Notre radio

Notre radio

21 octobre 2015

La retenue israélienne empêche un soulèvement généralisé



Le Hamas tenterait de perpétrer un attentat terroriste de grande envergure qui précipiterait une 3ème intifada

On peut voir un signe positif dans le fait que la vague de violence palestinienne actuelle ne se soit pas transformée en véritable soulèvement populaire. Ainsi, si nous parvenons à éviter les erreurs inutiles, cet élan de terrorisme ne devrait pas évoluer en une troisième Intifada, avec un nombre de morts qui devrait être bien inférieur aux deux premières.
La mauvaise nouvelle est que la peste des attaques au couteau est plus contagieuse que jamais, et prend de l’ampleur à une vitesse folle, comme nous l’avons vu avec l'attaque fatale à Beer Sheva. Un nouveau défi est maintenant lancé aux forces de sécurité. Un défi qui réside principalement dans le domaine de l'idéologie. Alors qu'Israël n'a pas encore mis au point de méthode efficace pour neutraliser l'effet de l'incitation mensongère des Palestiniens et la glorification des assaillants au couteau, il est logique de prévoir que la vague de terreur devrait encore durer plusieurs semaines.
Le fait que la vague de terreur n'ait pas évoluée en une Intifada est le résultat de la manière avec laquelle le gouvernement israélien et les responsables sécuritaires ont géré la situation depuis le début. La retenue et la circonspection dont a fait preuve le cabinet de sécurité, à la demande des responsables sécuritaires, est la principale raison pour laquelle le peuple palestinien n’est pas descendu dans la rue.

Si la police et l'armée avaient pris des mesures punitives sévères, comme certains ministres du gouvernement l’ont recommandé, nous nous serions retrouvés avec une troisième intifada. Les règles d'engagement (i.e. les règles encadrant l’usage de la force) sont tout à fait justes : les tirs sont seulement autorisés en cas de danger réel et immédiat pour les civils et pour les forces de sécurité, en visant les membres inférieurs.
Equiper les snipers de fusil Ruger 10/22 semi-automatiques avec des petites cartouches 22 WMR s’est avéré très efficace pour réduire le nombre de décès au cours des affrontements avec les émeutiers palestiniens. Lors de la seconde Intifada, nous avons appris que chaque mort palestinienne renforçait la motivation des terroristes, qu'ils appartiennent à un groupe terroriste ou qu’ils agissent de manière "spontanée".
Cela est encore vrai aujourd'hui, ce qui explique pourquoi l'effort est mis sur l'option de neutraliser les assaillants en leur tirant dans les jambes au lieu de "tirer pour tuer". Lorsqu’un assaillant armé d’un poignard représente un danger immédiat, il n'y a pas d'autre choix que de tirer pour le tuer. Mais quand l'assaillant est loin de ses victimes, ou quand il est clair qu'il ou elle ne représente plus de danger, il est possible de viser les membres inférieurs afin d'éviter un cortège funèbre inflammatoire avec des éloges au martyr sur les médias sociaux.
Enfin, l'initiative offensive du cabinet de positionner un grand nombre de troupes sur le terrain pour réduire le nombre d'attaques au couteau à Jérusalem ces derniers jours doit être applaudie. Un agresseur, qui agit même spontanément, stimulé par l'incitation à la haine, réfléchit deux fois quand il ou elle est entouré(e) de forces de sécurité et est arrêté(e) pour des contrôles d'identité. Le seul problème est que cette initiative offensive a été prise trop tard, après de trop nombreux incidents.
On ne va pas cependant rejeter la responsabilité de la vague de terreur actuelle sur les forces de sécurité d'Israël. Pour rappel, ce sont l'incitation à la haine et la glorification des assaillants sur les réseaux sociaux qui est à l'origine des violences actuelles.
Si au début de la semaine dernière, le Hamas et le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas étaient des partenaires égaux dans l'entreprise de l'incitation à la haine, c’est aujourd'hui le Hamas qui a pris l'avantage. Les agents du Fatah sont au plus bas depuis que le Tombeau de Joseph a été incendié il y a trois jours.
De façon surprenante, Abbas les a sévèrement punis, en leur faisant apparemment comprendre qu'ils étaient allés trop loin. Pourtant, le Hamas fait tout ce qu'il peut pour attiser les flammes de l'Intifada en Cisjordanie, car c’est là un scénario idéal pour lui: cela lui permet de préserver le calme à Gaza, d'assurer sa mainmise sur la reconstruction de l'enclave palestinienne, où sa position est précaire et sa gouvernance contestée, tout en brandissant l’épée en Cisjordanie.
Ce n’est pas par hasard si la majorité des attaques au couteau, durant le week-end, ont eu lieu dans la région de Hébron, un bastion connu du Hamas. A Jérusalem, où le groupe bénéficie aussi d'une influence considérable, le couvre-feu dans les quartiers Est, et le renforcement de la sécurité ont apporté un calme relatif.
De plus en plus de signes montrent que le Hamas essaie de mettre à exécution un attentat terroriste de grande envergure qui ferait descendre les Palestiniens dans les rues et précipiterait une troisième intifada.

Ron Ben Yishai,

Site I24news.tv, 19 octobre 2015

Ron Ben-Yishai est un correspondant de guerre et analyste en matière de défense. Cet article a été publié sur le site I24 news avec l'autorisation de Ynet.