous l'Occupation. En même temps, notre nouveau Président élu a évoqué, sans les assimiler à la Shoah, les crimes commis à l'époque coloniale : pensez-vous que l'on pourra un jour "réconcilier les mémoires" ?


Une émission qui prendra peut-être "à rebrousse poil" beaucoup de mes auditeurs, mais que j'espère dans le droit fil de l'exigence de rigueur que je me suis fixée. Isabelle Kersimon ne peut vraiment pas être accusée de complaisance sur ces sujets, j'espère donc que vous serez nombreux à nous entendre !

J.C