Notre radio

Notre radio

16 mai 2011

Où en est le jasmin ? par André Nahum


Le “printemps arabe”  va-il permettre l’installation de régimes démocratiques ou va-il  se traduire par la victoire  de l’obscurantisme, du fanatisme et de l’intolérance ? Grave question  que tout le monde se pose.
                
Même en Tunisie , pays  le mieux placé pour accéder à la démocratie, la situation est  incertaine . Les mouvements de rues , les violences exercées  sur des personnes et des biens, les pillages, ont  amené le gouvernement provisoire à décréter un couvre feu dans le grand Tunis et il est possible que les élections pour une Assemblée constituante prévues pour juillet soient retardées. La saison touristique  semble  de ce fait  bien compromise, ce qui n’arrange certainement pas l’économie d’un  pays dont le tourisme  est l’une des ressources principale. L’agitation, l’insécurité, l’impossibilité de satisfaire immédiatement  les  justes revendications  d’une jeunesse pressée d’échapper au chômage, risquent de faire  le lit du mouvement intégriste Ennahda.   
Les démocrates tunisiens, et ils sont nombreux,  se laisseront-ils  envahir, baisseront-ils le pavillon, se  résigneront-ils à laisser cette formation envahir l’espace politique ?  Suivront-ils l’exemple de l’OLP  qui  vient de signer  avec le Hamas un traité qui ne peut mener qu’à son affaiblissement et  sa disparition à court terme  au profit des terroristes de Gaza ? 
On peut espérer  qu’une majorité d’entre eux  ne se laissera pas faire, et que les femmes, libérées depuis Bourguiba se battront  certainement pour conserver un statut sans équivalent dans tout le monde arabe. 
En attendant, des milliers de jeunes, apparemment peu convaincus que la révolution du jasmin leur amènera la prospérité à laquelle ils aspirent , s’entassent  dans des embarcations de fortune pour atteindre au péril de leur vie l’Europe via l’ile italienne de Lampedusa.
En Égypte, l’armée qui dirige le pays depuis l’éviction de Moubarak,  a  de la peine à contenir les Frères Musulmans qui occupent de plus en plus le terrain.. Leur haine  envers leurs compatriotes chrétiens  ne connait pas de limites et tout se passe comme s’ils voulaient pousser par la terreur  les huit millions de Coptes au départ. 
Que les démocrates tunisiens,  égyptiens ou palestiniens  ne s’imaginent  pas qu’en faisant confiance à Ennahda, aux Frères Musulmans ou au Hamas, ils vont  domestiquer ces organisations et les tenir en laisse.
Illusions, pures illusions ! Une telle alliance  avec les éléments les plus rétrogrades de leurs populations est une véritable capitulation. Les fondamentalistes utiliseront tous les moyens, toutes les ruses pour monopoliser le pouvoir. Reste à savoir si l’armée tunisienne  ou  l’armée égyptienne sauraient  éventuellement  leur opposer un barrage efficace  ou si elles se laisseraient dépasser. 
       
En Syrie, Bachar Al Assad réprime à coup de bombes  les manifestations qui se produisent presque quotidiennement  pour demander son départ . Il dispose du soutien sans limites de l’Iran et du Hezbollah libanais pour tuer et embastiller à tour de bras, et  profite  de la passivité d’un Occident, qui redoute probablement  de voir le pays sombrer dans l’anarchie en cas de vacance du pouvoir.   

Dans un tel contexte, Israël a toutes les raisons  d’être inquiet. Les négociations de paix ont-elles encore un sens  quand  on sait que le futur gouvernement palestinien  qui se constituera dans quelques jours fera une place importante  au Hamas,  dont l’objectif avoué est la destruction d’Israël ? Il est vrai que cette organisation terroriste est devenue l’enfant chéri de  de tous les gauchistes et tous les bien-pensants de la terre. C'est à qui, notamment en Europe et même en France, lui  manifestera le plus de compassion et d’amitié, c’est à qui  lui enverra le plus de bateaux et le plus de militants  pour défier l’État juif .On lui pardonne tout, même lorsqu’elle envoie un missile antichar sur un bus d’écoliers israéliens, même lorsqu’elle cloitre  depuis 5 ans,dans un cul de basse-fosse  le malheureux Guilad Shalit au mépris de toutes les règles de la guerre et de l’humanité.
       
Décidément, dans nos pays, on a  très vite oublié les leçons de l’Histoire .
              
André Nahum
Radio Judaiques FM


 Nota de Jean Corcos :

Cet éditorial de mon ami André Nahum a été lu avant le "jour de la Naqba", correspondant à l'anniversaire de l'indépendance d'Israël - en calendrier grégorien le 15 mai. Hier donc, ce furent des violences à l'intérieur des territoires palestiniens, mais aussi en plein cœur de Tel Aviv avec l'attentat qui a fait un tué, mais surtout peut-être - car c'était inédit  - aux frontières libanaise et syrienne, avec l'infiltration de dizaines de "réfugiés" (en fait petits-enfants de ... mais cette qualité est héréditaire pour les Palestiniens, et hélas aussi pour la communauté internationale). Il semble, à l'heure où je tape ces lignes, que cette étincelle n'a pas encore relancé une nouvelle Intifada. Mais hélas - et bien que souvent je ne partage pas le pessimisme de mon ami - ces évènements confirment bien la gravité de la situation pour Israël, au moins pour le court terme ...