Notre radio

Notre radio

23 février 2010

Les politiques et la burqa

Les partis politiques et le voile intégral
(illustration tirée du site du "Figaro", cliquer sur l'image pour agrandir)
-----------------------------------------------------------------------------------------
J’ai trouvé cette illustration tirée du site du journal « le Figaro », vraiment très claire pour résumer la situation. En gros, nos partis politiques ont été bien frileux, allant de l’intention - non unanime - de voter une loi (l’UMP), au refus de la voter (le PS et le PC), en passant par un refus de faire des propositions (le MODEM et les Verts, sans parler du Front National).

Au-delà de la burqa proprement dite - relire sur le blog cet article, avec un rappel en images des différents types de voile intégral -, toutes les tenues « féminines » de la sorte importent dans notre pays une barbarie sexiste qui doit tout à des traditions machistes, et pas grand-chose à une religion, même s’il s’agit de l’islam et même si les femmes dans les pays musulmans subissent en majorité des discriminations ... Réagir contre en légiférant aurait pu sembler un simple réflexe, à la fois civique et républicain : d’ailleurs, une nette majorité de 57 % des Français souhaitaient une loi interdisant la burqa (lire ici les résultats de ce sondage), même si - et leurs partis s’alignent sur l’opinion de leurs sympathisants, à moins qu’ils ne les aient formatés au fil des ans - la majorité de l’électorat de gauche s’y oppose !

Or ce divorce entre les « élites » et « le peuple » ne concerne pas seulement les responsables politiques : tous les responsables religieux ont soit dit qu’ils s’opposaient à une loi (l’Eglise catholique), soit n’ont rien dit (le Grand Rabbin de France) ; il en a été de même, officiellement pour le CRIF - et, à titre personnel, cela me désole. Une fois encore, il semble que ce grignotage de l’islam radical dans l’espace public profite aussi de la peur de perdre un peu de liberté par une nouvelle jurisprudence : « si on interdit la burqa, alors on pourrait interdire les tenues des Juifs orthodoxes ou les cornettes des bonnes soeurs » ... comme si ces prisons de tissus qui interdisent tout échange de regards et toute convivialité, pouvaient se comparer à des marques d’appartenance !

A titre d’information, je vous invite à lire un extrait des conclusions de la « Mission d'information sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national », dont on peut lire le rapport complet sur le site de l’Assemblée Nationale :
« La quasi-totalité des propositions formulées par la mission peuvent recueillir un consensus. Elles sont fondées sur la conviction qu'il est nécessaire de convaincre, d'éduquer, de protéger, qu'il importe de conforter les agents publics, dans un seul but : faire disparaître cette pratique contraire à nos valeurs républicaines. Ces propositions devraient rassembler toutes les formations politiques autour de ses déclinaisons pratiques que sont :
- Le vote d'une résolution réaffirmant les valeurs républicaines et condamnant comme contraire à ces valeurs la pratique du port du voile intégral ;
- L'engagement d'une réflexion d'ensemble sur les phénomènes d'amalgames, de discriminations et de rejet de l'autre en raison de ses origines ou de sa confession et sur les conditions d'une juste représentation de la diversité spirituelle ;
- Le renforcement des actions de sensibilisation et d'éducation au respect mutuel et à la mixité et la généralisation des dispositifs de médiation ;
- Le vote d'une loi ou de dispositions législatives qui assureraient la protection des femmes victimes de contraintes, qui conforterait les agents publics confrontés à ce phénomène et qui ferait reculer cette pratique.(...)
À ce stade du débat dans notre pays, la mission ne peut que constater que, tant en son sein que parmi les formations politiques représentées au Parlement, il n'existe pas - en tout cas pour l'heure - d'unanimité pour l'adoption d'une loi d'interdiction générale et absolue du voile intégral dans l'espace public (...)

Dernier constat, que je me suis fait en lisant les positions des uns et des autres : dans plusieurs articles ici, parfois dans certaines de mes émissions, j’ai évoqué des collusions « islamo-gauchistes » et les faiblesses d’une partie de la gauche face à l’islam radical. D’une manière générale, on peut donc penser que les «anti-burqas » sont les plus fermes vis-à-vis des menaces extérieures du terrorisme islamiste et de ceux qui le financent : or il n’en est rien ! « Pro-loi » et membre de la commission, le député Jacques Myard, par exemple, est aussi le co-auteur d’un rapport calamiteux de l’Assemblée Nationale invitant la France à accepter un Iran puissance nucléaire ! Jean-Luc Mélenchon, farouche défenseur de la laïcité et partisan d’une loi, défilait l’année dernière avec les partisans du Hamas pendant l’opération de Gaza. Par contre, le Président de la République lui-même - jugé, à tort ou à raison, comme « atlantiste » et « pro-israélien » - hésite à faire voter une loi, par peur de froisser plus que nécessaire un électorat musulman déjà très remonté par son débat sur « l’identité nationale » ...