Notre radio

Notre radio

20 février 2010

La Shoah et le monde arabe : Serge Klarsfeld sera mon invité le 28 février

Serge Klarsfeld
Mon prochain invité sera Serge Klarsfeld, qu’il est bien sûr tout à fait superflu de présenter, à la fois ici et sur les ondes de la fréquence juive ! Mais je dois dire aussi que je le recevrai avec une certaine émotion, car nous nous connaissons un peu. Cela fait en effet une vingtaine d’années que j’ai eu l’honneur, sous sa direction, pour les Fils et Filles des Déportés Juifs de France qu’il préside - et pour ce qui ne s’appelait pas encore le Mémorial de la Shoah mais le C.D.J.C -, d’assurer la coordination et une partie de la réalisation d’une grande exposition, « le Temps des Rafles », qui devait commémorer en 1992 le cinquantenaire de la déportation dans notre pays. J’en ai déjà parlé assez longuement sur ce blog, lire ici. Je me suis tourné ensuite vers l’Orient avec ma série radiophonique, un peu vers mes origines bien sûr mais surtout avec le désir de mieux connaître les voisins d’Israël avec l’inquiétude, que nous partageons tous, pour son devenir et sa sécurité : or, même si le génocide des Juifs ne s’est pas déroulé en terre d’islam, même s’il n’est pas bon de « nazifier » systématiquement ses ennemis, ou d’éprouver toujours l’angoisse de revivre le passé, le fait est que ce sujet de la Shoah est venu pourrir encore plus les relations entre les Juifs et les Arabes. Le négationnisme, sanctionné dans notre pays, condamné par l’opinion, fait des ravages chez eux. Maître Klarsfeld revient d’une tournée de conférences dans le monde arabe, sous l’égide du « Projet Aladin » et du Ministère des Affaires Étrangères, comme déjà évoqué ici. Il va nous donner ses impressions sur ce voyage étonnant qui l’a conduit de Tunis à Bagdad en passant par Le Caire. Mais au-delà, nous allons essayer de réfléchir, ensemble, à cette problématique lourde du rejet de la mémoire de la Shoah de l’autre côté de la Méditerranée.

Parmi les questions que je lui poserai, et après qu’il nous ait rappelé ce qu’est "le Projet Aladin" :

- Est-ce qu’il n’y a pas un autre négationnisme dans les médias français, celui de s’indigner bruyamment des déclarations d’un Monseigneur Williamson, mais de ne jamais rapporter les horreurs que l’on peut lire ou entendre en langue arabe ? Le fait de ne jamais dénoncer cela, est-ce de la complaisance des journalistes, et peut-on briser ce tabou ?
- Comme l’a dit Richard Prasquier, président du CRIF, « Le négationnisme d’aujourd’hui a plusieurs variantes. Version hypocritement universaliste : ce sont les crimes contre les civils qu’il faut dénoncer tous ensemble, la Shoah en fait partie, comme d’autres. Ou bien : les Palestiniens subissent un génocide au moins comparable à la Shoah. Ou bien encore : ce sont les sionistes qui sont responsables de la Shoah qui leur a permis de voler leur terre aux Arabes. Et enfin, le pire, ou le plus franc, oui la Shoah a existé, elle était méritée, mais les nazis n’ont malheureusement pas fini leur travail » : à son avis, quelle est la version qui a le plus de succès dans le Monde arabe ? Et quel discours faut-il leur tenir pour démonter des raisonnements aussi tordus ?
-Comment répondre aux critiques acerbes contre le « Projet Aladin » exprimées par un intellectuel réputé dans la communauté juive, Schmuel Trigano ?
- Comment a réagi le public tunisien, et est-ce qu’on peut dire que, comme au Maroc - et malheureusement pas comme en Algérie où l’antisémitisme est enraciné dans la population -, au moins le négationnisme ne fait pas encore de ravages là-bas ?
- Quelles impressions ramène-t-il du Caire, où il y a plus de dix ans le négationniste Roger Garaudy a été accueilli triomphalement, et même par feu le Prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz : est-ce qu’il n’est pas trop tard, là-bas ? Quelles impression ramène-t-il de l’Irak, pays en guerre et marqué par le régime sanguinaire de Saddam Hussein ?
- Comment arriver à atteindre les pays où il est impossible d’organiser de telles conférences, comme la Syrie et l’Iran, et n’est-il pas trop tard là-bas, où le négationnisme est supporté par les autorités ?

Une émission sur un sujet très rarement évoqué, et avec un invité exceptionnel : j’espère que vous serez particulièrement nombreux à l’écoute !

J.C